Test Gotham Knights: Le grand retour du chevalier noir (ou presque)

banière-header-pub-nvpn

Sept ans après le dernier épisode de la saga Arkham, Gotham fait son grand retour sur nos consoles. Et c’est pour une raison bien précise que nous parlons bien de la ville et non de son légendaire justicier masqué. Ce dernier étant mort, ce sont en effet quatre de ses héritiers qui vont tenter de perpétrer sa mémoire. Une question demeure alors : Seront-ils à la hauteur de leur père spirituel ? Réponse dans ce test de Gotham Knights.

Goddamn ! Batman is dead !

Comme nous le disions en introduction, le chevalier noir n’est plus, sa mort nous étant annoncé dès les premières minutes de jeu. Ce sont donc Nightwing, Red Hood, Batgirl et Tim Drake qui prennent ici le relais de veilleurs de nuit. Première chose à noter concernant le scénario : Celui-ci est totalement original et ne découle ni des évènements d’Arkham Knight, ni d’aucun autre jeu estampillé Batman.

Va alors s’ensuivre une intrigue centrale autour de laquelle gravite la mort de la chauve-souris et l’implication de la Cour des Hiboux, une sinistre organisation bien connue de l’univers de Batman, dont nous tairons ici les plus noirs secrets.

Une intrigue à laquelle se trouvent greffées quelques affaires mettant en scène certains ennemis iconiques du Dark Knight. Globalement, la narration est plutôt plaisante, que ce soit au niveau de l’intrigue principale ou les autres plus secondaires.

Le jeu permet d’enchainer les affrontements physiques, les ponctuant de séquences d’enquêtes typiques de l’univers. Des passages très balisés, mais qui permettent des variations dans le rythme général. Même si ce rythme est souvent cassé par une certaine redondance…

Gotham KnightS.

L’idée de ne pas incarner Batman dans une aventure basée à Gotham peut sembler saugrenue et pourtant, son absence se fait assez vite oublier. Ce dernier se retrouve remplacé par ses plus célèbres apprentis, que nous pourrons incarner au gré de nos envies. Si le gameplay est similaire en tout point, chaque héros dispose d’un style et de capacités qui leur sont propres et vous devrez les choisir davantage en fonction de vos préférences de jeu que des différentes missions.

Ainsi, Red Hood est un spécialiste du combat à distance avec ses armes à feu, pour une approche plus discrète. Tim Drake sera on ne peut plus recommandé, Batgirl quant à elle s’avère particulièrement douée pour le piratage et sa maitrise du tonfa en font un personnage particulièrement doué au corps à corps. Enfin pour un juste équilibre, Dick Grayson alias Nightwing s’impose naturellement.

Si comme nous le disions, les combats sont assez plaisants à enchainer, il faut toutefois souligner quelques points à même de ternir l’expérience de jeu. Tout d’abord, ici, plus de système de contres. En effet, WB Games s’inspire davantage ici du Spider-Man du studio Insomniac Games et son système d’esquives que du style plus « percutant » de la saga Arkham. Un choix bienvenu, mais qui aurait été meilleur encore avec davantage de feeling, que l’on ne ressent pas assez manette en main.

S’ajoute à ça le sempiternel problème de caméra causé par l’absence de lock. Un souci qui devient particulièrement agaçant lorsque l’on affronte un grand nombre d’ennemis dans une zone restreinte (spoilers : assez fréquemment.)

Gotham Knights: Un jeu next-gêne.

Nous avons réalisé ce test de Gotham Knights en mode 4K limité à 30 FPS, pour la simple raison qu’il s’agit du seul mode visuel disponible. Non pas que votre serviteur ne jure que par le 60 FPS (qui offre généralement moins de détails, tout du moins sur les jeux consoles) mais force est d’admettre que son absence ici pose tout de même de sérieuses interrogations.

Car vous l’aurez peut-être noté, mais Gotham Knights ne tourne pas sur les consoles d’ancienne génération. Le titre a en effet décidé d’ignorer la PS4 et la Xbox One, ainsi que la Switch, pour ne se focaliser que sur les versions les plus récentes et sur PC.  Nous aurions aimé pouvoir dire que Gotham Knights est un pur produit exploitant toutes les capacités des PS5 et XBOX Series… Mais ce n’est pas vraiment le cas.

Non pas que le jeu soit graphiquement horrible. Gotham, plutôt vaste, bénéficie d’une jolie direction artistique, l’architecture typiquement victorienne de Gotham s’inscrivant dans une ambiance poisseuse et plutôt réaliste, sans parler de sa superbe gestion des lumières. Seulement, on a beau regarder avec des yeux rêveurs, on cherche encore le côté « 100% next-gen » dedans…

Si l’on peut passer outre les quelques ralentissements et autre poppings peu discrets de voitures se croyant cachées par l’obscurité de la nuit, on a davantage de mal à pardonner une ville si morne en ambiance qu’elle parait vide, même dans les rares zones avec un tant soit peu d’affluence.

Ce qui s’apparente à de menus défauts nous laisse tout de même croire que le titre aurait pu tourner sur des consoles un peu plus anciennes sans lui faire cracher ses tripes et ainsi ne pas priver une bonne partie du public.

Les super héros à leur RPG

Un peu plus haut dans le test, nous expliquions que Gotham Knights souffrait d’une certaine redondance. Cela vient en partie du système de progression.  En effet, le jeu mets en place un système de « nuit » durant chacune desquelles le joueur peut réaliser divers objectifs secondaires, résoudre moult crimes et aussi faire avancer l’aventure principale. Des nuits qui ne prennent fin que lors du retour au beffroi, QG faisant également office de HUB. Aucune contrainte à ce niveau-là, les allers et venues pouvant être multipliés au grés des envies.

Tim Drake Gotham Knights

Ces « nuits » donnent l’occasion de faire évoluer les stats des personnages et améliorer leurs compétences et capacités ainsi que faire monter leurs niveaux. À noter pour ce dernier point que les niveaux montent parallèlement pour chacun des 4 personnages, ainsi, vous pouvez passer des heures avec l’un d’eux et moins de vingt minutes avec d’autres, aucun risque de vous trouver avec un Red Hood à la forme olympienne et un Robin en petit joueur.

Si on se prend assez vite au jeu des escapades nocturnes, nous aurions préféré plus de variétés dans le gameplay. Peu importe les objectifs, principaux ou secondaires. Quand ils ne demandent pas de mettre en lumière des traces de sang ou des indices laissés en évidence sur des lieux de crimes, ils nous invitent à castagner encore et encore des hordes d’ennemis via des combos dont on aura vite fait le tour, tout comme le bestiaire d’ailleurs. C’est un peu dommage, car le manque de nouveautés ou d’innovations, voilà ce dont manque peut-être vraiment Gotham Knights.

Super héros : un travail d’équipe.

Tant qu’à mettre plusieurs personnages jouables, les développeurs ont jugé bon de permettre à 2 joueurs de se retrouver pour avancer dans les missions et le scénario.

Si nous pouvons quelque peu faire l’impasse sur la non prise en compte de progression du joueur invité, on sent un certain manque de synergie entre les personnages, c’est dommage et plutôt ironique de la part d’une histoire qui prône justement le travail d’équipe.

Le mode à néanmoins le mérite d’être là et rêver une amélioration du système n’est pas interdit. Tout comme une amélioration du peu à corriger pour que l’expérience en devienne bien moins générique.

Points forts

  • Quatre personnages jouables aux styles différents
  • La Direction artistique de Gotham.
  • Un scénario assez  prenant
  • Un système de combat assez sympa…
  • Techniquement propre
  • Un doublage VF globalement convaincant
  • Un mode coopération présent…

Points faibles :

  • Pas de mode performances
  • Un open world qui manque de vie
  • …qui pêche néanmoins par son système de progression
  • …malgré son manque de feeling
  • Pas franchement un jeu next-gen
  • … mais assez gadget.
  • La caméra durant les combats.

Conclusion du test Gotham Knights

Ils ont beau reprendre le flambeau à quatre mais malgré tout, n’arrivent jamais à se hisser à la hauteur de leur modèle. En puisant dans divers modèles, WB Games offre un jeu plutôt fun, à la narration soignée mais souffre de certaines lacunes telle qu’une technique n’exploitant pas franchement les capacités next-gen ( rip le 60 FPS ) ou encore une certaine redondance, notamment dans les combats qui par ailleurs manquent de feeling. Un titre qui n’a pas à rougir de son potentiel malgré une légère déception, eu égard des sept ans nous séparant du dernier opus du Batman sur nos consoles et PC.

Gotham Knights est disponible depuis le 21 Octobre 2022 sur PS5, XBOX Séries X|S et PC

banière-instant-gaming-header
Graphismes
75 %
Durée de vie
70 %
Gameplay
75 %
Bande-son
70 %
Histoire
85 %

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Maximus
Maximus
Bonjour à tous ! fan du film Gladiator, comme l'indique si subtilement mon pseudo et forte préférence pour les expériences de jeux solos, ma première fois vidéoludique, c'était avec Harry Potter 2 sur GameCube, console chère (surtout ses jeux...) à mon cœur de joueur. Un peu commencé sur le tard par rapport à ma génération, mais depuis je me rattrape autant sur l'actualité que sur les jeux. D'ailleurs je vous laisse, je dois finir Final Fantasy 7...

Articles Récents

387 Suiveurs
Suivre
Sept ans après le dernier épisode de la saga Arkham, Gotham fait son grand retour sur nos consoles. Et c'est pour une raison bien précise que nous parlons bien de la ville et non de son légendaire justicier masqué. Ce dernier étant mort, ce...Test Gotham Knights: Le grand retour du chevalier noir (ou presque)