Test Harvestella : le JRPG des campagnes

banière-header-pub-nvpn

Annoncé par Square Enix comme « RPG de simulation de vie », Harvestella est un JRPG mêlant la gestion d’une ferme et l’aventure dans un monde mystérieux. En ce moment un grand nombre de JRPG voient le jour comme The DioField Chronicle ou encore Valkyrie Elysium. Cependant Harvestella est un jeu hybride qui tente de combiner différents styles pour créer quelque chose d’original. Sur papier, l’idée semble prometteuse mais que vaut ce dernier titre de la firme japonaise ?

Une histoire qui ne sort pas des sentiers battus

Dans le monde où se déroule Harvestella, les saisons sont contrôlées par quatre cristaux appelés Lumicydes. Ces derniers sont censés stabiliser le monde mais commencent à avoir des problèmes. Ces anomalies ont créé ce que la population appelle le Quietus qui force les habitants à rester chez eux. En effet, durant cette période tout se meurt à l’extérieur et malheureusement, cette période s’allonge au fil des années. Ein, notre protagoniste, se réveille au beau milieu d’un Quietus en étant sauvé par le médecin du village de Lethe.

harvestella journée

En se réveillant, le héros se retrouve dans une maison située dans une ferme, qui va devenir la sienne. Comme dans de nombreux récents jeux, Ein a des pertes de mémoire et c’est en avançant dans l’aventure que vous allez en apprendre davantage sur cet univers. Bon, l’histoire n’est pas bluffante, mais elle a le mérite d’être assez bien ficelée pour donner envie d’en savoir plus. On notera également le manque de voix dans les dialogues qui d’ailleurs, deviennent très vite lassants tellement les personnages se racontent des banalités. De plus, le jeu donne toujours un choix de réponse lors d’un dialogue mais, pendant ce test de Harvestella, on s’est aperçu très vite que le choix ne modifie pas ce que l’interlocuteur va dire.

Dans Harvestella le temps vous est compté

Square Enix a inclus les saisons dans le jeu. À l’exception du Quietus, chaque saison dure trente jours et est séparée par un jour de Quietus. Ce jour-là, les récoltes se flétrissent et périssent. Vous devez donc recommencer votre potager entièrement. Certains légumes ne poussent que pendant une saison bien précise. À vous de gérer votre stock de récoltes car celui-ci va vous permettre de cuisiner différents plats qui auront toute leur importance durant les combats.

Harvestella légumes
Ceci n’est pas un concombre

En plus des saisons, des périodes jour/nuit sont également de la partie. Ce qui instaure un rythme circadien plutôt court. Une fois que 22h sonne, il est temps d’arrêter ce que vous êtes en train de faire pour pouvoir dormir afin éviter l’évanouissement. Sachant que chaque action d’artisanat ou de déplacement prend du temps, ça casse la fluidité du jeu.  

En parlant d’artisanat, via un atelier disponible uniquement dans votre ferme, vous allez pouvoir fabriquer des objets. Certains vont servir à obtenir des ingrédients bien précis alors que d’autres seront utiles pendant votre aventure en dehors des champs. Il est impossible d’améliorer son équipement soi-même. En effet, pour se faire il faut se rendre à la forge et avoir les composants nécessaires ainsi qu’une somme d’argent.  

Quand les récoltes sont bonnes

L’aspect gestion de ses champs et de sa ferme est bien réalisé sans pour autant être très poussé. Durant ce test de Harvestella, il n’a pas été rare pour nous d’avoir perdu une journée entière dans le jeu (pas réelle) juste en s’occupant de nos animaux, nos cultures ou encore l’amélioration des infrastructures. Le nombre de graines à faire pousser est très varié, ce qui implique un grand nombre de recettes de cuisine. D’ailleurs certains plats peuvent vous rapporter de l’argent une fois qu’ils sont terminés. L’argent étant assez difficile à gagner juste en suivant la trame principale, on essaie de remplir son portefeuille comme on peut.

D’autres façons pour vous enrichir sont disponibles. Les quêtes annexes sont un très bon moyen. Cependant, il faut s’accrocher car elles sont très rarement passionnantes. Sinon, il vous est toujours possible de vendre des choses via un coffre présent sur vos terres.

Un fermier sachant fighter sans son épée

Malheureusement, les combats sont l’un des points faibles d’Harvestella car ils sont bien souvent monotones et rigides. Une fois que vous entamez un mouvement, il est impossible de l’arrêter ou il vous est impossible de sauter et frapper en même temps. Les affrontements contre les boss relèvent un peu le niveau, mais ça ne fait pas tout. Le manque de fluidité fait cruellement défaut. De plus, il n’y a pas d’esquive ou de blocage à proprement parler. Il y a bien un genre de semi-esquive qui peut être débloqué avec l’expérience que vous avez acquise. Cependant, il s’agit simplement d’une légère glissade vers l’avant.

La nourriture va vous servir littéralement de carburant pour pouvoir courir et combattre. Sans oublier qu’elle vous soigne évidemment. Une jauge d’énergie est visible sous la barre de vie et diminue pour chaque action que vous avez entreprise. On peut également voir le niveau de satiété qui dépend de ce que vous avez avalé. Plus ce dernier est haut, plus votre personnage gagnera de l’énergie dans les temps de pause. Bref, il vaut mieux remplir son inventaire de bons petits plats avant de vous lancer dans un gros combat.

Tout au long de l’aventure, différents personnages vous rejoignent. Vous pouvez former une équipe de 3 personnes pour avancer dans votre quête.  Grâce à ceux-ci, notre protagoniste peut apprendre de nouvelles classes qu’on appelle ici « spécialité ». Au total, 12 spécialités sont disponibles et chacune possède son arbre de talent. Un maximum de 3 spécialités peut être sélectionné, et vous pouvez les alterner comme bon vous semble durant les combats. C’est une très bonne idée, mais ce n’est pas ça qui ajoute plus de peps.

Harvestella spécialité

C’est assez dommage que les combats soient si mauvais car les environnements et les donjons sont très bien réalisés. Une fois que l’on met un pied dans une nouvelle zone, cette dernière nous donne envie de l’explorer à fond. D’ailleurs, les différents parcours dans les donjons sont intéressants à découvrir même si le bestiaire n’est pas varié. Square Enix y a ajouté des points stratégiques qui, une fois atteint, vous permettre de voyager rapidement. On peut donc voir notre progression dans le donjon palier après palier.

Harvestella est disponible depuis le 4 novembre sur Steam et Nintendo Switch

La conclusion sur ce test de Harvestella

Square Enix a essayé de créer un JRPG unique et même si beaucoup d’aspects dans le gameplay sont imparfaits, Harvestella reste agréable à découvrir sans pour autant s’y attarder de nombreuses heures. Malgré la pauvreté des combats et le manque de sophistication du système agricole, il est facile de se laisser entraîner dans le jeu et devenir fermier virtuel. La curiosité de découvrir les différentes recettes donne envie de continuer. Ce n’est pas un titre qui restera dans les mémoires, mais il a le mérite de vous faire passer quelques heures sympathiques.

Points forts

  • Des musiques entrainantes
  • Un monde qui donne envie
  • Le coté agricole

Points faibles

  • Des combats trop ennuyeux
  • Des dialogues barbants
  • Les heures dans le jeu qui casse le rythme
banière-instant-gaming-header
Graphismes
65 %
Durée de vie
75 %
Gameplay
60 %
Bande-son
70 %
Histoire
60 %

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Atyllo
Atyllohttps://actugeekgaming.com/
Salut à toi lecteur, Atyllo enchanté ! Ancien joueur de Megadrive, je me consacre maintenant à plusieurs jeux en ligne sauf les meuporg (même si j'ai joué à WoW pendant de longues années) ¯\_(ツ)_/¯

Articles Récents

387 Suiveurs
Suivre
Annoncé par Square Enix comme « RPG de simulation de vie », Harvestella est un JRPG mêlant la gestion d’une ferme et l’aventure dans un monde mystérieux. En ce moment un grand nombre de JRPG voient le jour comme The DioField Chronicle ou encore Valkyrie Elysium....Test Harvestella : le JRPG des campagnes