Alors que la suite de The Legend of Zelda : Breath of the Wild se fait attendre, le studio de développement Koei Tecmo a récemment sorti Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau. Édité par Nintendo, le titre propose de découvrir des évènements cent ans avant l’époque de BOTW. Cependant, l’histoire s’inscrit-elle vraiment concrètement dans le lore The Legend of Zelda ? Réponse dans notre test.

Test d’Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau sur Nintendo Switch

Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau est un Musô !

Tout d’abord, il est important de préciser que Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau est un Beat’Em Up ! Ce détail est à souligner pour tous les joueurs qui rechercheraient la même expérience que dans Breath Of The Wild. Il ne s’agit absolument pas du même type de jeu donc bien évidemment, le gameplay diffère complètement, quand bien même le monde parcouru reste identique.

Breath Of The Wild débute dans les terres du royaume d’Hyrule déjà entièrement dévastées et envahies d’ennemies. On comprend que tout est sous contrôle du mal et qu’il va falloir libérer Hyrule de l’emprise de Ganon. En revanche, ce qu’on ne sait pas précisément, c’est comment on en est arrivé là. C’est ce que relate l’Ère du Fléau… Du moins sur le papier. En effet, il y a beaucoup de rappels et de concordances entre les deux titres, mais sans spoiler quoique ce soit, il n’est pas nécessaire de jouer à ce titre pour avoir des éléments importants pour la suite. Les faits relatés ne sont finalement pas cohérents et ne s’intègrent pas dans l’histoire principale. Par conséquent, si vous n’aimez pas les jeux du type Musô, passez votre chemin.

L’Hylien face à une horde d’ennemis

Une histoire à part…

Alors que Ganon est sur le point d’imposer sa toute-puissance, un petit gardien rappelant étrangement notre cher et tendre R2D2 répond à l’appel désespéré de la princesse Zelda. Il voyage alors dans le passé pour la prévenir de la catastrophe à venir. Ainsi, Link et ses amis auront le temps de rassembler les 4 Prodiges et leurs créatures divines afin d’endiguer le chaos. Jusque là, c’est très cohérent, mais puisqu’on ne peut en dévoiler plus sans gâcher le plaisir de l’histoire, on se contentera de préciser que ce titre comprend sa propre fin.

Créature divine
Tir avec une créature divine

Hyrule Warriors: L’Ère du Fléau est splendide !

Sans surprise, les graphismes s’inscrivent dans la même lignée que ceux de l’incontournable BOTW, autrement dit, la direction artistique est magnifique. Les plans des cinématiques sont époustouflants et bien choisis. En ce qui concerne les séquences d’action, elles sont sublimées par une caméra dynamique, des ralentis et des mouvements de combat stylisés pour des images vraiment agréables.

Tous les personnages s’expriment à travers un doublage parfait en français, sauf Link évidemment. Si certains se demandent encore pourquoi, c’est en réalité une volonté de ne pas risquer d’éloigner Link et le joueur, si le Kokiri adoptif venait à ne pas s’exprimer comme le joueur l’imaginerait. À noter que la bande-son reprend, pour notre plus grand plaisir, des réorchestrations des thèmes du dernier épisode. Les musiques contribuent donc à donner un caractère épique à l’ensemble du jeu et confèrent une véritable immersion.

Le gameplay correspond sans surprise au genre.

Zelda
Zelda utilise le Cinetis

Comme dans tous les Musô, il s’agit donc d’enchaîner attaques légères et lourdes afin de réaliser des combos dévastateurs pour envoyer valser des ennemis toujours en surnombre. Aucune difficulté, il s’agit surtout d’un parfait exutoire. Le petit plus dans Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau, c’est la possibilité d’utiliser la tablette Sheikah et d’utiliser le Magnetis, Cryonis, Cinetis et les bombes à distance. Cela se révèle extrêmement utile contre des monstres possédant des armures supplémentaires. Il est aussi possible de voler des baguettes magiques sur des sorciers de feu, d’électricité, de glace… La prise en main est donc simple, mais pas simpliste : les possibilités sont nombreuses. Les combats sauront ravir n’importe quel joueur parce qu’il est possible d’incarner une dizaine de personnages différents avec des capacités inhérentes, notamment Link, mais aussi Zelda, Impa, les 4 Prodiges et… On vous laisse la surprise.

Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau
Une partie des personnages jouables

Il est possible de changer de personnage contrôlé en cours de partie, donc, de profiter des propriétés distinctes dès que besoin se fait sentir. Il est également incontournable de donner des ordres aux unités à distance afin de combattre de part et d’autre du champ de bataille. De plus, si certains gameplay ne vous conviennent pas, vous pouvez toujours monter les niveaux des personnages inutilisés contre une poignée de rubis (reposez tout de suite ce pot, il n’est pas nécessaire de le briser !), afin que ceux-ci puissent tout de même être efficaces au combat. Il faut sans arrêt vérifier que vos combattants sont bien équipés des meilleures armes possible, trouvées pendant les missions.

Entre un DLC et un vrai titre :

Les missions sont dispersées sur une carte, des tours permettent de se téléporter dans les différentes zones : la plaine d’Hyrule, le domaine Zora, le village Goron, le village Piaf, le désert Gerudo, la forêt Korogu, le château d’Hyrule. Il est très facile de sélectionner les missions à sa portée puisque des niveaux sont suggérés avant de se lancer. Petite précision, il n’est pas possible d’explorer Hyrule librement pour aller de mission en mission, il faut forcément lancer celles-ci directement depuis la carte et les personnages sont automatiquement téléportés.

Il est aussi possible de rendre des services en donnant des ingrédients ou autres objets trouvés un peu partout dans les missions pour gagner des avantages. D’ailleurs, vous pensiez en avoir fini avec les noix Korogus ? Nous avons l’immense plaisir de vous rassurer, la collecte continue bel et bien ! Il faut compter une vingtaine d’heures de campagne sans compter la recherche de ces satanées noix, seul ou… en coopération !

La carte

En effet, Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau propose de progresser avec un ami, mais là, il faut être patient… Le framerate prend une immense claque et les caméras des joueurs deviennent incontrôlables. Cela est encore plus frustrant lors des affrontements contre les boss, qui demandent d’utiliser beaucoup de compétences et par définition, un jeu fluide afin d’enchaîner les attaques et les esquives.

Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau est disponible depuis le 20 novembre 2020 sur la Nintendo Switch, à 59.99 € sur le Nintendo Eshop.

Points Forts :

  • Visuellement éblouissant !
  • Bande-son héroïque.
  • Prise en main simple.
  • Un roster très complet (10 personnages jouables) !
  • Durée de vie honnête.
  • Carte aux données complètes et lisibles.

Points Faibles :

  • Gameplay redondant, typique du genre Musô.
  • Histoire à part.
  • Quasiment injouable en coopération.
  • Pas d’exploration libre.
Aperçu
Graphismes
80 %
Durée de vie
70 %
Gameplay
70 %
Histoire
60 %
Bande-son
80 %
Salut les copinous ! J'ai trois passions dans la vie : le Roller Derby, manger et les jeux vidéo. Le jeu qui a le plus marqué mon enfance était The Legend of Zelda : Ocarina of Time sur N64. Puis, j'ai fait l'acquisition d'un PC Gamer, PS2, PS3, PS4, Wii, Xbox 360, Switch, 3DS... Ce que je préfère, ce sont les RPG pour vivre de grandes aventures ! Et un jour, j'ai pris une flèche dans le genou... Ah non, on m'informe dans le casque que ce n'était pas moi !

On te laisse la parole :