Test – Scarlet Nexus le J-RPG moderne

Publié :

Développé et édité par Bandai Namco, Scarlet Nexus est le dernier J-RPG de ce studio. Ce titre a immédiatement attiré notre curiosité, surtout lorsque l’on a su que ce sont les anciens de la Team Tales Of, notamment ceux derrière Tales of Vesperia et Symphonia étaient derrière ce titre. La démo nous avait paru très satisfaisante, mais quand est-il du jeu complet ? Découvrez-le dans notre test.

Test de Scarlet Nexus sur PS5

Un jeu, deux histoires.

Des monstres nommés Autres ont envahi la planète. Personne ne sait d’où sortent ces créatures, mais ce qui est certain, c’est que les armes traditionnelles sont inutiles contre elles. Une hormone a été découverte dans le cerveau des humains et cette dernière offre la possibilité à 99,99 de la population de développer des pouvoirs psioniques, la seule chose capable de tuer ces monstres. Toutefois, seule une petite partie d’entre eux sont capables de les gérer à un haut niveau sans qu’il y ait de séquelles cérébrales irréversibles. C’est alors que fût créé la BEA (Brigade d’Élimination des Autres), avec ces personnes d’exception.

Vous aurez le choix d’incarner deux personnages : Yuito Sumeragi et kasane Randall.

Le premier est le fils d’un homme politique et jeune frère du dirigeant de la BEA, bien que cela ne lui apporte rien dans sa carrière, bien au contraire. Durant sa jeunesse, il a survécu l’attaque d’un Autre ce qui l’a motivé à intégrer la BEA, afin d’aider les humains à lutter contre ce fléau.

La seconde, quant à elle, est une jeune fille au passé trouble qui a été enrôlé par la BEA lorsqu’ils ont détecté chez elle une prédisposition importante aux pouvoirs psioniques. Bien que sa personnalité soit complexe, elle reste tout de même sincère et attachante.

Scarlet Nexus
Kasane à gauche, Yuito à droite

A priori bateau, le scénario est bien plus profond qu’il en a l’air. Au fur et à mesure que vous avancerez dans l’histoire, vous vous rendrez compte que le danger ne vient pas forcément de là où vous croyez. Nous n’en dirons pas plus pour éviter les spoils, mais les rebondissements sont nombreux et elle saura vous tenir en haleine.

La particularité de ce jeu réside dans sa trame narrative. En effet, pour comprendre l’entièreté de l’intrigue, il vous faudra jouer avec les deux personnages. Vous pourrez ainsi découvrir les deux facettes d’une même pièce.

Pour chaque personnage, l’histoire dure environ entre 20 et 25 heures, doublé ce chiffre si vous souhaitez faire la seconde. Pour terminer le jeu à 100 %, on peut se rapprocher des 80 heures de jeu, le temps de découvrir tous les secrets et de terminer les quêtes annexes, si vous avez le courage de toutes les faire.

Scarlet Nexus fait passer l’amitié par-dessus tout.

Une histoire aussi intrigante soit-elle, ne vaut pas le coup sans personnages attachants. De ce côté, c’est également une réussite. Bien que certains soient des purs stéréotypes, entre la grande timide rejetée de tous à cause de ces pouvoirs, l’amoureuse qui se trouve en plein dans la friend zone, ou l’adulte complexé à cause du talent inné des plus jeunes, cela reste tout de même modéré, dans le sens où on ne les entend pas se plaindre toutes les 5 minutes. Rapidement, on s’attachera vite à chacun d’entre eux.

Nous aurons également la possibilité d’approfondir notre relation avec eux et par ce fait d’en apprendre un peu plus sur leur vie. Dès la fin du premier chapitre, vous aurez l’occasion de découvrir la plaque, refuge de votre équipe. Lorsque vous serez dans cet endroit, vous serez libre de constituer votre équipe et partir explorer les zones déjà visitées, faire un peu de leveling si cela vous chante, ou encore d’accomplir des quêtes annexes. Bref, c’est votre moment de liberté.

Une petite note importante au sujet des quêtes annexes. Lorsqu’un PNJ vous donne une mission, il vous explique dans les grandes lignes le but et ne vous dit pas l’endroit. Il faut aller dans le menu, sélectionner histoire, puis quêtes annexes. Ainsi, vous aurez tout le descriptif de la mission.

Pour approfondir la relation avec vos amis, vous aurez deux possibilités. La première de participer à des évènements divers, comme combattre ensemble, ou simplement parler. La seconde d’offrir des cadeaux que vous trouverez en explorant les différentes zones, ou alors en les achetant dans la boutique.

Scarlet Nexus

Bien entendu, cela ne sert pas à rien. Le niveau d’affinité est divisé en 6 paliers. À chaque fois que vous gagnerez un peu plus l’affection d’un personnage, des bonus se débloqueront. Vos camarades prendront plus soin de vous sur le champ de bataille en vous soignant, ressuscitant, ou encore en se mettant devant vous pour absorber les dégâts. Si jamais vous utilisez leurs pouvoirs, ils seront également plus efficaces et se rechargeront plus rapidement.

Des combats dopés au SAC.

Le SAC est une technologie qui permet à votre personnage d’utiliser les pouvoirs de vos coéquipiers. Au total, vous pouvez avoir 3 coéquipiers en combat et 4 capacités sur votre roue. La faculté supplémentaire vient de votre affinité avec vos camarades. À partir d’un certain stade, vous pourrez utiliser leurs compétences, même s’ils sont absents.

Kasane et Yuito ont le même pouvoir : la psychokinésie, ils sont donc capables de contrôler les objets à distance et de les transformer en arme. Tout ce qui se trouve autour de vous peut être utilisé comme les voitures, les bornes de béton, les distributeurs de soda. Les objets les plus imposants quant à eux auront une interaction spéciale sous forme de QTE.



L’exploitation de tous ces objets est vraiment très intéressante, car tous auront un maniement différent. De plus, la DualSense est bien mise à profit dans ces moments-là grâce aux gâchettes adaptatives, ainsi qu’aux vibrations.

Avec les pouvoirs de vos amis, vous pourrez faire des combos vraiment très intéressants. Chaque ennemi a un point faible qui lui est propre que vous pourrez exploiter avec une capacité différente. De plus, avec la carte cérébrale (l’arbre de compétences), vous pourrez à un moment utiliser deux capacités en simultané.

Une direction artistique mi-figue mi-raisin.

La bande-son du jeu est un véritable régal pour les oreilles. Les fans d’animés seront également ravis, car les musiques collent vraiment bien à un jeu de type J-RPG dans ce genre.

En revanche, sur les graphismes, il y a quelques bémols. Les personnages sont parfaitement réalisés, avec des mouvements fluides. Cependant, leur aspect tranche un peu trop avec le décor, les personnages sont mis trop en valeur par rapport à l’ambiance générale.

Bien qu’étant agréable à regarder, l’environnement au loin a tendance à être vide. Alors certes, il n’y a pas besoin de voir à plusieurs kilomètres de distance lorsque l’on est enfermé dans un couloir, mais un peu plus de remplissage aurait été agréable.

Pour les Autres, leur design est complètement fou ! Kouta Ochiai, le directeur artistique de Scarlet Nexus, avait annoncé que l’objectif principal était de faire quelque chose de grotesque et bizarre et pour ce faire, ils ont pris des objets du quotidien. C’est un pari réussi ! Le bestiaire est très étoffé et tous ont une apparence particulière.

On peut également reprocher les raretés des cinématiques. Celles qui sont présentes sont magnifiques et parfaitement réalisées, mais ces dernières sont présentes uniquement pour les moments clé du jeu. Le reste du temps, nous avons le droit à des saynètes qui peuvent parfois être longues. Cela est encore plus frustrant lorsque l’on sait qu’une série est prévue pour le mois de juillet.

Scarlet Nexus est disponible depuis le 25 juin 2021 sur Xbox Series X|S, Xbox One, PlayStation 5, PlayStation 4 et PC via steam.

Points forts :

  • Une histoire incroyable.
  • Une utilisation du lien entre les personnages ingénieuse.
  • Un bestiaire très varié.
  • Deux scénarios différents.
  • Une grande possibilité de combo.
  • Des personnages attachants.
  • Une durée de vie très intéressante.

Points faibles :

  • Trop de saynètes.
  • Un jeu tout en couloir.
  • Des quêtes annexes peu intéressantes.


Résumé

Scarlet Nexus s’adresse avant tout aux amateurs de J-RPG traditionnel et ne peut donc pas plaire à tout le monde. Les deux personnages principaux ont deux histoires bien distinctes qui s’entrecroisent par le biais d’un tronc commun ce qui donne une belle durée de vie au jeu. Les combats sont nerveux tout en étant techniques et offrent une grande possibilité de combos grâce à l’utilisation des capacités de vos coéquipiers, le tout renforcé par un bestiaire conséquent. Malheureusement, le jeu est intégralement fait en couloir, ce qui laisse peu de place à l’exploration. Nous reprochons également le manque de cinématique, ces dernières sont rares et remplacées par des saynètes bien trop nombreuses à notre goût. Toutefois, Scarlet Nexus reste un jeu qui parviendra à séduire sans aucun mal et les adorateurs du genre et s'impose par la même occasion comme un J-RPG moderne.
Graphismes
75 %
Durée de vie
85 %
Gameplay
90 %
Histoire
90 %
Bande-son
90 %

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Amaranth
Amaranth
Je baigne dans les jeux vidéo depuis ma plus tendre enfance. Ma première console? La Méga Drive... Rassurez-vous, je ne suis pas encore un fossile.

Articles Récents

Test - Scarlet Nexus le J-RPG moderneScarlet Nexus s’adresse avant tout aux amateurs de J-RPG traditionnel et ne peut donc pas plaire à tout le monde. Les deux personnages principaux ont deux histoires bien distinctes qui s’entrecroisent par le biais d’un tronc commun ce qui donne une belle durée de vie au jeu. Les combats sont nerveux tout en étant techniques et offrent une grande possibilité de combos grâce à l’utilisation des capacités de vos coéquipiers, le tout renforcé par un bestiaire conséquent. Malheureusement, le jeu est intégralement fait en couloir, ce qui laisse peu de place à l’exploration. Nous reprochons également le manque de cinématique, ces dernières sont rares et remplacées par des saynètes bien trop nombreuses à notre goût. Toutefois, Scarlet Nexus reste un jeu qui parviendra à séduire sans aucun mal et les adorateurs du genre et s'impose par la même occasion comme un J-RPG moderne.