Test Star Ocean The Divine Force, les étoiles sont à portée de main ?

banière-header-pub-nvpn

Il fut un temps où la saga Star Ocean était incontournable, mais ceci était valable jusqu’au troisième épisode. En effet, dès le quatrième opus, le passage vers les consoles PS3 et 360 a fait de lourds dégâts. Cependant, Square Enix ne s’était pas arrêté là en sortant un cinquième épisode en 2016. Malheureusement il est considéré comme l’épisode de trop par la critique ainsi que les joueurs et est présenté comme le pire épisode de cette saga au passé si glorieux. Le studio tri-Ace est bien déterminé à faire oublier les erreurs du passé en sortant un sixième opus. Sont-ils arrivés à leur objectif ? C’est ce que nous allons découvrir dans notre test de Star Ocean The Divine Force sans plus tarder.

Star Ocean The Divine Force

Deux objectifs, une destination

Dès le début, le jeu vous propose de choisir entre deux protagonistes :  Raymond Laurence, un jeune homme venu d’une planète lointaine, et la princesse Laeticia Aucerius, habitante d’un monde moins évoluée dans lequel se passe la trame principale. Peu importe le choix que vous ferez, le jeu restera sensiblement le même, certaines cinématiques seront différentes, mais sans plus. En plusieurs occasions, le groupe sera séparé, si vous voulez tout savoir, il faut donc refaire le jeu. Toutefois, il n’y a pas vraiment de grands points d’interrogation sur ce qu’il se passe.

Tandis que la jeune Majesté parcourt le royaume pour trouver de l’aide, elle aperçoit une météorite tomber non loin d’elle. Contre toute attente il s’agit d’un humain présent dans une étrange capsule rouge, qui deviendra son nouvel acolyte. En échange d’un peu d’aide de sa part, Raymond accepte de lui prêter main-forte afin d’éviter une guerre entre deux royaumes.

Le vaisseau de Raymond s’est fait attaquer et a été détruit. Heureusement, quelques personnes ont réussi à s’échapper. Les survivants sont allés se réfugier sur une planète inconnue, qui semble sous-développée.  L’objectif principal du capitaine Laurence est avant tout de retrouver ses membres d’équipages et repartir d’où il vient. Cependant, afin de ne pas perturber ce monde, leur technologie doit rester secrète.

Pour mieux comprendre ce qu’il se passe, nous vous conseillons vivement de prendre Raymond lors d’une première partie. En effet, du côté de Laeticia, les enjeux sont compliqués à saisir et vous risquez d’être perdu un petit moment.

Malheureusement, l’histoire manque cruellement de surprise et de punch. Elle parvient néanmoins à nous accrocher de temps à autre, sans nous marquer réellement. Pour terminer le jeu en ligne droite vous mettrez entre 35 et 40 heures, si vous être du genre explorateur, vous pouvez certainement mettre le double.

Les amateurs de J-RPG feront certainement quelques rapprochement avec Tales of Arise, sorti quelques mois plus tôt. En effet, beaucoup de points concordes tant bien sur l’histoire que le gameplay dans sa globalité.

Star Ocean The Divine Force nous emmène dans le passé

Bien que l’histoire soit futuriste, il n’empêche pas que le titre vient quand même d’un autre temps. En effet, durant notre test, Star Ocean The Divine Force nous transporte dans les années 2000. Les personnages n’ont aucune émotion visuelle. Ils ressemblent tous à des poupées dont l’expression a été figée dans le temps.

En revanche, les paysages sont eux magnifiques. À quelques points, notamment lorsque vous tournerez vos yeux vers le ciel, l’envie de prendre un screen sera probablement présente.

Le doublage ne donnera pas plus de volume aux personnages pour autant. Vous aurez le choix entre la version anglaise, ou japonaise. Dans notre cas, nous avons choisi la VO. Il arrive assez souvent que la voix soit loin de ce que nous voyons à l’écran. Par exemple, lors d’une effusion de joie, le doubleur gardera une voix monotone. On dira ce qu’on veut, mais cela casse complètement l’immersion.

Bourriner c’est LA solution

À l’aventure compagnon et partez vers l’horizon pour combattre l’ennui. Si l’histoire est longue à démarrer et les personnages un peu fades, il en est tout autre pour le système de combat. Les affrontements sont bien plus nerveux que ceux du cinquième épisode, pour notre plus grande joie. Le seul frein à notre plaisir peut être les PA (points d’actions). Ces derniers sont assez limités, mais il existe certaines techniques pour les augmenter.

Star Ocean The Divine Force

Vous pourrez personnaliser certains paramètres pour les combats. Trois boutons servent attaquer, sur chacun d’entre eux, vous pouvez mettre le type d’attaque souhaité, ainsi que d’une plus puissante. Tous ces paramètres peuvent être mis en place pour chacun des combattants, car vous pouvez vous mettre dans la peau de n’importe qui, du moment que ce personnage est présent dans l’équipe. L’IA s’occupera des autres protagonistes aussi bien qu’elle le peut, sans que cela soit phénoménal. Malheureusement, selon les affrontements, l’écran peut rapidement devenir un grand brouillon. Les attaques peuvent être spectaculaires, mais lorsqu’elles sont lancées ensemble, on ne sait plus où donner des yeux. De plus, trop d’ennemi, couplé aux effets trop nombreux font rapidement chuter les FPS.

Une petite nouveauté étonnante fait son apparition : il s’agit du système DUMA. Son apparence est une sphère qui vous suit de partout, dont le rôle est de vous protéger. Elle est également très utile lors des combats. En plus, pouvez parcourir de longue distance en peu de temps n’importe quand et surtout de charger vos adversaires pour les prendre par surprise. Il ne faut pas hésiter à prendre de la hauteur également, quelques bonus pourraient vous être attribués.

Star Ocean The Divine Forces présente un espace bien vide

Cet opus est l’un des plus vastes que la saga ait connu jusqu’à maintenant. Le gameplay vertical a été très bien pensé et travaillé. Comme dit précédemment, grâce à DUMA vous pouvez prendre de la hauteur. Que ce soit dans les villes où les donjons, il est important de regarder de partout pour ne pas louper d’objets importants.

Le reste du monde ne demande qu’à être exploré. Cela dit, mis à part quelques objets pour DUMA, le reste est bien vide. Il peut y avoir quelques gros monstres qui trainent par-ci par-là, mais rien de bien transcendant. Heureusement, la bande-son qui nous accompagne tout au long de l’aventure est magnifique et rythme bien les diverses actions.

Les quêtes annexes présentes vous apportent rarement des objets intéressants. De plus, il est compliqué de les suivre. Il n’y a aucun marqueur sur la carte et les PNJ ne sont pas si clairs que ça dans leur demande. Pour couronner le tout, si vous leur demandez de nouveau ce qu’ils veulent, ils ne vous le diront pas. Non, ce n’est pas le tableau dédié à cet effet qui vous donnera quelconque indice, mis à part l’emplacement approximatif.

Le menu n’est vraiment pas intuitif. Naviguer à l’intérieur de celui-ci est une véritable calamité. De plus le système de craft ne peut être débloqué que par le biais de plusieurs quêtes annexes. En ce qui concerne l’évolution de votre personnage, vous choisissez le chemin qu’il vous plait. Le hic c’est que cela peut être long si vous décidez d’améliorer les statistiques de tout le monde en même temps. Parfois vous risquez de trouver certaines zones par pure chance.

De plus, les équipements et accessoires sont réinitialisés lors de chaque séparation du groupe, ce qui arrive assez souvent en début de jeu. Il faut donc tout refaire assez régulièrement et cela devient vite harassant.

Star Ocean The Divine Force est disponible depuis le 27 octobre 2022 sur  PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series et PC.

Points forts 

  • La possibilité d’adapter les touches de combats
  • Le système DUMA est un vrai plus
  • Une bonne durée de vie
  • Des combats très dynamiques
  • Une bonne durée de vie

Points faibles 

  • Des personnages en cire
  • Des menus catastrophiques
  • Une histoire très longue à se mettre en place
  • Des quêtes annexes Fedex
  • Le système de craft peut être loupé

Le Résumé de notre test sur Star Ocean The Divince Force

Bien que l’on sent une volonté de la part de tri-Ace de faire revivre la licence Star Ocean, il n’empêche que la sensation de jouer à un jeu des années 2000 est tout de même présente. L’histoire peut être compliquée à comprendre si l’on ne pend pas le bon personnage, la navigation dans le menu s’avère compliquée et les quêtes annexes ne sont que de type Fedex. Cependant, l’un des points forts du titre reste son système de combat assez intéressant et surtout très rythmé. Le système DUMA apporte un vrai plus à l’exploration , ainsi qu’aux affrontements, mais hélas, ces derniers peuvent être assez brouillons. Une chose est certaine, c’est que Star Ocean The Divine Force remonte le niveau par rapport au cinquième opus.

banière-instant-gaming-header
Graphismes
55 %
Durée de vie
75 %
Gameplay
65 %
Bande-son
70 %
Histoire
60 %

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Amaranth
Amaranth
Je baigne dans les jeux vidéo depuis ma plus tendre enfance. Ma première console? La Méga Drive... Rassurez-vous, je ne suis pas encore un fossile.

Articles Récents

387 Suiveurs
Suivre
Il fut un temps où la saga Star Ocean était incontournable, mais ceci était valable jusqu'au troisième épisode. En effet, dès le quatrième opus, le passage vers les consoles PS3 et 360 a fait de lourds dégâts. Cependant, Square Enix ne s'était pas arrêté...Test Star Ocean The Divine Force, les étoiles sont à portée de main ?