Test The Voice of Cards: The Beasts of Burden, dompterez-vous la bête ?

banière-header-pub-nvpn

Comme dit l’adage, jamais deux sans trois. Seulement six mois après The Forsaken MaidenVoice of Cards revient avec un troisième opus intitulé The Beasts of Burden. Yoko Taro et Square Enix nous replongent une nouvelle fois dans ce merveilleux univers. Toutefois, il s’agit du troisième en moins d’un an, les deux premiers étant très similaires. Ce nouvel épisode se démarque-t-il de ses pairs ? C’est ce que nous allons voir dans notre test de The Voice of Cards: The Beasts of Burden dans un instant.

Qui sont les véritables monstres ?

Il existe un peuple habitant sous terre au fin fond d’une grotte. Cette manière inhabituelle de vivre s’explique par le fait que leurs ancêtres se sont réfugiés à cet endroit pour échapper aux monstres de la surface. Les habitants vivent des poissons que leur apportent les sources souterraines, mais également de leur propre culture. Personne n’est jamais remonté à la surface durant des années. Seuls quelques vaillants soldats vont s’aventurer dans les grottes pour éradiquer les quelques monstres qui voudraient s’aventurer un peu trop loin.

The Voice of Cards combat
« Vous ne passerez pas ! »

Vous incarnerez Alphée, une jeune demoiselle ayant le cœur sur la main prête à tout pour aider ses proches, mais elle est également une redoutable combattante. Lors d’une de ses routines, un flot de monstres inhabituel vient s’attaquer à son village. Notre héroïne fait tout pour les chasser, mais malheureusement, son peuple est décimé sans aucune pitié. Elle est la seule survivante. Anéantie par la perte de tous ses proches, elle n’a plus aucune volonté et décide de se laisser mourir comme les autres. Cependant, un jeune homme en décidera autrement et lui sauvera la vie. Elle découvrira ce qu’est la vie à la surface, mais aussi que l’humanité n’est pas aussi bonne qu’elle le pense.

Alphée n’est pas une fille normale, en effet, elle est ce qu’on appelle une Tellurienne. Elle a la capacité d’enfermer les monstres qu’elle affronte dans des cartes et de les invoquer à sa guise.

The Voice of Cards monstres domptés

Durant notre test de The Voice of Cards: The Beasts of Burden, nous avons vécu une aventure remplie de complot et machination durant une quinzaine d’heures, au travers de 7 actes. La jeune demoiselle vous touchera par sa naïveté, mais également par sa volonté de combattre et de s’en sortir. Tout ce qu’elle veut c’est se venger et voir les étoiles.

On retrouve toujours l’humour décalé de Yoko Taro, mais cette fois-ci l’ambiance est directement plus lourde et sombre, nous faisant comprendre que la mort n’est jamais bien loin.

The Voice of Cards: The Beasts of Burden joue carte sur table

Tout comme ses deux prédécesseurs, cet épisode est également sous forme de carte. Les affrontements sont également en tour par tour et la stratégie est vitale. Chacun attaque suivant sa vitesse de déplacement, à chaque tour allié une gemme est collectée, ces dernières servent à déclencher une attaque spéciale. L’un des plus gros changements est sans aucun doute les monstres. Pour rappel, Alphée est capable de les capturer pour les utiliser lors des combats. Il vous est donc possible d’en équiper vos héros. Chaque monstre dispose d’une attaque qui lui est propre, ainsi que de caractéristiques spécifiques. C’est à vous de trouver le bon mélange pour faire de votre équipe un groupe invincible. À l’instar des attaques spéciales, les invocations demandent l’utilisation de gemmes.

Voice of Cards monstre

Pour capturer une créature, vous n’aurez rien à faire, cela se passe de manière aléatoire. Après chaque combat, dans votre butin final, il y a une chance que vous trouviez une carte de monstre. Si l’une d’entre elles est en double, le jeu gardera automatiquement la plus puissante. La puissance de la bestiole est représentée par les étoiles présente. Plus elles seront nombreuses, plus votre bête fera des dégâts.

Durant notre test de The Voice of Cards: The Beasts of Burden, nous avons remarqué un autre gros changement qui est la voix off. Bien que toujours présente, c’est désormais une femme qui nous présente l’histoire. Cela donne une petite note de légèreté dans une ambiance bien lourde et sombre.

Hissez les voiles, direction l’aventure.

Le monde n’est pas aussi accueillant que précédemment, les terres sont hostiles et il est presque impossible de s’y déplacer à pied. Quelques points de verdures sont tout de même présents, mais ils restent rares. Il y a surtout des régions désertiques qu’elles soient de sable ou de glace. Pour vous déplacer, vous devrez donc utiliser la Gazelle, un vaisseau capable de naviguer sur beaucoup d’éléments. Bien entendu, vous devrez améliorer votre moyen de transport au fur et à mesure pour avancer.

The Voice of Cards désert

Pour subvenir à vos besoins, vous aurez toujours des villes, mais étant en raccord avec l’environnement, celles-ci sont beaucoup plus rares. Plus l’aventure avance, plus elles seront absentes. Tâchez de bien vous organiser.

Malheureusement, les PNJ restent toujours les mêmes, les monstres également mis à part quelques exceptions. En revanche, il y a une chose qui ne change pas pour notre plus grand bonheur c’est la bande-son. Les musiques sont toujours aussi magnifiques et raviront une nouvelle fois les fans de NieR et Drakengard.

The Voice of Cards: The Beasts of Burden est disponible depuis le 13 septembre 2022 sur PC, PlayStation et Nintendo Switch.

Points forts :

  • Le changement de narrateur
  • La capture des monstres
  • Une bande-son toujours aussi magnifique

Points faibles :

  • Peu de nouveauté

La conclusion de The Voice of Cards: The Beasts of Burden

Pour ce troisième opus en moins d’une année, The Voice of Cards: The Beasts of Burden reste dans la lignée de ses grands frères et malheureusement, pas grand-chose ne change. Toutefois, dire que rien ne change serait mentir. En effet, l’ambiance générale est déjà beaucoup plus lourde avec un sentiment presque permanent que la mort n’est jamais bien loin. Le gameplay a également été modifié grâce à la capture des monstres, ce qui ajoute un peu de nouveauté sans toutefois dénaturer le produit de base. Comme d’habitude, nous aurons également le droit à des remises en question importantes sur la vie, les monstres et le monde en général.

banière-instant-gaming-header
Graphismes
60 %
Durée de vie
60 %
Gameplay
80 %
Histoire
90 %
Bande-son
85 %

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Amaranth
Amaranth
Je baigne dans les jeux vidéo depuis ma plus tendre enfance. Ma première console? La Méga Drive... Rassurez-vous, je ne suis pas encore un fossile.

Articles Récents

387 Suiveurs
Suivre
Comme dit l'adage, jamais deux sans trois. Seulement six mois après The Forsaken Maiden, Voice of Cards revient avec un troisième opus intitulé The Beasts of Burden. Yoko Taro et Square Enix nous replongent une nouvelle fois dans ce merveilleux univers. Toutefois, il s'agit du...Test The Voice of Cards: The Beasts of Burden, dompterez-vous la bête ?