TEST – God of War, un portage PC réussi ?

banière-header-pub-nvpn

Développé par Santa Monica Studio et édité par PlayStation Studios, God of War est un jeu d’action/aventure qui relance la licence après cinq années de calme olympien. Initialement sorti en exclusivité le 20 avril 2018 sur PlayStation 4, le titre fait partie de la politique de portage qu’a initié Sony ces dernières années. Qualifié de chef-d’œuvre à sa sortie et ayant obtenu le titre de GOTY (jeu de l’année), est-ce que le titre s’en sort aussi bien sur PC ? C’est ce que nous allons découvrir dans ce test.

Test de God of War sur PC

god-of-war

La vie est un long fleuve…

Dans God of War vous incarnez Kratos fatigué, mais apaisé puisque plusieurs années se sont écoulées depuis sa vengeance contre les dieux de l’Olympe. Il a décidé de s’exiler et de vivre simplement dans le royaume des dieux nordiques. C’est dans ce monde inhospitalier qu’il a refait sa vie et qu’il est devenu à nouveau père du jeune Atreus. L’histoire débute juste après le décès de sa femme Faye. Afin d’honorer la mémoire de cette dernière, Kratos et Atreus vont devoir réaliser un voyage symbolique et se rendre sur la montagne la plus haute de Midgard et y répandre ses cendres.

god-of-war

Commence alors votre périple au demeurant simple, mais parsemé d’embuches, de détours et de rencontres marquantes. Ce sera également l’occasion pour Kratos d’assurer son rôle de père et d’être le protecteur et mentor de son jeune fils Atreus. Une mission des plus délicate pour notre chauve soupe au lait favori puisqu’il sera contraint de dominer sa rage afin de transmettre de meilleures valeurs à sa progéniture.

Vous l’aurez compris, ce God of War se veut plus scénarisé que les précédents opus. L’accent est clairement mis sur le côté humain du fantôme de Sparte et plus particulièrement sur sa relation avec Atreus. Au cours de votre épopée vous rencontrerez des personnages secondaires de qualités, un lore bien fournit et fourmillant de détails.

Même si d’apparence le scénario n’est pas très original, le récit est bien ficelé et s’ancre parfaitement dans l’univers. La mise en scène a été particulièrement soignée, car le titre a été pensé comme un énorme plan séquence. Cette absence totale de temps de chargement une fois en jeu rend la vingtaine d’heures de jeu pour boucler la trame principale fort plaisante. Pour les plus minutieux d’entre vous, comptez une cinquantaine d’heures pour atteindre les cent pour cent.

God of War renouvelle sa formule ?

Nous avons affaire ici avec un épisode complètement revisité. Cette nouvelle forme de gameplay risque de dérouter les fans de la première heure dans les premières heures de jeu. En effet, le titre bénéficie d’un repositionnement de la caméra, d’un système de combat remanié, d’un système de coopération avec Atreus, des quêtes annexes, de la magie, d’un petit côté RPG, enfin et surtout une belle barbe finement taillée.

Le monde de ce God of War se voulant partiellement ouvert, la caméra a été placée derrière Kratos favorisant ainsi l’exploration et la contemplation des lieux visités. Un soin particulier a été apporté au level-design car la carte du jeu regorge de bonus, d’objets à collectionner et de chemins alternatifs déblocables au fur et à mesure de l’aventure. Tout se présente sous forme de petites énigmes relativement simplistes et de séquences de plateforme assez basiques.

god-of-war

Au cours de vos pérégrinations, vous rencontrerez des personnages secondaires, des frères nains. Ils vous donneront la possibilité de forger de nouvelles pièces d’armure, améliorer vos équipements, acheter des ressources et ainsi faire évoluer les statistiques de votre héros.

Ce duo pourra également vous donner des quêtes secondaires. Celles-ci vous donneront accès à de nouvelles zones de sur la carte. Elles permettent de mettre la main sur de l’expérience, de l’argent et surtout sur des objets rares fortement utiles lors de l’utilisation de la forge.

Goûte à ma hache !

Ce qui surprend le plus au début de l’aventure c’est la lourdeur de Kratos, lui qui virevoltait frénétiquement dans des angles de caméra impressionnants. La caméra dans le dos ne nous donne plus de vision d’ensemble et nous force à apprendre le maniement de notre bouclier et de notre hache runique, Léviathan.

Même si dans les premières heures on peut se sentir fortement limité, le nouveau système de combat s’avère exigeant, mais très riche une fois qu’on a commencé à améliorer notre hache. Elle possède deux emplacements afin d’y glisser des attaques runiques bien utiles qui se recharge avec le temps.

god-of-war

Une fois Leviathan bien en main, c’est du pur bonheur de la lancer sur un ennemi volant pour le faire tomber au sol, de se ruer dessus pour l’enchainer avec nos poings, d’esquiver une attaque par derrière et de rappeler notre hache d’une simple touche et de la voir toucher les ennemis sur sa trajectoire.

Au cœur de ce nouveau système de jeu, on retrouve Atreus. Même si la majorité du temps il est contrôlé par l’intelligence artificielle, on peut le contrôler partiellement et lui faire décocher des flèches sur les ennemis ciblés. Son arc possède également un emplacement pour y associer une attaque runique sous forme d’invocation.

Les affrontements ont certes perdu en vivacité, mais ont grandement gagné en impact. On assiste à une véritable montée en puissance tout au long de l’aventure. On regrettera toutefois une certaine redondance due à un bestiaire peu inspiré. En effet, les types ennemis rencontrés sont peu nombreux, on a malheureusement affaire aux mêmes modèles, mais de couleurs différentes.

God of War bénéficie-t-il d’un portage de qualité ?

Techniquement, on ne va pas se mentir c’est beau. Le jeu nous propose un univers aux environnements riches et variés. Le niveau de détails atteint sur les modèles des personnages, les textures, les particules, les effets visuels et de lumière est vraiment très agréable à l’œil. Le plus bluffant dans tout cela c’est qu’il n’y a aucun écran de chargement ou d’écran noir, on reste tout au long du jeu dans le dos de Kratos.

Le jeu intègre également un mode photo plutôt sympathique, qui permettra aux habitués d’immortaliser certaines séances épiques de leur voyage. On notera toutefois qu’à certain moment nous avons fait face à des baisses de fréquence d’image, mais rien de bien méchant ou bloquant.

god-of-war

Côté bande-son, rien à signaler. Le travail du compositeur Bear McGeary est exemplaire. Les différentes propositions sonores, bien que discrètes, accompagnent très bien les actions de notre héros et nous immergent comme il se doit dans cet univers froid et impitoyable. Les aficionados pourront cependant reprocher la mise en placard du thème principal des précédents titres de la licence.

God of War est disponible depuis le 14 janvier 2022 sur PC via Steam et Epic Games Store.

Points Forts :

  • Graphiquement très beau.
  • Le nouveau système de combat.
  • Coopération Kratos/Atreus.
  • Un lore dense et bien amené.

Points Faibles :

  • Baisse de fréquence d’image.
  • Bestiaire peu développé.
  • La carte pas très claire.
banière-instant-gaming-header

Résumé

Santa Monica Studios a su conserver l'essence de la licence God of War tout en révolutionnant sa narration, sa progression et son système de combat. On a affaire ici à un titre de grande qualité avec un récit simple mais maitrisé, un gameplay moins vif et plus impactant et exigeant, d'une direction artistique soignée et d'une technique solide.
Graphisme
90 %
Durée de vie
95 %
Gameplay
85 %
Histoire
80 %
Bande son
90 %

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

nio_-'
nio_-'
Grand amateur de jeux vidéo depuis mon plus jeune âge, mon côté curieux me pousse à être en recherche constante des petites perles que peuvent nous offrir les studios de développement, grands comme petits. Je suis amateur de jeux d’infiltrations, d’aventure et de RPGs, mais je ne boude pas mon plaisir devant un point-and-click, un MMO, un jeu de gestion, etc… Bref vous l'aurez compris je suis un véritable touche-à-tout du monde vidéoludique. Sauf peut-être les jeux d'horreur qui ne sont pas vraiment ma tasse de thé. Particulièrement sensible au scénario, à la mise en scène, à la DA et à la musique, ce que je recherche avant tout ce sont des sensations, des émotions et des expériences uniques qui resteront gravées dans mon esprit de joueur.

Articles Récents

387 Suiveurs
Suivre
TEST - God of War, un portage PC réussi ?Santa Monica Studios a su conserver l'essence de la licence God of War tout en révolutionnant sa narration, sa progression et son système de combat. On a affaire ici à un titre de grande qualité avec un récit simple mais maitrisé, un gameplay moins vif et plus impactant et exigeant, d'une direction artistique soignée et d'une technique solide.