Max ne remonte plus le temps, Chloé n’exerce plus ses talents de fieffée insolente. (Pourquoi jouer alors ? Où est l’intérêt ?) Au diable les préjugés ! Si une suite a été publiée, ça n’est pas pour la laisser de côté. Pas sans avoir testé du moins. Voyons si Life is Strange 2 est à la hauteur de son prédécesseur !

Un retour aux sources pour les studios !

Développé par Dontnod par le biais de Square Enix, le studio n’avait alors pas participé au préquel Life is Strange : Before the Storm ; les fans sont de nouveaux rassurés. En effet, il s’agissait d’un épisode bien différent du premier opus, sans pouvoir surnaturel pour pimenter l’intrigue. Pire encore, les personnages emblématiques de Max et Chloé ont été totalement écartés de ce nouveau jeu afin d’amorcer une aventure toute neuve. Il y avait donc de quoi être réticent.

Mais une fois l’introduction passée, une atmosphère de nostalgie s’installe. Les graphismes de Life is Strange 2 sont fidèles à ces prédécesseurs, et donc de qualité. Le sound design est tout aussi performant jusque dans le thème des personnages principaux : un thème à la guitare sèche, triste et mélancolique comme on aime !

Quand Life is Strange 2 met la larme à l’œil

Le jeu est déconseillé aux moins de 18 ans, et ce n’est pas sans raison. On assiste à beaucoup de violence dans un milieu social défavorisé. L’intrigue transpire la tristesse et l’incompréhension, qui se lisent dans les yeux de nos deux protagonistes Sean (16 ans) et Daniel (9 ans). Le cadre familial est vite posé : une mère absente et un père dévoué à ses fils mais débordé par son travail et les factures à payer.

La famille Diaz vit tout de même convenablement, et les deux frères ne manquent pas de ressources. Mais comme on le dit, tout cela est trop beau pour être vrai. Le voisin, un énergumène qui attire facilement la haine des joueurs, s’en prend à Daniel à cause d’une bêtise. Sean vient au secours de Daniel, mais leur voisin chute sur une pierre. La police, avertie du vacarme, tente d’arrêter les deux frères qui sont suspectés d’agression.

Ayant entendu les cris de ses enfants, le père rejoint le conflit. Malheureusement, il suffit d’un malentendu (et d’un soupçon de racisme) pour anéantir une vie. En quelques secondes, les deux frères sont orphelins. Sous le choc, Daniel hurle de toutes ses forces : il produit une onde de choc destructrice. Sean et Daniel sont contraints de fuir loin de la civilisation pour échapper à la prison. S’en suit alors une longue marche à travers l’Amérique où Sean est responsable de son petit frère : chaque action a son lot de conséquences.

Un Gameplay agréable et des paysages sensationnels

Le système de jeu n’a subi aucun réel changement depuis le premier opus, et cela n’est en rien dérangeant. Il s’agit toujours d’exploration avec quelques sessions de marche, ainsi que des choix multiples. Cependant, les actions ont évolué afin d’impacter les deux personnages à la fois. Voici un exemple simple : si Sean vole quelque chose, Daniel se permettra de le faire également. Le petit frère est très attaché à son protecteur, mais aussi sans défense face au monde. Il faudra donc le suivre de près et prendre soin de lui autant que faire se peut.

De nombreux choix s’offrent aux joueurs quand il s’agit d’explorer, de se nourrir ou de parler aux gens. Quoiqu’il en soit, l’histoire est réaliste : on pourrait la croire vraie (bien que personne ne le souhaite). Un seul épisode nécessite tout de même plus de deux heures de jeu si l’on prend la peine de fouiller chaque endroit. Il faut aussi compter le temps des dialogues et des cinématiques, bien que ces dernières peuvent être parfois coupées. Toutefois, des informations pourraient vous manquer sur le passé des deux frères.

Néanmoins, il ne s’agit pas d’un open world. On ne peut avancer dans le jeu sans avoir récupéré certains objets ou parlé avec un personnage précis, ce qui est dommage. Cela montre que Life is Strange 2 n’est qu’un jeu : on souhaiterait un univers encore plus ouvert, ce qui le rendrait totalement immersif.

Points forts : 

  • Une histoire poignante
  • Des graphismes extrêmement bien gérés ainsi que des effets de lumière somptueux.
  • De nombreux liens avec les jeux précédents (la passion du dessin, Arcadia Bay).
  • Des succès à récupérer à condition d’explorer convenablement le jeu.
  • Un Gameplay original pour des personnages en symbiose.

Points faibles :

  • Une exploration variée mais limitée.
  • Beaucoup de dialogues qui viennent parfois ralentir l’action.
  • Un fichier très lourd : un seul épisode pèse 9 GB.
Aperçu
Graphismes
65 %
Durée de Vie
75 %
Gameplay
65 %
Histoire
80 %
Bande-son
75 %
Fan de littérature et de films d'horreur, je vous transmets ma passion pour les jeux vidéo ;) Peace !

On te laisse la parole :