Le studio Friend & Foe Games, a sorti Vane. Une exclusivité PS4 disponible uniquement sur le PSN. Friend & Foe Games  est constitué d’anciens membres des studios qui sont à l’origine de Killzone et The Last GuardianNous allons découvrir ensemble si le studio a tenu ses promesses et si Vane est un bon jeu, ou non.

Test Vane : Prenez votre envol

Incarnez un corbeau dans un milieu désertique post apocalyptique. Parcourez le monde et explorez tous les endroits que la Terre peut vous offrir. Alternez entre l’apparence d’un jeune garçon ou celle de l’oiseau pour sortir des épreuves et résoudre les casses-têtes. Avancez dans l’histoire, libérez les corbeaux, pour modifier votre environnement et faire évoluer le monde.

Pas de carte, pas de point de repère, vous êtes livrés à vous-même, en totale autonomie. Vous devrez avant tout, utiliser votre instinct et vous laisser guider par les événements. Seuls de petits points lumineux vous aideront à trouver votre chemin. Laissez les muscles de côté et utilisez votre matière grise pour résoudre les mystères qui vous entourent. Les corbeaux seront vos alliés.

Point de vue général

Friend & Foe Games a bien réussi son coup au niveau de l’immersion. Les bandes-son sont bien dosées et parfaitement adaptées à la situation. Certaines musiques sont relaxantes, ce qui n’est pas une mauvaise chose, car nos nerfs sont mis à rude épreuves. Lorsqu’il le faut, l’ambiance change pour proposer un fond électro légèrement distordu, nous sortant de notre relaxation. En revanche, durant les explorations désertiques, les seuls bruits venant aux oreilles sont celui du vent ou alors, les croassements de vos amis les corbeaux.

Les graphismes sont quelque peu atypiques. De formes géométriques, les bords sont taillés nets. Cela change beaucoup de ce qui nous est donné de voir habituellement, ce qui rend l’ambiance assez mystérieuse. En revanche, il n’y a aucune cinématique, ni d’information sur le scénario, ce qui reste relativement dommage.

Mauvaise exploitation

Les bases du jeu sont bien présentes, mais vraiment mal exploitées. Vous quittez très vite le désert pour rester enfermé dans un seul donjon sans pouvoir en sortir. L’absence totale de cinématique se fait cruellement sentir, tout comme le peu d’information sur le monde qui nous entoure.

La caméra est très capricieuse et difficile à prendre en main. En effet, si l’on veut voir ce qui nous entoure, il faut d’abord s’arrêter puis ensuite la faire tourner pour avoir une vue à 360 degrés.

Les graphismes sont riches en bug, mais plus le jeu avance et cela empire. Dans les dernières minutes de jeu, vous passez carrément à travers les plateformes.

Le jeu se termine en 2 heures si vous traînez un peu, voir 2 heures 30 grand maximum… À 25 € le jeu pour les non abonnés au PSN, ça fait chère l’heure de jeu. Pour ne rien arranger, la fin est bâclée. Plus d’énigmes, il suffit simplement d’avancer.

Atterrissage difficile

Comparé à ce que nous avait fait miroité Friend & Foe, la réalité est bien différente. Déception, c’est bien le mot qui résume Vane. Les bugs graphiques réguliers gâcheront le plaisir du jeu de beaucoup de joueurs. Si ce n’est pas les bugs graphiques, alors ce sera la difficulté de maîtrise de la forme aviaire, ou la caméra récalcitrante. L’absence totale de cinématique est quelque peu dommage, car on ne sait absolument rien du background. Friend & Foe loupe ici encore un gros potentiel. La durée de vie est également une grosse blague… Les seuls jeux actuels ayant une durée de 1h30 sont des démos. Malgré tout cela, le peu de touche à utiliser facilite grandement l’avancée dans le jeu. L’immersion est tout de même présente. Pour ceux qui aiment obtenir des trophées, voir ceux qui aiment platiné les jeux, les récompenses sont faciles à obtenir.

Le jeu est disponible depuis le 15 janvier, uniquement en dématérialisé sur le PSN.

Points forts :

  • L’ambiance générale est assez immersive
  • Les graphismes sont de bonne qualité
  • Les trophées sont faciles à obtenir
  • Le jeu est léger : moins de 5Go
  • Peu de touches à utiliser

Points faibles :

  • La caméra est compliquée à gérer
  • Des bugs graphiques et de déplacements
  • Le contrôle du corbeau est laborieux
  • Pas de carte ou de point de repère
  • Pas de cinématiques ou de scénario, on est littéralement lâchés dans la nature
  • La durée de vie est très courte
  • Une fin bâclée
Aperçu
Graphisme
70 %
Gameplay
40 %
Durée de vie
3 %
Histoire
25 %
Bande-son
70 %
Je baigne dans les jeux vidéos depuis ma plus tendre enfance. Ma première console? La Méga Drive... Rassurez-vous, je ne suis pas encore un fossile.

On te laisse la parole :