Tout d’abord sorti en 2009 sur PS3, Demon’s Souls est le père fondateur du genre Souls Like. Souvent imité, rarement égalé, ce titre emblématique revient sur PS5 dans un remake flambant neuf, développé par Bluepoint Games et édité par Japan Studio. À l’époque, ce jeu était un mélange innovant de RPG, survie et beat them all. Ce remake est-il capable de nous faire revenir dans une époque lointaine où notre innocence a été piétinée sans aucun remords ? Découvrons-le dans notre test.

Test de Demon’s Souls sur PS5

Tout ça à cause d’un roi ?

L’Ancien, un démon aux pouvoirs titanesques voulant dominer le monde a été réveillé à cause de la soif de pouvoir du roi Allant. Alors que ce dernier se rend compte de son erreur, un épais brouillard cachant des démons dans son ombre a englouti le royaume de Bolétaria semant mort et terreur. Le peuple est chassé par les hordes venues des enfers pour leur âme. Le roi finit par disparaître du monde laissant le champ libre aux envahisseurs. Dans le même temps, la brume surnaturelle est en train de s’étendre à d’autres territoires.

Vous incarnerez un héros possédant la puissance nécessaire pour terrasser ces abominations et ainsi récupérer les cinq âmes d’Archidémons, les généraux de l’Ancien, pour pénétrer dans son repère et mettre un terme à ce massacre.

L’histoire certes classique reste efficace, surtout lorsque l’on sait que sur PS3 ce genre de scénario sortait des sentiers battus.

Demon,'s Souls
Le château de Bolétaria

Demon’s Souls n’a pas une ride et paraît plus jeune !

Pour ceux qui ont eu l’occasion de jouer à la version de 2009, la première chose que vous pourrez remarquer c’est l’amélioration graphique conséquente dont bénéficie le jeu. Considéré comme beau à l’époque, aujourd’hui, il est tout simplement sublime ! Certains effets visuels donnent encore plus de profondeur au décor comme les halos de lumière qui passent à travers les fissures dans le mur. La colorimétrie a entièrement été revue sans toutefois dénaturer le charme initial du titre, ajoutant de la finesse à ce qui nous entoure. Pour les nostalgiques, il sera possible de revenir aux anciens graphismes du jeu grâce à une option présente dans le menu du jeu !

La bande-son a également eu le droit à son coup de jeune et cette dernière est absolument formidable ! En effet, on entend les coups d’épée gagner en réalisme, sans compter la musique qui vous accompagne, vous berce dans cet univers sombre. Un doublage français a été ajouté et on le regrette presque, puisqu’il est de qualité moyenne. Les puristes préféreront sans aucun doute la version anglaise. 

Le jeu ne vous propose pas de Ray-Tracing, mais il vous offre tout de même plusieurs modes. Un mode Performances en 4K dynamique cadencé à 60 FPS ou un mode Cinématiques en 4K native avec 30 images par seconde. Nous vous conseillons le premier mode afin de mieux discerner les mouvements ennemis et ainsi les éviter, car dans Demon’s Souls, chaque coup compte.

Les PNJ n’ont pas été oubliés non plus, ces derniers ont également reçu un coup de lifting et paraissent tout aussi naturels que votre personnage. 

Les graphismes c‘est bien, quid des combats ?

Sur le jeu de 2009, vous n’aviez que 4 possibilités de déplacements alors qu’aujourd’hui, votre personnage peut se déplacer plus librement. Cela dit les ennemis aussi, alors certes les combats sont plus fluides, mais gardent quand même leurs difficultés. Après un tutoriel rapide et efficace, vous vous rendrez au Nexus, place centrale du jeu à partir de laquelle les 5 zones vous seront accessibles. Le SSD de la PS5 permet d’aller d’une zone à une autre en un temps record. 

Si vous êtes connectés à internet, vous pourrez remarquer des tâches de sang au sol. Ces dernières sont les restes d’autres joueurs tombés au combat. Si vous les activez, vous pourrez voir le fantôme de ces soldats tombés au combat se battre dans le vide, ce qui vous donnera une idée des pièges, ou des ennemis qui vous attendent. De petits messages sont également inscrits au sol offrant des indications précieuses, pour éviter une mort atroce. Pourtant, cela ne suffit pas toujours pour vous garder en vie.

La manière de se battre par rapport à la version d’origine est identique. Un excellent timing sera primordial. Le travail de Bluepoint Games n’a rien changé à cela, ils ont juste rendu les mouvements plus fluides, ce qui permet une meilleure lecture du jeu.

Votre personnage pourra également influer sur votre manière de jouer. En effet, lors de sa création, vous pourrez choisir sa classe parmi 10, chacune d’elle dispose de statistiques différentes. Un conseil, pensez que vous êtes sur le père fondateur du genre Souls Like. Une fois votre classe choisie, vous devrez sélectionner un don de départ : une capacité unique qui vous permet d’utiliser, par exemple, des bombes incendiaires et d’en trouver plus facilement sur le cadavre de vos ennemis.

Toutes les races disponibles

Une personnalisation de personnages incroyable !

Gavin Moore, directeur créatif du jeu, nous avait annoncé que l’on aurait accès à beaucoup d’options lors de la création de notre personnage et la promesse est tenue. Nous tombons sur une personnalisation aussi précise que le célèbre The Elder Scroll V et les plus maniaques pourront passer des heures à peaufiner le personnage qu’ils pourront incarner, en plus des classes et des capacités spéciales.

L’avantage, c’est que nous ne sommes pas obligés de nous cantonner à la race choisie. Si vous avez pris un mage, certes, il tapera moins fort et sera plus doué en magie qu’un barbare. Cependant, vous pourrez tout de même l’équiper d’une armure lourde avec une épée et un bouclier ainsi qu’augmenter ses points de compétences selon votre besoin en échange de quelques âmes.

Demon’s Souls dispose de quelques nouveautés.

Les menus, bien que riches en informations est devenu beaucoup plus clair et mieux organisé, surtout en ce qui concerne l’interface des objets. La fragilité de l’arme est également plus visible et s’affiche en bas de votre écran, ce qui permet de savoir à peu près quand la mort viendra frapper à votre porte, car sans armes, on ne fait pas long feu dans ce monde sans pitié.

La DualSense est également mise à profit dans Demon’s Souls, surtout pour le retour haptique, souvent présent, capable de vous sauver la vie le moment venu, écoutez les vibrations de votre manette elle vous donnera de précieux conseils. En revanche, nous sommes déçus des gâchettes adaptatives seulement présentent pour l’arc et sans un grand intérêt.

Le plus grand changement sur lequel on remercie chaleureusement Bluepoint est le poids de l’inventaire. Lorsque vous étiez plein, pour ne pas être ralenti dans tous vos mouvements, vous deviez retourner au Nexus, vider vos poches et retourner au combat, faisant réapparaître au passage tous les ennemis. Ce temps-là est révolu ! Les développeurs ont mis en place un système qui envoie l’objet trouvé, si vous être trop chargé, dans votre réserve se trouvant au point central du jeu. Vous n’aurez plus qu’à faire le tri quand vous repasserez là-bas.

Un mode photo a été ajouté, il est accessible lorsque l’on appuie sur le pad. Vous pourrez ainsi prendre votre personnage en pleine action, ou vous offrir le portrait de votre boss préféré avant qu’il ne trouve la mort par votre main. Si le coeur vous en dit, n’hésitez pas à vous offrir un selfie à côté de son cadavre pour immortaliser ce moment. 

Si jamais vous avez gardé vos vieux réflexes, et que Demon’s Souls n’a aucun secret pour vous, vous pourrez terminer l’aventure en 15 heures. En revanche, si vous êtes un débutant en Souls Like, ou que vous ne connaissez pas le principe de Demon’s Souls, cela pourrait mettre beaucoup plus de temps.

Demon’s Souls est disponible depuis le 19 novembre 2020 en exclusivité sur PS5.

Point Forts :

  • Une direction artistique magique !
  • Une immersion garantie.
  • Une résolution 4K en 60 FPS sans ralentissement !
  • Une grande amélioration des combats.
  • Plus de surcharge d’inventaire.

Points Faibles :

  • L’absence de l’utilisation des gâchettes adaptatives !
  • Pas de Ray-Tracing.
  • Une VF de moyenne qualité.
Aperçu
Graphismes
95 %
Durée de vie
65 %
Gameplay
80 %
Histoire
70 %
Bande-son
85 %
Je baigne dans les jeux vidéo depuis ma plus tendre enfance. Ma première console? La Méga Drive... Rassurez-vous, je ne suis pas encore un fossile.

On te laisse la parole :