Capcom a frappé un grand coup avec l’une des sagas d’horreur la plus appréciée par les joueurs de jeux vidéo. Depuis 1996, une grande aventure effrayante a vu le monde pour transporter le public dans un univers traumatisant, en grande partie pour son réalisme : Bienvenue dans Resident Evil.

Personnages iconiques, bestiaire varié et histoire sensationnelle, la chronique des zombies suscite l’angoisse autant que l’admiration. Cependant, Capcom a la fâcheuse habitude de développer ses épisodes dans le plus grand désordre, à la manière de Devil May Cry. Voici donc la licence Resident Evil, de la trouvaille du premier virus aux derniers moments de l’histoire. Accrochez-vous, il va y avoir beaucoup d’informations, et celles-ci sont trouvables dans plusieurs jeux à la fois.

La légende des N’Dipayas

Plusieurs siècles avant sa découverte, le virus provenait en réalité de l’ouest de l’Afrique. On y trouvait la région de Kijuju où vivent entre autres les N’Dipayas, un royaume souterrain extrêmement ancien. Ce peuple abritait le Jardin du Soleil : y pousse une fleur appelée l’Escalier du Soleil, cachée dans des grottes où la fleur grandit grâce à une lumière artificielle créée par les habitants.

Cette dernière est connue pour contenir une toxine quasi-mortelle ; l’ingérer garantit la mort dans les plus brefs délais pour presque tout le monde. Nous disons bien presque car quelques personnes semblent être immunisées contre cette fleur. Ils deviennent plus intelligents, plus forts physiquement et vivent plus longtemps. Leurs yeux changent de couleur, oscillant entre le rouge et le jaune.

Le royaume décimé à cause de la fleur

C’est l’instauration d’un rituel pour les N’Dipayas : quiconque survivra à l’ingestion de l’Escalier du Soleil deviendra le roi ! Cette cité royale a vécu malheureusement un déclin significatif, puisque son peuple se retrouva marginalisé et peu influent plusieurs générations plus tard. En effet, la tribu a fait ingurgiter la toxine à plusieurs animaux, ce qui les a conduit à décimer la population en grand nombre bien que le projet était d’en faire des animaux de guerre. Le royaume se transforma en ruines.

Pourtant, quelques personnes restèrent afin de protéger le Jardin et sa flore ô combien unique. Des guerriers âgés entre 13 et 25 ans devenaient les gardiens des ruines pendant deux ans. Ce qui était au départ un secret caché au fin fond de l’Ouest africain ne le resta pas longtemps. La cause ? Trois explorateurs américains.

Natural History Conspectus

Nous sommes dans les années 60, dans l’ouest des Etats-Unis. Grâce aux travaux de Henri Travis regroupés dans un livre intitulé Natural History Conspectus (que l’on peut traduire grossièrement par « Histoire Naturelle de ce qui peut être vu »), deux aristocrates s’intéressent de très près à l’Escalier du Soleil, toujours présente chez les N’Dipayas. Il s’agit de Sir Edward Ashford, cinquième du nom ainsi que Lord Ozwell E. Spencer. Une idée germe dans leur esprit et ils décident d’en parler à un biologiste virologue qu’ils connaissent tous deux assez bien, le docteur James Marcus.

Spencer organise en septembre 1966 une expédition afin de pouvoir étudier la fleur toxique bon gré mal gré. Une fois sur place, la tension est à son apogée : les N’Dipayas se montrent hostiles et se défendent avec véhémence contre l’invasion des scientifiques. Les recherches ne sont pourtant pas au point mort. Le 4 décembre 1966, les analyses confirment la présence d’un virus, première souche connue de la saga Resident Evil : le virus Progenitor.

Caractéristiques et complications

Les particularités de ce virus sont les suivantes : celui-ci pourrait modifier l’ADN des êtres vivants. Il peut contaminer humains, animaux, plantes et champignons, on dit donc qu’il est ARN. C’est aussi un rétrovirus : il mute, recombine et assimile les gènes de son hôte mais n’est pas cancérogène. Il est aussi connu sous le nom de Virus Mère, Virus Clay et Virus Souche.

Chacun va donc pratiquer des expériences différentes avec le virus. Spencer va par exemple construire un manoir ainsi qu’un laboratoire dans les souterrains du dit bâtiment. Ashford continue les recherches aux côtés de son fils Alexander, en Antarctique. Edward fait une importante découverte : si le virus est majoritairement incompatible avec les humains, c’est à cause des gènes modernes, trop faibles. Il cherche donc à créer une version de Progenitor plus adaptée, le Virus T, l’abréviation de tyran.

Cultiver le virus, une tâche impossible

Les trois hommes (Spencer, Ashford et Marcus) conviennent de rentrer aux Etats-Unis pour y cultiver la fleur en laboratoire le 12 février 1967, ce qui est avant tout une idée de Marcus. Le 23 mars 1967, la déception est totale : l’Escalier du Soleil ne produit pas de virus en dehors du Jardin africain et les esprits s’échauffent. Ashford, grand partisan de l’évolution humaine grâce aux virus, voit dans le Progenitor d’infinies possibilités. Quant à Marcus, il se représente comme l’élu du virus et pense que les êtres supérieurs physiquement et intellectuellement sont légitimes de gouverner le monde.

Ce dernier recrée l’environnement de l’Escalier du Soleil pour cultiver Progenitor : la fleur grandit, mais la toxine est totalement absente. Malgré des cultures tissulaires du virus, le projet va de mal en pis. Le virologue et son élève se disputent violemment, mais Spencer leur fait part d’une idée qui pourrait financer les recherches en toute discrétion.

Le manoir dédale Spencer

Novembre 1967. Georges Trevor est employé comme architecte pour dessiner les plans et construire un manoir, non loin de Raccoon City. Spencer est un homme déterminé, ce qui se devine à ses demandes : des pièces secrètes à foison et une architecture qui tend à perdre les habitants du manoir. La résidence de Spencer cache un laboratoire dont seuls les habitués connaissent le chemin.

C’est un endroit iconique de la saga Resident Evil puisqu’il s’agit de la zone où se déroule le tout premier opus. Pour en revenir à l’histoire, Trevor n’est pas seul : il a emmené sa femme Jessica et Lisa, sa fille. Il désapprouve les plans de Spencer, mais pas longtemps : son employeur va le faire disparaître pour éviter tout fuite d’informations. Dans le journal de l’architecte, on apprend que Trevor se réveille dans le manoir, drogué et amnésique.  Il découvre une des chaussures de sa femme et comprend qu’il est temps de s’enfuir.

Toutes les énigmes du manoir ont été conçues par Trevor, mais sa mémoire lui fait vite défaut. Il se réfugie dans les tunnels souterrains et échappe aux gardes pendant plusieurs jours. Trevor trouve alors ce qu’il considère comme une échappatoire, un passage inachevé du manoir : il saute dans un trou qui est censé le conduire à la sortie. Le tunnel est malheureusement obstrué par une pierre où il y découvre son nom, gravé dans la roche.

Resident Evil
Le hall du manoir Spencer

Jessica et Lisa

Spencer kidnappe la famille de l’architecte à des fins sordides : elles deviennent les premiers cobayes humains pour le virus Progenitor le 10 novembre 1967. On injecte à chacune une souche variante du virus (Type-A pour Jessica et Type B pour Lisa). Séparée de sa mère, sombrant dans la folie, Lisa devient alors un monstre. Elle découvre sa mère plus tard, à l’agonie à cause des tests. Elle lui arrache le visage pour le porter à sa place :

« On m’a présenté une femme qui portait le visage de ma mère, mais ce n’était pas ma mère, alors je lui ai repris ce qui m’appartenait. » (Journal de Lisa, Resident Evil Rebirth)

Elle répète le modus operandi sur 3 chercheurs après ça. Lisa est un personnage important dans Resident Evil malgré son caractère secondaire de l’intrigue. Sa résistance au virus a fait d’elle le plus long cobaye jamais resté entre les mains d’Umbrella. Les tests sur Lisa ont permis de développer un virus plus résistant appelé Virus G. Les cellules (ainsi que leur capacité de régénération) de la petite fille ont été aussi utilisées pour créer le projet Nemesis, une arme biologique destructrice.

Resident Evil
Lisa Trevor, sous les effets du virus.

À grands projets, grandes trahisons

À la vue des résultats, Spencer et Ashford y voient l’opportunité d’exploiter le virus d’un point de vue économique et militaire. Le plus offrant pourrait en faire une arme biologique cataclysmique. Marcus étant docteur, les deux hommes s’allient à lui afin de créer une entreprise pharmaceutique, bien que cela ne soit qu’une couverture : Umbrella Corporation voit le jour en 1968.

Resident Evil

Nous sommes le 15 avril 1968 et les recherches n’avancent pas, les échantillons manquent. Marcus comprend que le seul moyen de faire pousser la plante serait de retourner à son habitat naturel. Il veut emmener avec lui son élève Brandon Bailey ; les deux hommes devraient donc se rendre en Afrique sous la garde des mercenaires de l’entreprise. Le but est de pouvoir agir librement sur le terrain et construire un laboratoire, au détriment des N’Dipayas.

En juillet 1968, Edward Ashford est assassiné par Spencer en lui faisant contracter le virus Progenitor, faisant passer cela pour un accident. Marcus récupère les recherches sur le Virus T afin de les utiliser plus tard. Alexander, néophyte en virologie, voit la réputation de sa famille décliner rapidement et tomber dans l’oubli. Il termine tout de même la construction de la base en Antarctique.

Expansion d’Umbrella

Une fois sur place, les mercenaires font main basse sur la moitié du Jardin du Soleil. Spencer décide d’y faire construire un autre laboratoire, afin d’avoir des échantillons à portée de main. Ce dernier s’oppose également au départ de Marcus et seulement lui. Selon lui, Marcus serait d’une plus grande utilité en tant que premier directeur du centre d’Arklay. Il s’agit d’un établissement formant les futurs employés d’Umbrella.

La manœuvre de Spencer est on ne peut plus simple : réduire le pouvoir que possède Marcus sur l’entreprise pour engranger plus de profit de son côté. Ce dernier accepte, à condition d’avoir un laboratoire personnel pour travailler sur Progenitor, ce qui fut accepté.

Querelles de laboratoires

En 1960 naît un garçon qui nourrira rapidement une haine viscérale pour l’humanité. Treize enfants, dont celui-ci, seront « collectés » pour participer au projet Wesker, une initiation de Spencer pour créer des êtres humains modifiés grâce à Progenitor. Deux enfants survivront à l’injection du virus : Alex et Albert Wesker.

Albert intégra Umbrella à 18 ans en tant que chercheur en même temps que William Birkin, qui n’a alors que 16 ans. Wesker travaillera plus tard sous les ordres de Marcus afin de former les futurs cadres de l’entreprise dans un des centres. Les deux apprentis se lient d’amitié pendant plusieurs années. Le centre ayant pour but d’approfondir les recherches que Spencer a délaissé, Marcus finit par développer complètement le Virus T grâce à de l’ADN de sangsue et au Progenitor.

Il s’avère aussi que les meilleurs cobayes ne sont ni les rongeurs, ni les insectes ou même les amphibiens : il faut tester le virus sur des humains. Nous sommes alors le 13 janvier 1979, et Marcus développe un attachement pervers à ses sangsues et devient soupçonneux. En même temps qu’il informe son élève de sa découverte, il cherche à éliminer Spencer. Le 11 février, son laboratoire fait l’objet d’un vol, la serrure ayant été crochetée.

Naissance des ABO

Sur son lieu de travail, on fait parvenir à Wesker un fichier du dossier Ebola par le président de l’établissement, un virus découvert alors deux ans plus tôt. Umbrella se sert en fait de cette maladie pour étudier le taux de mortalité engrangé. Il serait alors utilisé pour produire un Virus T expérimental, également étudié dans les locaux. Les recherches dureront, avec Birkin, 13 ans.

En 1981, les constats sont frappants : exposés au Virus T Progenitor Ebola, seul 10% de la population sont immunisés. Un nouveau projet émerge alors : concevoir des ABO (Armes Bio-Organiques) dans le but d’éliminer le reste de la population.

Paranoïa de Marcus

Puisque quelqu’un a tenté de voler ses recherches deux ans auparavant, Marcus s’est appliqué à se venger avec sa trouvaille. Il injecte fréquemment le virus dans le corps de scientifiques trop curieux à son goût et cache les sangsues dans des capsules. Il pense que Spencer se cache derrière tout ça, ainsi que l’Umbrella Biohazard Countermeasure Service dit UBCS (la force militaire privée d’Umbrella). Il demande alors à ses élèves une chose impensable : tuer Spencer.

Les deux scientifiques sont toutefois ambitieux. Ils décident de livrer Marcus à l’UBCS à la place de Spencer, et récupèrent ses travaux. Le 29 juillet 1978, le centre ferme ses portes et les deux scientifiques sont transférés deux jours plus tard dans le laboratoire d’Arklay et deviennent chercheurs en chef. Marcus est criblé de balles en 1988, mais il est toujours « vivant » grâce à ses sangsues. La totalité de l’argent injecté dans les recherches est transférée à Birkin.

Pendant ce temps chez les Ashford

Bien moins doué que ses prédécesseurs en science, Alexander n’a pourtant qu’une idée en tête : redorer le blason des Ashford. Il met alors en place le projet Veronica en hommage à son ancêtre du même nom. Cela n’est pas un hasard, puisque la première comtesse de la famille était extrêmement intelligente. À 10 ans, elle parle couramment 10 langues et se démarque en biologie, mathématiques et linguistique. Son charme naturel et sa beauté ont fait d’elle une femme adorée de tous.

Alexander a donc utilisé l’ADN de Veronica pour créer ses enfants, deux faux jumeaux du nom d’Alfred et d’Alexia. L’ADN était à portée de main : le corps embaumé de Veronica réside dans les souterrains de la maison européenne de la famille Ashford. Le projet émerge en Antarctique.

Les enfants Ashford naissent en 1971, mais sont très différents : tandis qu’Alfred a une intelligence un peu supérieure à la moyenne, Alexia brille d’intelligence au-delà des espérances. Elle devient la Directrice de Recherche dans le complexe Antarctique d’Umbrella à seulement 10 ans de 1981 à 1983.

Un vent de rébellion

Alexia et Alfred sont élevés sans connaître le secret de leur conception. Déjà peu aimants envers leur père, les enfants passent à la vitesse supérieure quand Alfred vient parler à sa sœur. En effet, ce dernier a trouvé une porte dans le complexe qui ne s’ouvre qu’avec un bijou familial que porte Alexia. Elle décide de lui prêter main forte pour ouvrir la porte, et un drame éclate. En février 1983, les enfants apprennent tous les détails de leur naissance, ce qui fait grandir en eux une haine sans nom pour Alexander.

Un mois plus tard, ils capturent leur père pour en faire un sujet de test pour le Virus T-Veronica. Il s’agit de la création d’Alexia, un mélange entre le Progenitor et un virus contenu chez les reines fourmis. Affolé et sans aucune préparation, Alexander mute en une arme biologique appelé Nosferatu. Leur père, devenu trop dangereux, sera alors enfermé par ses propres enfants dans une pièce sous son bureau.

Malgré tout, le virus de Veronica a quelques défauts. Pour devenir un être supérieur, elle décide de se l’injecter et de cryogéniser son corps pendant 15 ans. Le virus fusionnerait alors avec elle sans abîmer sa peau. En décembre 1983, Alfred est chargé de surveiller le corps de Veronica et de continuer son oeuvre, jusqu’à son réveil.

La découverte du Virus G

En 1988, les recherches de Wesker et de Birkin portent doucement leurs fruits. Les cellules de Lisa Trevor servent d’échantillons depuis 20 ans, et des prototypes d’ABO sont fabriqués. Wesker veut s’approprier notamment le prototype NE-α (Nemesis), mais Birkin s’y oppose avant de finalement céder. Le Nemesis recevra le parasite de Lisa, mais on n’en retrouvera aucune trace à partir des zones cérébrales.

Ceci s’explique facilement : Lisa a absorbé le parasite, ce qui créa une nouvelle souche du Virus T : c’est la souche variante Type-B du Progenitor, injecté à répétition pendant plus de 20 ans. Une fois extraite du corps de Lisa, Birkin baptisera sa découverte Virus G pour God. Suivra des recherches jusqu’en 1991 qui révéleront le potentiel de la nouvelle souche, bien différentes du Virus T. Ce laps de temps écoulé, Birkin rédigea un rapport sur le virus et le présenta à Spencer.

Ce dernier y voit le moyen de produire une espèce humaine supérieure dont il serait le dieu. Le projet fut approuvé, avec Birkin comme directeur du développement, ce qui lui permettra de travailler avec Annette, sa femme. Quant à Wesker, il demanda son transfert vers la Umbrella Intelligence Division pour enquêter sur son patron. En effet, les recherches sur le Virus G sont trop avancées pour Albert. Annette et William Birkin travaillent désormais dans un laboratoire souterrain, à Raccoon City. Ils avaient donné naissance à leur fille Sherry, qui a alors 5 ans.

Les réelles intentions de William..

William découvre que Marcus est toujours vivant, ce qui ne manque pas de l’inquiéter. Apprendre qu’il a participé à l’assassinat de son ancien mentor provoquerait un scandale qui se retournerait contre lui et son laboratoire. Malgré cela, il continue de travailler sur le Virus G. Marcus et Alexia Ashford hors du circuit, William gagne en influence au sein d’Umbrella : il devient le producteur d’ABO comme le Hunter et le Tyran.

Il va même encore plus loin en annonçant une future production d’Hommes G, ce qui permis à la branche de Chicago (où se trouve Raccoon City) de devenir la branche principale, avec les pleins pouvoirs. L’influence de Birkin s’étend jusque dans la police en 1993, notamment auprès du chef de la police, Brian Irons. Le but est de dissimuler toute activité illégale au sein de la ville.

..et sa descente aux Enfers

William devient plus tard le directeur de l’usine chimique d’Umbrella, toujours dans Raccoon City, marquant donc son transfert. Les égouts lui permettent toutefois d’aller et venir dans le laboratoire d’Arklay pour continuer son travail sur le Virus G. Le quatrième vendredi des mois impairs, il assiste là-bas à des séminaires de formations et à des réunions. Sherry est de plus en plus délaissée par ses parents.

Le Virus G devait assurer à Birkin un financement total de la part d’Umbrella en en devenant le dirigeant de la branche de Chicago, mais son projet ne se passa pas comme prévu. Les Humains G qu’il tentait de produire fut le résultat d’un désaccord entre lui et Umbrella, ce qui le poussa à s’éloigner de l’entreprise. Le laboratoire de Chicago perdit grandement de l’influence : William est pris pour responsable, il doit donc mourir.

La rencontre des Wesker

Avant 1996, les deux survivants du projet Wesker de Spencer ne s’étaient encore jamais rencontrés. Sous le joug de Spencer depuis le début, les deux adultes finirent par discuter, mais ignorent qui ils sont vraiment l’un pour l’autre. Alex finira même par développer des sentiments pour Albert, en ignorant toujours son identité. Une idée les réunira à propos de Spencer : cela ne sert à rien d’être sous les ordres d’un homme proche de la mort et à moitié fou.

Albert rejoint la même année l’équipe des S.T.A.R.S (Special Tactics And Rescue Service), des forces spéciales pour lutter contre le terrorisme. La division a été créée par le Raccoon Police Department et est composée d’anciens militaires comme de scientifiques. Il y travaillera en tant qu’agent double pour Umbrella : il livre des informations à propos des enquêtes et sur Chris Redfield, un autre membre des S.T.A.R.S. Pendant ce temps, Alex souffre d’une maladie incurable.

Infiltration dans le laboratoire d’Arklay

Ada Wong est une espionne envoyée par une entreprise concurrente d’Umbrella appelée la Famille. Il s’agit d’une organisation commandée par Derek Simmons : il veut faire main basse sur toutes les ABO et les prototypes d’Umbrella. C’est une assassin maniant plusieurs armes à la perfection et très douée au combat.

En 1997, elle s’infiltre dans le laboratoire du manoir Spencer. Elle avait alors une liaison avec John Clemens, un chercheur en chef. Cela lui permettait de voler des renseignements facilement et de les donner à la concurrence. Si Ada ne prenait pas cette relation au sérieux, John l’idolâtrait au point d’utiliser son nom comme mot de passe de son ordinateur.

Le début des ennuis (Resident Evil 0)

Nous sommes le 23 juillet 1998. L’Ecliptic Express, un train de luxe appartenant à Umbrella, déraille à 20h17. Tous les membres à bord sont morts, contaminés par le virus T. Le virus est transporté grâce à des sangsues. Des homicides cannibales ont lieu près de la région d’Arklay dont seul Umbrella en connait la cause. L’élite des S.T.A.R.S est appelée pour enquêter : deux équipes, l’Alpha et la Bravo, se séparent. L’équipe Bravo ainsi que le pilote de l’hélicoptère sont portés disparus le soir même. Un problème de moteur les fait s’écraser.

Une fois à terre, l’équipe trouve un fourgon de la police militaire. Plus tôt dans la soirée, il transportait Billy Coen, un ancien Marine accusé d’assassinat sur 23 civils en Afrique. Rebecca Chambers, membre de l’équipe Bravo, décide de le retrouver et tombe sur le train. Là, elle rencontre Billy qui lui propose de faire équipe après l’avoir sauvé. À deux, ils affrontent les nombreux zombies, sangsues, Cerbères, Hunters, Webs Spinners et le Stinger, une ABO expérimentale.

Course contre-la-montre

Dans le train elle trouve Edward Dewey, son formateur. Blessé par des Cerbères, il meurt avant de se transformer plus tard en zombie, que Rebecca tuera. Elle prend plus tard contact avec Enrico Marini, un de ses équipiers. Il lui apprend que Billy était condamné à la pendaison et transféré quand le convoi a été attaqué par les sangsues, et que le reste de l’équipe est au manoir Spencer.

Peu avant minuit, une troisième équipe des S.T.A.R.S va enquêter sur l’épidémie du Virus T : l’équipe Delta. Ils redémarrent le train et Wesker leur demande de le détruire, mais cela ne se fera jamais ; Delta est attaquée et décimée par les sangsues. Le train lancé à vive allure, c’est à Rebecca et à Billy d’utiliser les freins du moteur. Cependant, il sera détourné vers un ancien établissement puis déraillera. Les deux compagnons d’infortune s’en sortent indemne, mais ils ne sont pas tout seuls.

À ce moment-là, John Clemens décède à cause de l’épidémie. Il écrit une lettre à Ada lui demandant d’exposer au grand jour les expériences d’Umbrella, mais elle ne l’a jamais lu. Elle n’était pas à Raccoon City au moment du drame.

Vengeance et renaissance

Comme vous avez pu le deviner, les sangsues ont été envoyées par Marcus. Ce dernier est bien vivant, grâce à la reine sangsue qu’il a ingurgité après avoir été attaqué dans son laboratoire. Marcus a surveillé les faits et gestes de Billy et de Rebecca durant leur passage dans l’Ecliptic Express : il les voit comme une menace à son projet, celui de se venger d’Umbrella. C’est donc lui qui a fait dérailler le train pour qu’il déraille près de son ancien centre de formation.

Rebecca et Billy sortent du train et débouchent dans l’Usine de Traitement d’Umbrella, une grande bâtisse désaffectée. Ils tombent alors sur Marcus qui tient à les affronter : grâce au virus, il se transforme en Reine Sangsue, mais n’est pas indestructible. Rebecca ouvre les volets de l’usine pour laisser passer la lumière, seul point faible de Marcus. Il est ensuite abattu par Billy avec une balle de Magnum. Le centre fut brûlé juste après la bataille.

Une fois dehors, Rebecca laisse Billy s’enfuir. Pour elle, il n’est pas coupable : c’est bien une erreur judiciaire comme le lui dira Billy. Elle récupère sa chaîne militaire et le déclare officiellement mort. Par la suite, elle partira au manoir rejoindre son équipe.

Se cacher pour mourir (Resident Evil)

Le 24 juillet, l’équipe Alpha dont font partie Chris, Wesker et d’autres partent à la recherche de l’équipe Bravo. Dans la forêt d’Arklay, de la fumée s’échappe. Après recherche, ils découvrent le cadavre ensanglanté de Kevin Dooley, le pilote de l’équipe. Son avion s’est craché par la faute de Wesker, qui avait trafiqué le moteur avant le départ. Le but était d’envoyer l’équipe la moins expérimentée sur le terrain pour avoir des données brutes sur les capacités mortelles du Virus T.

Attaqués par une armée de Cerbères, un des membres de l’équipe Alpha se fait tuer, leur propre pilote panique et s’enfuit sans le reste des membres. Ne reste alors que Jill Valentine, Chris Redfield, Barry Burton et Wesker, leur capitaine. Ils se réfugient dans le manoir Spencer, pensant être en sécurité : un coup de feu retentit alors. Dans une salle voisine, Kenneth (un membre de l’équipe Bravo) se fait dévorer par un zombie. Après l’avoir abattu, l’équipe remarque l’absence de Wesker. Dehors comme dedans, le danger est partout. Wesker participe encore à la mascarade en empêchant quiconque tente d’appeler quelqu’un de l’extérieur.

Les deux équipes se rejoignent

Wesker absent, son équipe part le chercher dans le manoir. Ils tombent nez à nez avec les mêmes créatures qu’a croisé Rebecca dans le train en plus de la Plante 42, YawnNeptune et Lisa Trevor. Chris, Barry et Jill retrouvent les membres de l’équipe Bravo dans un piteux état :

  • Forest Speyer, tireur d’élite et expert en transport, est déchiqueté par les Corbeaux sur un balcon.
  • Richard Aiken, spécialiste en communications, se fait mordre par Yawn dans le grenier et succombe au venin. Il est mordu en tentant de défendre Rebecca, qui essayera de le soigner.
  • Enrico Marini, capitaine de l’équipe Bravo et policier d’élite, est assassiné par Wesker.
  • Rebecca est la seule survivante de son équipe, que Chris prendra sous son aile.

La fin des événements de juillet 1998

L’équipe est donc composée de Jill, Barry, Rebecca et de Chris. Durant les recherches, Chris apprend que le manoir abrite un laboratoire souterrain dont l’un des chercheurs est Wesker. L’équipe comprend qu’il est l’assassin d’Enrico, et un traître. En pleine exploration, Barry se retrouve sous la menace de Wesker.

Toute l’équipe est amenée dans le laboratoire d’Arklay par Barry, mais ce dernier n’a pas le choix : Wesker retient sa famille en otage. Une fois là-bas, Wesker tire sur Rebecca, qui s’effondre. Ce lieu n’est pas anodin : y est entreposé le Tyran T-002, l’ABO la puissante des lieux. Réveiller la créature fut funeste pour Albert, car la créature le tua. Jill et Chris tueront le Tyran à leur tour et s’aperçurent que Rebecca était encore en vie : son gilet pare-balles l’a sauvé.

Problème non résolu

Ils sortent tous du laboratoire et se dirigent vers l’héliport après avoir reçu un appel radio de la part de Brad Vickers. Le Tyran a survécu, décidé à tuer ses assaillants. Le pilote de l’équipe Alpha est revenu avec un cadeau : un lance-roquettes. Avant de partir, Rebecca a lancé le système d’auto-destruction du manoir pour que le Virus T ne se propage pas. Après avoir neutralisé le Tyran une bonne fois pour toutes, l’élite monte à bord de l’hélico et s’en vont.

Wesker n’est pas mort. Avant de libérer le Tyran, il s’était injecté le virus expérimental afin de devenir un être supérieur. Après l’attaque du prototype, Albert se réveille dans une colère noire : il venait d’acquérir des capacités surhumaines, mais n’a pas pu voler les données de recherches du laboratoire, son accès ayant été interdit par Sergei Vladimir ; il est le capitaine de la garde militaire de Spencer. Wesker bloqua Lisa Trevor dans le manoir avant que celui-ci n’explose.

Après sa sortie du manoir, Wesker s’engage dans une entreprise rivale d’Umbrella. Il sera néanmoins relégué à un poste moins prestigieux. On le présumera mort pendant quelques mois avant d’officialiser son décès le 28 août 1998.

William Birkin est sous pression

Le 24 juillet, Birkin est en réunion : il donne à la branche de Chicago les données enregistrées lors du combat dans le laboratoire d’Arklay. Cela permis d’élaborer le Nemesis-T de type avancé. Voyant la menace qui pourrait peser sur Umbrella, on demande à Birkin de terminer le Virus G et de produire des rapports réguliers. Déjà mécontent de sa collaboration avec l’entreprise, il devint encore plus méfiant et donna de fausses informations à Umbrella. Il indiqua que le virus était encore inachevé et continua les recherches de son côté.

En août, Birkin demande à Irons de ne laisser aucun membre du S.T.A.R.S s’approcher de l’usine chimique et exige une surveillance totale de l’équipe. Quelques jours plus tard, un pot-de-vin de 10 000 dollars lui est versé. Le scientifique détruisit plusieurs complexes d’Umbrella : en détruisant les recherches, il quitte l’entreprise plus facilement. D’autant plus que le Virus G est presque complet.

Il voulut engloutir l’usine P-12A, une usine désaffectée. Il y inséra des déchets organiques en masse, si bien que le bâtiment se boucha. Les déchets accumulés ont transformé le personnel des égouts en zombie, ainsi qu’un homme de chantier qui s’appelait Thomas. L’hôpital de Raccoon City est débordé avec des patients atteints par le Virus T. Il est difficile de dire si c’est à cause de Birkin ou si c’est la migration du virus depuis les montagnes d’Arklay qui a provoqué l’épidémie :

« 10 septembre.
Ces patients souffrent d’abord de gangrènes et d’hémorragies. Puis leur esprit se désagrège. A la fin, il n’en reste plus rien. Il devient même inutile de les tuer pour mettre un terme à leurs souffrances : ils sont DÉJÀ morts…
Je n’ai jamais étudié pareille maladie. Une fois que les patients perdent leur contrôle psychique, Ils se transforment en monstres affamés de chair humaine…

18 septembre.
Un nouveau patient a été admis à l’hôpital. Il n’en est encore qu’à la première phase de la maladie, mais… Je n’ai pas fermé l’œil depuis plusieurs jours. Je me refuse à laisser ces patients se transformer en « zombies ». Je ne suis pas un simple citoyen, je suis un médecin. Même si j’en meurs, mes notes contribueront à trouver le remède.

26 septembre.
La bataille contre les patients « zombies » nous a coûté presque tous nos médecins et notre personnel soignant. Dans ces conditions, il ne sera bientôt plus possible de maintenir cet hôpital. Je sais qu’il est trop tard pour moi… Comme mes patients, je commence à sentir monter cet appétit de chair… Tout est fini… » (Journal du directeur, Resident Evil 3)

Chris, Barry et Jill s’en vont

Une fois rentrés, Chris, Barry et Jill vont au commissariat de Raccoon City pour raconter les événements. Non seulement personne ne les croit, mais leur supérieur Brian Irons refuse d’ouvrir une enquête sur les activités d’Umbrella. Bien évidemment, celui-ci sait tout. Il est payé en pots-de-vin depuis cinq ans par Birkin pour acheter son silence. Il dissout l’équipe des S.T.A.R.S pour la remplacer par le S.W.A.T.

Atterré mais déterminé, Chris enquête sur son chef et demande une ouverture d’enquête au Federal Bureau of Investigation sur la police de Raccoon City et sur Irons. Pour ne pas éveiller les soupçons, Chris frappe volontairement l’officier Elrand au visage après que ce dernier lui ai renversé du café dessus. Il est suspendu pour prendre des « vacances », et ne parle de son projet à personne bien que Jill ait compris que quelque chose se préparait.

Il invite finalement Jill chez lui pour parler de son projet ; elle décida d’appeler Barry pour qu’il leur prête main forte. Tandis que Barry et Chris se rendent au siège principal d’Umbrella en Europe, Jill collecte plus d’informations sur Racoon City avant de les rejoindre. Si Barry convient de mettre sa famille en sécurité avant de partir, Chris veille à ne rien dire à sa petite sœur pour ne pas l’inquiéter.  C’est l’inverse qui se produisit.

Le début de la fin pour Birkin

Le Virus G est presque terminé. Birkin envoie un message à l’armée américaine : il leur donne le virus en échange d’une protection contre Umbrella. L’armée accepta, mais Umbrella fut mise au courant : des agents infiltrés prirent rendez-vous avec le scientifique pour récupérer l’échantillon. Birkin ne dévoila pas l’emplacement du laboratoire, car il se savait pris au dépourvu. Il envoya un message à Irons.

Ce dernier avait reçu un rapport de police troublant le 20 septembre : des hommes dont on ne connait pas l’identité se déplaçaient dans les égouts armés d’explosifs. Christine Henry, la directrice du centre français d’Umbrella, envoya l’U.S.S (Umbrella Security Service) afin de récupérer le Virus G : Birkin doit être capturé ou assassiné. Wesker, qui est déjà dans une organisation ennemie, tente de sauver Birkin pour obtenir le Virus G.

Mais Birkin ne se laissa pas faire : il libéra le Virus T dans tout son laboratoire. Entre les zombies et les Hunters, il espérait que personne ne survivrait à l’assaut. 3 jours plus tard, Umbrella envoie la Delta Force au mauvais endroit. Elle se retrouve dans l’usine d’incinération des déchets pendant que l’U.S.S fait irruption dans le laboratoire.

L’instinct de reproduction

Confronté par l’U.S.S alors qu’il allait partir, valise et arme sous le bras, Birkin est abattu par erreur : une tasse tombée au sol fut prise pour un tir de son arme. L’équipe Alpha récupère la mallette qui contient des échantillons du Virus T et G et repartent par les égouts. Sa femme arriva quelques secondes plus tard et partit chercher assistance pour son mari mourant.

Quant à Birkin, il ne souhaitait en rien mourir. Il prit une décision lourde de conséquences : il s’injecta le Virus G qu’il avait encore sur lui. Ce dernier refusa de se stabiliser dans son corps. Il devient une créature hideuse qui sera appelée G. Il détruit une partie de son laboratoire, propageant le Virus T. Il tua la plupart des U.S.S et chercha sa fille jusqu’au commissariat, poussé par le besoin de se reproduire avec Sherry.

Resident Evil
William Birkin G

Sherry à l’abri, ou presque

Quand Annette s’aperçoit du danger que court sa fille, elle la contacte immédiatement en lui demandant de rentrer à la maison alors qu’elle était à l’école primaire. Quand Annette récupère Sherry, elle lui demande de prendre avec elle son médaillon dans la boîte à bijoux et de partir au commissariat ; elle ne doit parler à personne.

Le poste de police est envahi de zombies avant même l’arrivée de la petite fille. Elle s’en va donc en direction de la gare pour chercher un refuge contre les monstres de la ville, et contre son père.

Claire Redfield à Racoon City

Claire et Chris sont orphelins. Ne trouvant plus son frère, elle décide d’aller à Raccoon City le 27 septembre 1998, dernier endroit où il pouvait être. Et là, c’est l’hécatombe : la ville est envahie. Elle est sauvée de l’attaque d’un zombie par Léon S. Kennedy, un policier à son premier jour de travail.

Ils décident de travailler ensemble pour sortir de la ville, mais un camionneur fonce sur eux et les sépare : ce dernier a été mordu. Ils se dirigent tout de même vers le commissariat, où Claire trouve le journal de son frère dans le bureau des S.T.A.R.S. Pendant qu’elle cherchait son frère, Claire tombe sur Sherry. Elle la protégera contre les zombies.

Une autre personne est en ville au moment des événements : Jill Valentine. Son enquête sur la ville n’étant pas terminée, elle assiste à l’épidémie en première loge. Son objectif est de fuir Raccoon City, mais cela ne sera pas de tout repos :

« Tout a commencé un jour ordinaire de septembre. Un autre jour dans Raccoon City. Une ville sous le joug d’Umbrella.
Personne n’osait s’opposer à eux. Cette absence de force devait forcément les mener à la destruction.
Je suppose qu’ils n’avaient pas d’autre choix que de subir leur sort, mais sans aucun merci. Si seulement ils avaient eu le courage de se battre…
On dit que les roues de la justice doivent tourner et que rien ne peut les en empêcher. Rien. C’était la dernier chance pour Raccoon City… ma dernière chance, ma dernière sortie… » (Note de Jill, Resident Evil 2)

Resident Evil 3

La membre du S.T.A.R.S était dans son appartement quand le danger s’est fait sentir. En sortant, elle rencontre Brad Vickers : celui-ci raconte qu’une créature poursuit tous les membres de leur équipe, sans qu’on sache pourquoi. Jill se rend alors au commissariat et tombe sur la fameuse créature qui n’est autre que le Nemesis dont parlait Brad. Ce dernier se fait tuer par l’ABO pendant que sa coéquipière se cache dans le commissariat. Elle reçoit l’appel d’un membre de l’U.B.C.S, Carlos Oliveira.

Ils se rencontreront plus tard, et ne se supporteront pas tout de suite. Néanmoins, il l’informe qu’un tramway qui va de la mairie au centre-ville peut l’amener jusqu’à un hélicoptère. Malheureusement le tramway manque de certains composants pour le faire fonctionner. Pendant la collecte, Jill rencontre deux autres membres de l’U.B.C.S très affaiblis, Mikhail Victor et Nikolai Zinoviev, ce dernier étant le chef d’équipe. Presque tous les mercenaires sont morts :

« Le jour se lève et nous sommes toujours en plein cauchemar. Il n’y aura aucune provision ici. Les morts-vivants sillonnent les rues, se nourrissent de la chair des vivants.
Si l’on me laissait le choix aujourd’hui, je préférerais être exécuté. Les couloirs de la mort me semblent un asile paradisiaque comparé à cet endroit.
J’ai donc choisi de me tirer une balle dans la tête en espérant ne pas devenir un zombie. » (28 septembre, Journal d’un mercenaire, Resident Evil 2)

Jill ramassa tous les composants, mais toujours le Nemesis derrière elle. Une fois le tramway mis en route, l’ABO s’interposa : le transport déraille et atterrit dans le beffroi d’une église. Milkhail mourut en essayant de repousser la créature et Nikolai ne fut pas retrouvé à partir de ce moment. Jill fit sonner la cloche du beffroi pour être repérée par l’hélicoptère, mais elle dut attendre.

Le parcours de Claire (Resident Evil 2)

Chris n’est plus à Raccoon City, mais en Europe. Plus tard elle rencontre Irons qui tentera de la tuer. Violeur récidiviste et psychopathe ripou, il cache toutes les armes du commissariat pour nuire à la police : pire encore, il traque et tue les survivants. Claire le rencontre quand celui-ci est devant le corps sans vie de la fille du maire, Katherine Warren. Il pointe une arme sur elle. Il dira que ce sont les monstres qui l’ont tué et demandera à être seul, pour pouvoir s’enfuir par une porte secrète.

Si Claire n’était pas arrivée, il aurait empaillé la jeune fille comme une sorte de trophée. Irons croisera Birkins dans le sous-sol du commissariat et se fera tuer, lui laissant une larve implantée. Dans la version de 2019, Claire et Sherry Birkin se retrouvent dans le parking du commissariat quand elles rencontrent Irons. Il ligote Claire après l’avoir tenue en joue pour kidnapper Sherry. Cette dernière est enfermée dans l’orphelinat de la ville et n’a plus son pendentif : il cache une puce qui permet de se rendre dans le laboratoire souterrain.

Une altercation abrasive

Quand Irons découvre la disparition du pendentif, il contacte Claire pour le récupérer. Pendant ce temps, Sherry cherche à s’échapper. Au moment de prendre les clés, Irons s’approche, furieux. Elle lui jette alors une bouteille de produit corrosif en plein visage avant de courir à l’étage. Irons est touché, et abandonne la poursuite pour se mouiller le visage.

Dans un élan de courage, Sherry prend les clés et s’enfuie jusqu’au portail, mais en vain : le portail est bloqué par des chaînes. Elle retourne alors dans la première pièce où elle se trouvait. Grosse erreur, puisque Irons est tout proche. Il allait lui faire subir on ne sait quoi quand Birkin se jette au secours de sa fille.

Ce dernier est déjà transformé par le Virus G, il fait avaler à Irons une larve de Monstre GClaire débarque à l’orphelinat pour sauver Sherry, et tombe sur Irons, complètement hystérique. Il tente de la blesser mais la larve implantée dans son organisme décide de sortir par son estomac. Le chef de la police s’effondre, tué sur le coup.

Léon et Ada

Pendant qu’il enquête au commissariat, Léon fait la rencontre d’Ada Wong : elle cherche apparemment son petit ami, un certain John Clemens. Ils se rencontrent plusieurs fois pendant quelques secondes mais s’avoue être particulièrement bien renseignée sur les événements de Raccoon City. Elle est employée par Albert Wesker pour récupérer le Virus G du corps de William.

Ada était au commissariat pour trouver Ben Bertolucci, un journaliste ayant des informations très importantes sur Umbrella. Ils trouvent Ben ensemble dans la prison ; il s’est enfermé dans une cellule pour se protéger des zombies. Ils n’obtinrent comme information que le moyen de sortir de la ville en passant par les égouts, situés derrière le chenil du commissariat.

Le portail menant au chenil étant fermé, Ada passe dans un conduit d’aération au-dessus de la porte grâce à Léon. Durant le trajet, elle aperçoit Sherry qui s’enfuit à son passage. Son exploration terminée, elle décrète ne plus pouvoir revenir : elle donne la clé et quelques munitions à son compagnon et part emprunter un autre chemin.

Resident Evil
Ben Bertolucci

Course poursuite et infection

À partir de ce moment-là, Claire et Sherry sont poursuivies par Birkin, un être maintenant difforme. Dans la version originale de Resident Evil 2, Sherry se fait aspirer par une bouche d’évacuation dans les égouts : elle est retrouvée par son père qui l’infecte avec le Virus G. Dans le Remake, Sherry est infectée après être tombée dans la salle des déchets, une plateforme s’étant dérobée sous ses pieds. Elle perd connaissance, et son père en profite pour lui implanter un embryon du Virus G avant de partir. Claire en reconnaîtra les symptômes.

Ada arrive à rejoindre Léon et retournent voir Ben pour demander de plus amples informations. Il leur récupèrent deux documents qui portent sur l’antidote du Virus G, la conspiration entre Irons et Birkin ainsi que la mutation de ce dernier, après la mort du journaliste. Ce dernier est mort, attaqué par William à travers le mur de la prison. Ils partent en direction des égouts pour fuir la ville, mais ils repèrent Annette.

S’en suit une altercation armée entre Ada et Annette quand Léon prend une balle dans l’épaule pour sauver la vie de sa nouvelle coéquipière. Ada partit retrouver la scientifique afin d’avoir une petite conversation. Annette lui raconte alors l’histoire du Virus G, l’infection de Raccoon City par le Virus T et la mort de John. Soudain Annette panique ; le pendentif de sa fille est au cou d’Ada. Elle se bat pour récupérer le collier de Sherry, mais Ada la pousse dans la piscine en contrebas.

Une vie contre une autre

Claire et Sherry se rendent au laboratoire souterrain d’Umbrella afin de trouver un remède appelé DEVIL, précédé d’un combat avec William qui en deuxième phase de mutation. Durant leur escapade au laboratoire, Claire a rencontré Annette : cette dernière pense que Claire est une espionne et manque de la tuer. Le temps de comprendre qu’elle est là pour guérir sa fille et la protéger, William blessera mortellement sa femme sur les plateformes. Annette a tout juste le temps de donner des instructions à Claire dans le but de fabriquer un antidote du Virus G.

Ada est rejointe par Léon alors qu’elle tentait de fuir : elle finit par le soigner. En descendant au laboratoire, Birkin blesse presque mortellement Ada. Léon se bat contre lui jusqu’à ce que le monstre s’enfuit, à la fin de sa troisième phase de mutation. Il revint trouver Ada qui avait perdu connaissance ; à son retour, elle avait disparu.

Resident Evil
Birkin en phase de mutation

Quand la vérité éclate

Par le biais d’Annette, Léon avait finalement appris ce qu’Ada faisait à Raccoon City, sans y croire pour autant. Ada lui dira la même chose. Quelques minutes plus tard, une ABO du nom de Tyran T-103 fait son apparition. Ada sauve la vie de l’homme dont elle est tombée amoureuse, mais sera sévèrement blessée. Le Tyran n’en mène pas large pour autant : l’espionne lui a tiré dans la tête. Il tombe de la plateforme et atterrit dans du métal en fusion.

Resident Evil
Tyran T-103

Le système d’auto-destruction se déclenche dans le laboratoire : pour ne pas ralentir Léon, elle feindra sa mort et l’embrassera avant de lui avouer ses sentiments et de s’évanouir. Le pendentif de Sherry est récupéré par Léon qui contient un échantillon du Virus G, mais il le jette dans le vide. Ce geste permet à HUNK, un agent de Wesker, de récupérer l’échantillon.

Claire contacte Léon pour qu’il récupère Sherry ; il faut l’amener jusqu’au train de secours. Elle crée l’antidote dans le laboratoire ; avant de rejoindre le train, elle est attaquée par Birkin une fois de plus (quatrième phase de mutation). Pendant ce temps, Léon arrive à la salle de repos où se trouve la petite fille. Il la met en sécurité dans le train de secours, après avoir rétabli l’alimentation.

La dernière phase

Léon est encore attaqué par le Tyran, plus furieux que jamais. Ada lui lance un lance-roquettes en toute discrétion ; cela suffit à Léon de mettre un terme à ses doutes et à la vie du Tyran. Claire court vers le train afin de fuir, mais Birkin cherche à la terrasser sous sa cinquième phase de mutation. Il n’est alors qu’un gigantesque amas de chair. Claire, Léon et Sherry sont à bord du train, mais ce qu’il reste du scientifique refuse de les lâcher. Claire réussit toutefois à administrer l’antidote à Sherry.

Une séquence d’auto-destruction de quelques minutes est lancée. Ils n’ont pas le choix, ils doivent se débarrasser de Birkin. Ils quittent le train pour courir à côté des rails vers la sortie. L’explosion aura raison du laboratoire et de William, de manière définitive. Si Léon se jura de détruire Umbrella, Claire repartit chercher son frère. Quant à Sherry, elle est secourue par les autorités américaines. Le Virus G n’a pas disparu grâce à l’antidote, mais ce dernier lui a permis de guérir rapidement sans effets secondaires.

La fin d’une longue nuit

Le Nemesis n’est pas seulement fort, il regorge d’inventivité pour tout détruire. Avec un lance-roquettes, il détruit l’hélicoptère : plus moyen de partir de la ville. Un combat s’amorce contre la créature. Aidé par Carlos, le Nemesis s’enfuit blessé, mais Jill a été infectée par le Virus T. Inconsciente, elle dormira deux jours entiers dans l’église. Elle se réveille donc le 1er octobre.

Après ce repos plus que mérité, Jill informe Carlos de son infection. Il part chercher un vaccin à l’hôpital de la ville et la guérit. Elle apprend que Nikolai n’a pas disparu. Pire encore, c’est un traître : en trouvant le laboratoire souterrain, elle s’y rend et combat ce dernier. Carlos informe Jill que la ville va bientôt être détruire par des missiles afin d’empêcher l’infection de subsister. Le Nemesis réapparaît, mais sera tué par Jill grâce à un lance-roquettes et 6 balles de Magnum :

Mets-toi bien ça dans le crâne : les S.T.A.R.S. ne meurent jamais!! (Jill)

Elle rejoindra un hélicoptère avec Carlos ; l’appareil est piloté par Barry Burton.

Infiltration rondement menée

Une fois qu’Ada a lancé le lance-roquettes à Léon, elle s’échappa du laboratoire pour se diriger vers l’hôtel Apple Inn où se trouve un contact de l’entreprise de Wesker. Toutefois à son arrivée, elle trouve l’homme mort par suicide et Wesker qui la surveille via son ordinateur. Ce dernier pensait qu’elle avait échoué, mais c’est le contraire. N’ayant plus de Virus G sous la main, elle a mis des tissus de Birkin dans le pendentif.

Wesker l’informe que la ville va bientôt être rasée par un missile envoyé par Derek Simmons, son ancien employeur. Un hélicoptère l’attend pour fuir la ville avec un cadre d’Umbrella et Sergei Vladimir, les derniers employés d’Umbrella. Albert veut qu’Ada survive étant donné la trouvaille qu’elle porte sur elle. Toutefois, elle a vu les conséquences du Virus T et n’imagine pas ce qu’engrangerait le Virus G. Malgré tout, elle obtempéra.

Elle parcourt donc le chemin qui la sépare de l’hélicoptère et attrape le grappin juste au-dessus de sa tête. Un Hunter tente alors de l’attraper alors qu’elle est dans les airs, mais il manquait quelques centimètres pour y arriver : tout ce que le Hunter put attraper d’Ada, c’est son talon haut.

Voici la fin de la première partie des Chroniques de Resident Evil. La suite sera très bientôt disponible !

On te laisse la parole :