Cinq ans après la sortie du premier volet, l’esprit sylvestre revient dans Ori and the Will of the Wisps. Le jeu vidéo de plates-formes et d’aventure est développé par Moon Studios et édité par Xbox Game Studios. Il est disponible depuis le 11 mars 2020 sur Xbox One et PC (Windows 10).

Test Ori and the Will of the Wisps sur PC

Une épopée poétique et magnifique

Graphismes

Ori and the Will of the Wisps est l’histoire d’un esprit sylvestre qui reprend ses esprits dans les terres menaçantes de Niwen. Il n’a aucun souvenir de ce qu’il s’est passé si ce n’est qu’il était en vol sur le dos de sa chouette amie Kun. Celle-ci se retrouve en difficulté et vous devrez récolter des feux follets dans un vaste monde pour l’aider. Vous serez livrés à votre sens de l’observation, votre patience et votre ingéniosité. En effet, il n’y a pas de guide ni d’indice. Soit vous aurez de la chance et vous tomberez rapidement sur les objectifs, soit il faudra procéder à quelques allers et retours avant de trouver la bonne action à effectuer.

Ce second volet est tout de même plus facile que le premier. Il faut bien parler à toutes les créatures croisées et ouvrir régulièrement sa carte pour être certain de ne pas passer à côté d’un petit passage secret… En effet, la solitude oppressante dans le premier titre est balayée par la présence d’habitants pacifiques et prêts à vous aider. Ceux-ci délivreront des quêtes secondaires. Celles-ci sont totalement évitables. Les développeurs ont pensé à tous les types de joueurs et il sera possible d’aller droit au but.

Ori and the Will of the Wisps est aussi magique que le premier titre

Ce qui marque avant tout dans les deux volets, c’est la beauté de l’univers proposé. Les graphismes sont si époustouflants qu’on a l’impression d’évoluer dans l’artwork d’un film d’animation. Le voyage vous mènera à travers une dizaine de zones différentes : Clairière, marais, forêt… Les effets spéciaux sont bien détaillés en plus d’être abondants… Ceci peut même rendre un peu difficile la lecture de l’environnement en cas de fuite d’un boss par exemple. Le flou cinétique peut être désactivé dans les options. Les interactions possibles avec les décors donnent du dynamisme à l’aventure.

araignée

Autre point incontournable, il s’agit de la bande-son. À nouveau assurée par Gareth Coker, elle est composée d’un florilège de musiques calmes et apaisantes, dynamiques pendant les phases d’action sans être agressives et mélancoliques lors de certaines cinématiques. Les pistes sont disponibles sur YouTube.

Un second titre dynamique et profond

Feu

Ori se déplace aussi bien sur terre que dans les airs, dans le sable ou dans l’eau. Il saute, s’accroche, esquive, charge, plane et virevolte avec une fulgurante aisance. Les armes et compétences spéciales peuvent être paramétrées sur les boutons principaux afin de faciliter les transitions. Ce mécanisme est très utile sachant que certaines créatures sont plus sensibles que d’autres à certains coups.

Les fragments spirituels (pouvoirs passifs) apportent aussi un petit plus aux combos, qu’ils soient offensifs ou défensifs. Il est possible d’en cumuler en déverrouillant des emplacements. Cela est possible en réussissant des épreuves de force qui se traduisent par des vagues d’ennemis de plus en plus forts.

Des épreuves de speedrun face aux fantômes de la communauté permettront de gagner des crédits pour acheter cartes et améliorations.

Marais

En tout, Ori and the Will of the Wisps vous fera rêver une quinzaine d’heures. Il n’est pas nécessaire d’avoir joué à Ori and the Blind Forest pour comprendre l’histoire. Le jeu comprend des sauvegardes automatiques. Cependant, il est également possible de sauvegarder manuellement dans les puits des esprits. Cela facilite tout de même grandement la progression.

Ori and the Will of the Wisps est disponible à 29,99 euros depuis le 11 mars 2020 sur Xbox One et PC.

Points forts :

  • Des graphismes à couper le souffle
  • La bande-son est immersive et poétique
  • La prise en main est très abordable
  • L’histoire délivre un message écologique intéressant
  • La durabilité n’est pas gonflée artificiellement
  • Un petit côté RPG sympa avec la personnalisation de compétences

Points faibles :

  • Il est parfois difficile de tout distinguer en phase de gros combat
  • 15 heures, ça passe vite, on en veut davantage !
Aperçu
Histoire
90 %
Graphismes
100 %
Bande-son
100 %
Gameplay
80 %
Durée de vie
80 %
Salut les copinous ! J'ai trois passions dans la vie : le Roller Derby, manger et les jeux vidéo. Le jeu qui a le plus marqué mon enfance était The Legend of Zelda : Ocarina of Time sur N64. Puis, j'ai fait l'acquisition d'un PC Gamer, PS2, PS3, PS4, Wii, Xbox 360, Switch, 3DS... Ce que je préfère, ce sont les RPG pour vivre de grandes aventures ! Et un jour, j'ai pris une flèche dans le genou... Ah non, on m'informe dans le casque que ce n'était pas moi !

On te laisse la parole :