Test Soulstice : le monstre n’est pas celui que vous pensez

banière-header-pub-nvpn

Dévoilé pour la première fois en juin 2021, Soulstice n’a cessé de nous montrer les images de désolation et de violence. Le jeu développé par Reply Game Studios et édité par Modus Games n’est absolument pas un Souls-like et n’a jamais eu la prétention de correspondre à ce style. En effet depuis le premier jour, il est identifié comme un titre se situant dans un univers dark-fantasy et surtout d’action. Que vaut vraiment ce nouveau jeu d’action ? C’est ce que nous allons découvrir dans un instant dans notre test.

Test de Soulstice sur PS5.

Soulstice

La fin du monde est proche.

Les royaumes de Keidas sont menacés. Des monstres, nommés Spectres, ont franchi le voile qui se situe entre le monde des vivants et des morts. En l’espace de quelques heures, ces créatures sont capables de détruire une grande ville, en prenant possession de leur corps les transformant à jamais en monstre invincible. Rien ne peut les tuer, ou presque. En effet, il faut parfois vaincre le mal par le mal. Les Chimères sont des êtres hybrides nés de l’union de deux âmes, ni vivants, ni morts.

Vous allez découvrir l’aventure de Briar et Lute, deux sœurs faisant partie des Chimères. L’aînée, Briar, a subit une transformation ce qui lui a donné une force hors du commun, ainsi que d’une force surhumaine. La cadette quant à elle a été sacrifiée pour être liée à sa soeur. En faisant ceci, elle a obtenu des pouvoirs mystiques qui seront souvent salvateurs. Nos deux héroïnes sont envoyées à Ilden, l’une des plus grandes villes du pays pour la libérer des Spectres.

Malheureusement, rien ne se passera comme prévu. L’Ordre à d’autres plans pour notre duo de choc.

Au fur et à mesure de ce test de Soulstice, nous en apprendrons plus sur le passé de Briar et Lute. On sent que les développeurs ont tenu à mettre un point important sur l’histoire et la narration en nous faisant passer de rebondissement en rebondissement. Nous vous le confirmons, c’est un succès pour notre plus grande joie. Au premier abord le scénario est assez bateau, mais il deviendra rapidement plus profond et intrigant durant la vingtaine d’heures de jeu.

Briar et Lute

Soulstice d’hiver ou d’été ?

Vous vous en doutez certainement, mais l’ambiance n’est pas à la fête. Dès le début vous serez dans une ville où le silence vous accompagne. Les seuls bruits que vous entendrez sont le bois qui brûle, le râle des humains fraichement transformés et le grognement des plus grandes terreurs. Fort heureusement, vous n’être pas seuls. D’après certaines informations, des renforts sont déjà sur place et d’autres vont bientôt arriver. Est-ce la vérité ? Peu importe, la situation vous oblige à avancer.

D’ailleurs, plus vous avancerez, plus vous les ennemis seront nombreux, mais aussi les corps. Tous les habitants ont été coincés à l’intérieur des remparts. Vous le remarquez au nombre d’ennemis bien plus important. En effet, à votre arrivée, il y a des Spectres, mais leur nombre augmente de manière significative une fois que vous êtes à l’intérieur.

Plus on avance dans le test de Soulstice, plus vous aurez affaire à la destruction. Les adversaires les plus gros n’hésitent pas à tout détruire sur leur chemin. Pourquoi le contourner quand on peut passer dessus ?

Quoi qu’il en soit, les développeurs expose bien le carnage qui a eu lieu en ne lésinant pas sur les détails. Maison à moitié effondrée, du feu partout, des cadavres qui jonchent le sol, tous les moyens sont bons pour nous montrer l’étendue des dégâts. Les architectures sont bien travaillées, avec un visuel agréable, le tout dans une ambiance bien sombre. Cela se ressent également au niveau des personnages. Que ce soit leur humeur maussade, ou bien dans leur façon d’être, tout respire la gravité et la noirceur. Bien que ce ne soit pas une claque visuelle, la ligne graphique tient la route tout le long du jeu et le résultat reste très propre.

Soulstice est un mélange d’inspiration

Durant notre test de Soulstice, l’une des choses qui nous ont le plus marqués est les différentes inspirations. Le titre ne les cache pas, au contraire même, il les affiche fièrement. On pense tout d’abord à Devil May Cry par rapport à la caméra fixe. Vous ne pourrez pas la bouger comme vous le souhaitez, hormis lors des combats. Il vous faudra être attentif si vous ne souhaitez louper aucun secret. Quoi qu’il en soit nous tirons notre chapeau aux développeurs au sujet de la caméra. Chaque angle est étudié pour que le joueur ne soit pas dérangé.

Bien que les inspirations soient très marquées, Soulstice se détache sur son gameplay. En effet, vous n’aurez pas un, mais deux personnages à contrôler. Les attaques au corps-à-corps se font avec Briar et son arsenal, tandis que Lute reste près de sa soeur et sert surtout de défense. Tout au long des combats, vous aurez des QTE qui correspond qu’à une seule touche. Si vous parvenez à appuyer au bon moment, la cadette bloquera les attaques, ou gèlera votre adversaire pour permettre à son aînée d’esquiver.

De plus, plus vous ferez d’enchainement, plus les deux sœurs seront en phases et seront une unité. Lorsque ce cet état sera atteint, il vous suffira de faire un combo pour déclencher une attaque redoutable. Il faut un peu de temps pour prendre en main cette particularité, mais lorsque c’est, rien ne peut vous arrêter.

Comme annoncé plus haut, le jeu est découpé en chapitre, contenu dans des actes. L’un des gros bémols est la redondance des décors. Tant que vous êtes dans un acte, les décors ne changeront pas, sachant qu’il faut 4 ou 5 chapitres pour changer de zone, cela peut devenir rapidement redondant. De plus, on ne peut pas dire que le bestiaire soit réellement étoffé. Ce seront toujours les mêmes Spectres de base avec des skills différents.

Des défis toujours des défis !

Les amateurs de challenge seront certainement ravis avec Soulstice. À la fin de chaque combat, vous aurez le droit à un récapitulatif qui vous donnera une note allant de diamant à fer. Cela compte pour votre évaluation de fin de chapitre. Pour calculer la note finale, trois facteurs sont pris en compte : la moyenne de vos affrontements, le score total de tous les combats, ainsi que le temps passé dans le niveau. Si vous n’obtenez pas le grade tant espéré ne vous en faite pas, vous pouvez refaire chaque chapitre quand vous le désirez.

Fin de niveau Soulstice

Des défis sont disséminés à chaque chapitre. Cela consiste à passer à travers une faille qui vous emmène de l’autre côté du voile. Vous devez accomplir différents objectifs tels que tuer vos adversaires dans le temps imparti, ne pas casser d’objet dans vos combats, etc. À chaque faille son but et sa difficulté. Lorsque vous avez réussi, une récompense pourra être récupérée. .

Durant tous les combats, vous avez le loisir de changer d’arme comme il vous chante en fonction de qui se trouve devant vous. Vous serez aidé par Layton, un Observateur envoyé par l’Ordre pour vous aider. Il vous permet d’augmenter vos compétences en échange de cristaux durement gagnés, mais il vous donne aussi des armes. Elles sont débloquées au fur et à mesure de votre aventure et bonne nouvelle, vous ne pouvez en louper aucune !

Layton

En ce qui concerne la bande-son, bien que les râles ennemis soient très bien réalisés, le reste ne nous a pas laissé un souvenir indélébile. Les musiques sont rythmées lors des affrontements, mais rien de bien transcendant.

Soulstice est disponible depuis le 20 septembre 2022 sur PC, PS5 et Xbox Series X|S.

Points forts : 

  • Un mélange d’inspiration réussi
  • Le contrôle de deux personnages
  • Une atmosphère lugubre bien retranscrite
  • Une histoire très prenante

Points faibles :

  • Une direction artistique redondante
  • Un bestiaire moyennement étoffé

Pour conclure ce test de Soulstice, il ne s’agit absolument pas un Souls-like, mais bien d’un action-RPG se situant dans un univers dark fantasy. Son histoire vous emmènera à travers diverses énigmes qui sauront vous tenir en haleine. Quant à son gameplay, vous contrôlerez deux personnages en même temps, ce qui le rend unique sur ce fait. Vous pourrez également ressentir de nombreuses inspirations comme Devil May Cry dans le style général, ou encore Bayonetta dans les affrontements. Néanmoins, Soulstice ne fait que s’inspirer et garde parfaitement son identité pour parvenir à tirer son épingle du jeu. Les joueurs aimant taper des monstres sans trop réfléchir seront comblés, de même que ceux aimant les lores très complets se dévoilant petit à petit.

banière-instant-gaming-header
Graphismes
70 %
Durée de vie
75 %
Gameplay
90 %
Histoire
90 %
Bande-son
75 %

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Amaranth
Amaranth
Je baigne dans les jeux vidéo depuis ma plus tendre enfance. Ma première console? La Méga Drive... Rassurez-vous, je ne suis pas encore un fossile.

Articles Récents

387 Suiveurs
Suivre
Test Soulstice : le monstre n'est pas celui que vous pensezDévoilé pour la première fois en juin 2021, Soulstice n'a cessé de nous montrer les images de désolation et de violence. Le jeu développé par Reply Game Studios et édité par Modus Games n'est absolument pas un Souls-like et n'a jamais eu la prétention de correspondre à...