Test – Legend of Mana, un J-RPG atypique

Développé et édité par Square en 1999, Legend of Mana est un J-RPG et le quatrième volet (plus un spin-off en réalité) de la série des Seiken Densetsu. Originellement sortis sur PlayStation au Japon et aux USA, nous, pauvres européens, n’avons pas eu la chance d’avoir une localisation française. Cependant, Square Enix corrige le tir ce 24 juin 2021 en apportant une version HD du titre sur PC (Steam), PS4 et Nintendo Switch. Nous avons testé Legend of Mana HD sur Steam, retrouvez notre ressenti juste en dessous.

Test de Legend of Mana sur PC

Legend of Mana

Un scénario pour le moins particulier !

L’Arbre Mana a disparu du monde de Fa’Diel depuis neuf siècles, et votre but sera de le faire réapparaitre. L’arbre symbolise l’amour et le désir des humains, et il vous faudra reconstruire le monde avec l’aide de ses habitants pour espérer voir L’Arbre Mana renaitre.

L’histoire de Legend of Mana est atypique, car il n’y a pas clairement de fil conducteur comme dans un J-RPG classique. En effet, le jeu a été pensé pour que le joueur ait beaucoup de liberté. Ainsi, trois arcs principaux, sans liens apparents, permettront d’arriver aux dernières zones, cruciales pour le dénouement de l’intrigue. De plus, plusieurs quêtes secondaires vous seront proposées tout au long de l’aventure afin d’en apprendre encore plus sur ce monde. Ce sera en grande partie au joueur de se renseigner, que ce soit en discutant avec les habitants ou en explorant chaque recoin des cartes. Le titre prend clairement le parti du changement et ose, pas sûr que cela convienne à tous les joueurs de J-RPG classique.

Un gameplay tout aussi déroutant.

Legend of Mana vous demandera d’incarner un héros ou une héroïne, à vous de choisir. Le nom de base du personnage sera “You”, et il sera préférable d’en choisir un autre, à moins que celui-ci vous convienne… Une fois la “création de personnages” faite, vous devrez choisir une arme de départ, et surtout un endroit de la carte du monde pour poser une boite à lettres. Cette dernière déterminera l’endroit où votre maison sera construite sur la carte. Le joueur notera qu’aucune explication ne lui a été donnée, et on ne sait pas à quoi sert cette boite à lettres au départ, ce qui peut être perturbant.

Legend of Mana

Une fois ceci fait, vous êtes littéralement lâché dans le monde de Fa’Diel. Encore une fois, il faudra explorer et discuter avec tous les PNJ sous peine de manquer des choses cruciales, telles que les reliques. Ces dernières sont au cœur du jeu, et la première sera donné par le premier PNJ que l’ont rencontrera devant la maison du héros. Pour bien comprendre, la carte du monde est divisée en case vide. Les reliques serviront justement à combler ces trous en faisant apparaitre des “niveaux”, comme une ville ou une zone sauvage à explorer. Chacun de ces endroits renfermera une ou plusieurs reliques qu’il vous faudra trouver afin de continuer à étendre le monde. Pour le joueur, ce système pourra être fascinant, comme profondément déroutant, et divisera certainement les fans de la licence, encore une fois.

Legend of Mana, des combats et des graphismes HD ?

Les mécaniques de combats n’ont pas évolué dans ce quatrième volet, et nous restons sur de l’action/RPG qui caractérise si bien les Mana. Chaque ennemi sera visible sur la carte, et le joueur aura le choix entre plus de dix armes différentes pour se battre. En fonction de l’arme, vos compétences seront différentes, et vous aurez accès à des techniques de base et spéciales.

Legend of Mana

De plus, le personnage aura accès a une attaque rapide et une puissante. Malgré toutes ces belles choses, les combats seront pour la plupart du temps assez lent, et on ratera très souvent ses coups, surtout les techniques spéciales qui demandent un petit temps avant de se lancer et qui ne viseront pas automatiquement l’ennemi. De plus, la hit box est vraiment capricieuse sur certaine carte. Square Enix propose d’ailleurs de désactiver les combats dans les options… Par contre, les affrontements contre les boss seront quant à eux plus intéressants. Il sera aussi possible de trouver des œufs de monstres de temps en temps, afin de les ramener chez vous et faire de l’élevage.

Graphiquement parlant, Legend of Mana a simplement bénéficié d’un lissage HD pour les décors, les personnages sont cependant restés aussi pixelisés que sur la PS1. Même si les décors sont très agréables à l’œil et pleins de détails, Square Enix aurait très certainement pu faire un effort sur la modélisation des personnages.

Que penser de cette version HD ?

Legend of Mana

Finalement, ce remaster de Legend of Mana apporte très peu de choses, si ce n’est le jeu eu Europe et en français. En effet, seules les textures des décors ont été légèrement améliorées. On aurait aimé un peu plus d’efforts, notamment pour les combats et la modélisation des personnages. Square Enix ajoute cependant une option pour désactiver les combats (pour un action/RPG, ça fait mal), et l’accès au mini-jeu inédit “Ring Ring Land“. Les musiques de Yoko Shimomura quant a elles ont été réenregistrées, et il sera possible d’alterner avec la version originale. Pour finir, la durée de vie du titre est très honorable, et comptez une quarantaine d’heures pour en voir le bout, en fonction de votre façon de jouer. 

Point Forts :

  • Une histoire très riche, pour peu que l’on fouille un peu…
  • L’option qui permet de désactiver les combats…
  • Les textures des décors en HD…
  • Une très grande liberté d’action.
  • Les musiques magnifiques, de Yoko Shimomura, réorchestré.
  • Le mini-jeu Ring Ring Land.
  • La durée de vie du titre.

Point Faibles :

  • … Mais totalement décousue, et beaucoup de joueurs ne s’y prendront pas.
  • … Mais qui montre un manque d’effort de la part de Square Enix pour améliorer les combats.
  • … Mais on aurait vraiment apprécié une meilleure modélisation des personnages.
  • Un remaster vraiment très léger pour une trentaine d’euros.
Aperçu
Histoire
65 %
Graphisme
55 %
Gameplay
65 %
Bande-son
95 %
Durée de vie
80 %
Émerveillé par les jeux vidéo depuis toujours, la Super Nes fut ma première console. Fièrement fidèle à la firme nippone, je lui ai quand même fait des infidélités chez Sony et Microsoft. Les mmorpg ont aussi pris une grande place dans ma jeunesse. Finalement, l'amour du premier jour est revenu (il n'était jamais parti le bougre !) et je suis maintenant principalement sur Nintendo Switch, ainsi que sur PC.

On te laisse la parole :