Quelle est la stituation de SEGA aujourd’hui ? C’était un nom qui faisait frémir le coeur des gamers à une époque, mais qui n’est aujourd’hui, pour le grand public, que l’écho d’une époque lointaine et d’un échec commercial et marketing.

Où en est SEGA en 2019 ?

La firme au hérisson ne prend plus de risques depuis longtemps. Rachats de studios, partenariats et édition de jeux (Creative Assembly, Atlus, Dot Emu…).
Pourtant, il y a des perles parmi les jeux récents estampillés SEGA comme la série Yakuza, Judgement (qui arrive bientôt en PAL) , les Total War , Odin Sphere Leifdrasir, etc …

Sega, on attend que toi.

Mais au niveau de la créativité et de l’innovation, il n’y a plus rien, ou presque, laissant les fans dans l’attente et l’indifférence. Les studios historiques de la firme de Rosen ne sont plus que de l’histoire ancienne (le bâtiment principal est d’ailleurs en phase de destruction) et les différents départements de développement de l’âge d’or sont dissous (les fameux AM# , Sonic Team, Andromeda, Red etc) et leurs employés sont partis chez la concurrence (chez Square Enix pour beaucoup).

Pourtant, ce n’est  pas les licences qui manquent chez SEGA ! Jet Set radio, Skies of Arcadia, Golden Axe… la liste est trop longue ! Mais il est navrant de constater qu’avec le temps, ces licences ne sont jamais que reservies inlassablement via des rééditions, à outrance, depuis plusieurs générations de consoles, sur Mobile…
Les fameux SEGA AGES, qui ont commencé à arriver dès la Saturn avec notamment Space Harrier, Outrun

Sega, plus retro que toi.

Preuve en est d’un certain ras le bol, les SEGA AGES récemment sortis sur Switch n’ont pas rencontré le succès attendu au Japon. Il serait temps que SEGA se reprenne en main, et nous propose enfin ce que tout le monde attend : de vraies suites à ses jeux phares des années 90/2000 !

Heureusement, l’arrivée de Street of Rage 4 , du prochain Sakura Taisen et la refonte de Panzer Dragoon pourrait-être l’étincelle qui fera renaître le phénix de ses cendres…

On te laisse la parole :