Mario Kart Tour a débarqué sur iOS et Android il y a peu. Il s’agit du portage d’une des licences phares de l’éditeur !

Quand Nintendo s’est lancé dans le portage de ses licences au format mobile, de nombreux joueurs ont crié au scandale. Malgré cela, au fur et à mesure des portages, Nintendo peaufine sa formule pour satisfaire les plus exigeants. Force est de reconnaitre, au vu du succès constaté et des profits générés, que Nintendo ne s’est pas trompé quant à l’engouement que cela pouvait rencontrer. Et le dernier arrivé ne fait pas exception à la règle.

Mario Kart Tour assied sa suprématie sur smartphones

Le jeu était ouvert aux préinscriptions pour pouvoir le télécharger le jour de la sortie.

Une semaine après sa sortie, le nombre de téléchargements est édifiant : le jeu fait 6 fois mieux que le précédent record détenu par Animal Crossing : Pocket Camp.

En effet, 90 millions de téléchargements uniques ont été enregistrés, toutes plateformes confondues !

Le succès de Mario Kart Tour parfaitement illustré
SensorTower propose un graphique comparatif très intéressant

Les revenus sont aussi à la hauteur et Mario Kart Tour a généré 12,7 millions de dollars via ses microtransactions. Cela représente le 3e meilleur jeu, derrière Fire Embem Heroes (28,2 millions de $) et Super Mario Run (16,1 millions de $).

Nul doute que l’arrivée prochaine du multijoueur dans le jeu permettra d’accroitre encore le nombre de joueurs.

Il faudra néanmoins que Nintendo arrive à conserver une base solide pour garder les joueurs et ne pas les lasser. C’est ce que l’éditeur a commencé à faire avec la mise en place de saisons avec du contenu exclusif. De nouveaux personnages, karts et ailes sont disponibles pour une durée limitée. L’éditeur joue aussi sur la nostalgie en utilisant des circuits des anciens épisodes au milieu d’inédits.

Et vous, avez-vous déjà craqué pour le jeu ? Si ce n’est pas le cas, vous pouvez le faire via le Play Store ou l’App Store. Mario Kart Tour est disponible depuis le 25 septembre 2019, sur iOS et Android.

On te laisse la parole :