Disponible depuis le 1er avril 2021 chez Mana Books, le premier Tome d’Assassin’s Creed Dynasty nous fait découvrir les bases d’une histoire jamais vue dans la saga éponyme d’Ubisoft. Que nous raconte ce premier manhua ? Découvrons-le ensemble !

Assassin’s Creed Dynasty n’est pas un manga.

Avant de commencer, faisons une petite minute culture. En effet, nous sommes habitués au format manga, mais parfois nous avons affaire à des manhuas. Le mot chinois manhua correspond au terme « bande dessinée ». Ses caractères chinois sont les mêmes qui composent le mot manga. Selon certains spécialistes, il semblerait bien que ce terme ait été emprunté à la langue japonaise autour du XXe siècle. Tout comme le manga, ce type d’ouvrage se lit de droite à gauche.

Passons maintenant au sujet qui nous intéresse le plus, le contenu.

En Chine, durant l’an 755 de notre ère, une guerre civile éclate au sein de la prospère dynastie Tang. An Lushan, un chef militaire aux idées proches de celles des Templiers, forme une armée dissidente afin de s’emparer du pouvoir. Pris de court, l’Empire vacille et le peuple se retrouve sous le joug du tyran.

Mais un assassin nommé Li E, entraîné dans les lointains et mystérieux royaumes de l’Ouest, va se dresser contre lui dans l’espoir de sauver son pays. Formant une alliance avec des fidèles de la dynastie Tang, il devra se montrer rusé et discret afin de défaire An Lushan

Bien que cette description disponible sur la troisième de couverture nous donne envie, il s’agit là d’un résumé de toute l’histoire. Dans ce premier tome, nous faisons la connaissance des personnages principaux à savoir l’assassin Li E, ou encore An Lushan. Pour le moment, ce dernier n’est qu’un simple général qui est remercié par l’Empereur pour la sauvegarde des frontières du pays.

Hormis la présentation des individus ci-dessus, scénaristiquement parlant, ce premier tome nous laisse sur notre faim. Il ne se passe pas grand-chose, bien que l’on dévore les pages avec un certain plaisir. En effet, le coup de crayon de Zhang Xiao est fantastique et donne vie aux scènes qui se déroulent d’une manière formidable, de plus, les scènes d’actions se démarquent des autres par des traits plus vifs, qui nous feraient presque entendre le son du saut de l’aigle.

Nous ne doutons pas que les prochains tomes soient bien plus compliqués sur le point de vue du scénario. La saga Assassin’s Creed est quand même connue pour se mettre en place petit à petit, il est donc logique qu’en 208 pages, tout ne soit pas expliqué.

Cette série a été créée par le scénariste Xu Xianzhe, connu pour avoir fait Blades of The Guardian. Il est reconnu dans son pays, comme étant l’un des meilleurs dessinateurs chinois, et a successivement été couronné aux “Quarante talents en quarante ans d’animations” et a remporté le prix du “Meilleur jeune talent d’Amazon Chine“.

Nous devons les dessins à Zhang Xiao qui fait partie de la nouvelle génération d’auteur de manhua. Souvent remarqué pour l’expression et la finesse de ses dessins, il a notamment remporté le “Prix de la meilleure bande dessinée des jeunes talents de la China Internatinal Comis and Game Expo“, ainsi que la médaille de bronze du “Concours créativité et jeunes talents du manga“.

En résumé.

Assassin’s Creed Dynasty nous présente dans ce premier tome les personnages principaux et met également en place quelques intrigues sans toutefois prendre la peine de les étoffer, ce qui n’a rien de surprenant lorsque l’on connaît la saga éponyme. Tout vient à point à qui sait attendre. En ce qui concerne les dessins, le dessinateur parvient à nous faire voyager et sait adapter son coup de crayon à la situation. Les scènes d’actions bénéficieront d’un mouvement plus vif tandis que durant les scènes calmes, ou festives, les traits seront plus posés et nous inciteront au calme. Il nous tarde de connaître la suite de cette intrigue inédite.

Appréciation : Bien

Assassin’s Creed Dynasty est disponible depuis le 1er avril chez votre revendeur habituel aux éditions Mana Books au prix de 9,65€.

On te laisse la parole :