À l’origine, le studio allemand Mooneye Studios avait lancé une campagne Kickstarter en 2016 dont la somme de base était de 100 000 €, ils en ont récolté 326 103 €. C’est ainsi que Lost Ember est né. Désormais, il est temps de voir ce que donne réellement ce nouveau jeu via notre test.

Test Lost Ember sur PS4

Une histoire poignante

Nous suivons Kalani, une jeune femme issue du peuple Yanrana. Cette tribu est vraiment très stricte avec ses croyances et traditions. Les personnes ayant eu une vie exemplaire aux yeux du peuple peuvent aller dans la Cité de Lumière. Les autres voient leurs âmes errer jusqu’à la fin des temps, ou se transforment en animal. C’est le cas de Kalani que nous retrouvons rapidement dans le corps d’une louve, qui ne se souvient plus de son passé. À travers votre voyage, ainsi que de visions de souvenirs, vous découvrirez une histoire poignante et triste. Malheureusement, nous ne pouvons en dire plus sur la trame principale sous peine de trop spoiler. 

Bien que le jeu soit relativement court, compter moins de 10 heures en ligne droite, Lost Ember est avant tout un jeu d’exploration dont l’histoire se révèle captivante. Une petite boule lumineuse vous suit partout vous guidant si vous êtes perdus. Via ce petit être brillant, vous apprendrez que ce monde est bien plus compliqué qu’il n’y paraît. 

Lost Ember souvenir
Un exemple de souvenir

Soyez libre comme un loup

Un vaste monde très varié s’offre à vous. Dans un premier temps, courez librement à travers les plaines. Rapidement, vous aurez la possibilité de vous transférer dans d’autres animaux à l’aide d’une simple touche. Passez donc du petit colibri avec qui vous pourrez voler à toute allure, au gros buffle pour détruire certains éléments de décors, en passant par le poisson, pour tout explorer. Six animaux légendaires d’une couleur différente des animaux “normaux” peuvent également être “possédés” afin de finir le jeu à 100 %.

Si vous souhaitez faire durer le plaisir du jeu, c’est parfaitement possible. Une centaine de champignons à récolter sont disséminés à travers le monde, de même que 77 vieilles reliques d’un monde perdu. De ce fameux monde, il ne reste que quelques ruines qu’il est possible d’explorer si le cœur vous en dit. Des mini-jeux sont astucieusement bien dissimulés. Pour y avoir accès, il vous faudra les trouver à travers le corps des divers animaux disponibles. En gros, on peut vite doubler le temps de jeu si l’on souhaite réellement tout explorer. 

Le jeu est découpé en chapitre que l’on peut faire et refaire à notre guise si jamais des collectibles (cités plus haut) ont été loupés. Chaque zone à son univers graphique, ainsi que musical qui lui est propre. Nous ne sommes donc jamais lassé de la poésie presque continue qui se dégage de ce jeu. Malheureusement, dans les derniers chapitres, cela devient plus du couloir que de l’exploration. Il est donc possible que certains joueurs cessent le jeu. Si cela devait se produire, dites-vous que la fin n’est pas loin et que vous pouvez bâcler Lost Ember. 

Un exemple de paysage

Lost Ember, un jeu simple, mais efficace

Si au premier abord, le fait de pouvoir contrôler plusieurs animaux vous fait peur, ne vous en faites pas, il n’en est rien. Les touches restent identiques pour toutes les formes disponibles. Les enfants pourront s’amuser à voler à travers les différentes zones, tandis que les adultes pourront pousser l’exploration au maximum si vous en avez la patience. 

Pas d’ennemis, pas de violence. Juste une ambiance apaisante. 
Les graphismes sont également simples, mais efficaces. Ce n’est pas du Minecraft, loin de là, mais ce n’est pas non plus de la HD. Bref, c’est un bon équilibre qui reste en harmonie avec les autres composants du jeu. 

Nous apprécions également beaucoup la petite option qui pense aux personnes atteintes de dyslexie. Lorsque vous l’activez, les sous-titres sont modifiés afin de permettre au dyslexique de suivre plus facilement ce qu’il se dit à l’écran. 

Lost Ember est disponible sur PC, PS4, Xbox One depuis le 22 novembre 2019 et à une date indéterminée sur Nintendo Switch. 

Points forts

  • Un jeu relaxant
  • Une histoire poignante
  • Le concept pour changer de forme est bien mis en valeur
  • Un monde complet
  • Une direction artistique à couper le souffle

Points faibles

  • Beaucoup de collectibles
  • Une fin un peu bâclée

Aperçu
Graphismes
80 %
Durée de vie
65 %
Gameplay
80 %
Histoire
90 %
Bande-son
85 %
Je baigne dans les jeux vidéo depuis ma plus tendre enfance. Ma première console? La Méga Drive... Rassurez-vous, je ne suis pas encore un fossile.

On te laisse la parole :