Il y avait longtemps que nous n’avions pas eu un jeu Dragon Ball retraçant la totalité des aventures de Son Goku, tout en participant à des combats épiques et dantesques. Après les jeux Dragon Ball Fighter Z ou encore Dragon Ball Xenoverse 2, voici que Bandai Namco se lance encore dans un jeu Dragon Ball, qui nous refait vivre pour la énième fois les folles aventures de Son Goku ! Dragon Ball Z Kakarot n’est-il pas le jeu Dragon Ball de trop ? C’est ce que nous allons découvrir dans ce test, après avoir passé de longues heures dans le monde de Dragon Ball.

Test – Dragon Ball Z Kakarot sur PS4 :

Dragon Ball Z Kakarot

Vous ne connaissez pas la saga Dragon Ball ?

C’est le jeu idéal pour la découvrir ! Contrairement à son prédécesseur, Dragon Ball Z Kakarot n’est pas un jeu de combat bête et méchant. Au contraire, grâce à ce nouveau jeu édité par Bandai Namco et développé par CyberConnect2 , vous allez être en mesure de suivre les aventures de Kakarot, le Saiyan le plus gentil de la galaxie ! En effet, le premier nom qu’a reçu Son Goku n’est pas celui auquel vous pourriez penser, puisqu’à sa naissance, il a été nommé Kakarot, un bébé Saiyan, envoyé sur Terre pour la dévaster grâce à ses aptitudes naturelles de guerrier, voilà l’explication pour le nom du jeu. Néanmoins, le destin qu’avaient prévu les Saiyans concernant Kakarot a été incroyablement bouleversé, pour laisser place au bienfaisant Son Goku.

Dragon Ball Z Kakarot

Au grè des aventures de ce dernier, vous allez découvrir ou redécouvrir l’histoire de Dragon Ball Z. Même si le jeu commence avec l’Arc des Saiyans, ce n’est pas pour autant que Bandai Namco a oublié le manga originel : Dragon Ball (l’enfance de Son Goku), puisque de nombreux souvenirs et clins d’œil sont intelligemment mis en place dans le jeu pour avoir une histoire toujours plus immersive et toujours plus profonde. Si cela va ravir les fans, qui auront leur petit moment nostalgique, les néophytes eux vont en prendre plein les yeux et à force, vont connaître sur le bout des doigts l’univers fantastique de Dragon Ball et Dragon Ball Z.

Bien entendu, même si le jeu est très scénarisé, grâce à de nombreuses cinématiques, qui sont toutes d’une excellente qualité, il est aussi possible d’explorer le monde de Dragon Ball, et ce, en totale liberté ou presque ! En effet, si vous aviez toujours rêvé d’explorer les moindres recoins du monde qu’a imaginé Akira Toriyama, ce sera possible dans Dragon Ball Z Kakarot, en volant, courant, marchant et même dans un véhicule. De plus, les combats sont à l’honneur dans ce jeu, on dirait que rien n’a été oublié !

Une exploration ahurissante et de nombreux combats, tout s’harmonise parfaitement dans l’histoire :

Comme nous vous le disions, vous pouvez suivre l’histoire de Dragon Ball dans le jeu, que ce soit d’ailleurs en ligne droite ou en prenant le temps de tout faire. C’est de là que Dragon Ball Z Kakarot tire sa force, la possibilité d’explorer presque à tout va les moindres recoins de l’immense univers de Dragon Ball ! Vous pourrez chasser, pêcher, cueillir des fruits, herbes, légumes pour préparer les meilleurs plats, ou encore fouiller ces mondes gigantesques à la recherche d’orbes Z ou de médailles D. Vous pouvez même rechercher du Ki, grâce à la touche dédiée, pour détecter le Ki des animaux, plantes et êtres vivants, cela sera fort utile pour trouver des objets, des ingrédients, mais aussi pour estimer la puissance de vos ennemis, pour éviter de tomber sur plus fort que vous. L’immersion est alors encore davantage renforcée ! Plus encore, de nombreuses histoires secondaires seront à réaliser, afin de remporter des récompenses telles que de l’expérience, des orbes Z, des cadeaux, des ingrédients ou même des plats !

La maniabilité du personnage est fidèle au manga, cependant il ne sera pas aisé de la prendre en main. Vous pouvez marcher, courir, sauter et même voler en corrigeant votre altitude et accélérer pour voler à toute vitesse comme les héros du manga, un véritable plaisir ! Néanmoins, en faisant cela, vous serez considéré comme une menace et de nombreux ennemis vont vous prendre en chasse, il faudra alors les fuir ou les vaincre en combats. On regrettera l’abondance de ces éléments hostiles, qui ne font finalement que gâcher notre plaisir de voler, surtout qu’on ne remporte pas assez de récompenses alors autant les éviter.

Pour combattre dans Dragon Ball Z Kakarot cela se passera soit à un moment dans l’histoire, qui lancera le jeu en mode combat, soit lors des rencontres déplaisantes que nous évoquions. Comme dans chaque jeu Dragon Ball vous possédez une barre de vie et une barre de Ki (votre énergie, que vous pouvez charger, jusqu’à la surcharge pour être plus puissant). Il faudra surveiller ces deux barres, dans le but de vider la barre de vie de vos adversaires. Pour ce faire, vous pouvez frapper ces derniers au corps-à-corps avec la touche action ou les atteindre à l’aide d’attaque à distance les Kikohas. Si vous voulez faire encore plus de dégâts, il faudra utiliser les techniques de chaque personnage : les vagues Kikohas (KaméhaméhaMassenkoDodompa, …) ou les attaques puissantes de corps-à-corps. Pour utiliser ces techniques, il faudra utiliser le raccourci de la technique disponible sur la palette technique. Vous pouvez assigner de nouvelles attaques aux personnages en respectant leur propre limite, ainsi que des talents. Il est aussi possible de se transformer, en utilisant la palette des transformations de votre personnage ainsi que d’utiliser les compétences de vos personnages de soutiens et mieux, les combos Z, redoutable.

Pour combattre, il faut avoir le ventre plein !

Cette expression pourrait être une citation de Son Goku, qui perd toutes ses forces en combat s’il n’a pas quelque chose dans le ventre. C’est pourquoi la nourriture prend une place importante dans Dragon Ball Z Kakarot. Comme nous l’avons expliqué, il sera possible de récupérer de nombreux ingrédients lors de vos explorations ou de vos missions. Grâce à vos chasses de Dinos ou autres proies et à vos parties de pêches, si vous apportez vos viandes à un cuisinier, celui-ci pourra vous confectionner un plat. N’oubliez pas de l’agrémenter de fruits, légumes, herbes, blés, œufs, laits, que vous pourrez trouver, gagner ou acheter en boutiques, pour améliorer l’effet de vos plats !

Des plats cuisinés fournissent des effets spéciaux, comme des améliorations et des effets de soutien temporaires pour vos héros. Ces effets repas ne sont pas négligeables, surtout lorsqu’un combat de Boss se profile à l’horizon. Bien sûr vous pouvez cuire simplement vos aliments autour d’un feu, mais vous perdrez en qualité dans vos effets repas. Pour avoir des plats cuisinés de meilleure qualité il faudra des ingrédients spécifiques, voire rares et la carte du monde, en plus de montrer vos objectifs, est un bon moyen de trouver facilement vos ingrédients.

Enfin, il existe des repas complets, qui lancent une animation quand vous mangez, à la manière du manga. Ces plats sont les meilleurs du jeu et il augmentent plus efficacement et plus durablement les effets repas sur vos héros. Néanmoins, ils sont difficiles à préparer, car il nécessite des recettes que vous obtenez au fur et à mesure dans le jeu et il faut aussi déjà disposer de plusieurs plats cuisinés pour le confectionner. Contrairement aux repas cuisinés, seule Chichi, la femme de Son Goku est capable de réaliser de tels repas.

Montez en puissance vos personnages grâce aux entraînements et aux orbes Z :

Bien entendu, vous allez retrouver la majorité, voire la totalité des techniques issues de l’univers Dragon Ball dans le jeu Dragon Ball Z Kakarot. Néanmoins, il est possible que certaines soient bloquées, pour les obtenir, il faudra passer par l’arbre de compétences de chaque personnage jouable et dépenser des orbes Z de la couleur demandée (rouge, vert, bleu, multicouleur, argent, doré). Ces orbes se trouvent lors de vos explorations et les couleurs sont liées aux environnements. Ainsi, il sera plus facile de trouver des orbes verts en forêt, des rouges en montagnes et des bleus près des points d’eau. On peut aussi gagner des orbes Z lors des combats.

Parfois, la seule possession des orbes ne suffira pas pour s’accaparer une technique. En effet, il faudra passer par les entraînements, pour apprendre certaines techniques. Pour se faire, il faudra remplir l’objectif de l’entraînement à effectuer pour pouvoir apprendre la technique, l’entraînement étant un prérequis.

Chaque arbre de compétences est différent selon le héros, puisque certains personnages sont fatalement plus forts que d’autres, mais apprennent aussi plus de techniques. C’est même rassurant de voir les différences des arbres de compétences entre un humain et un Saiyan, c’est là qu’on voit qu’un grand fossé les sépare, ce qui est fidèle à l’oeuvre de Akira Toriyama. De plus, les techniques restent propres à leur personnage, ainsi, vous ne verrez jamais Son Goku réaliser un Canon Garic, par exemple, qui est l’attaque de Végéta. Grâce aux arbres de compétences, on voit nettement et surtout on suit la montée en puissance de nos héros, qui gagne des niveaux au fil des combats.

Faites progresser vos tableaux communautaires pour gagner des bonus en combats ou en exploration !

Est-ce que vous vous souvenez de Dragon Ball Budokai 2 sur PS2 ? Le titre avait vraiment déçu les joueurs, surtout avec son système atypique de pièces de jeu à l’effigie des héros à déplacer sur un terrain. Nous allons retrouver ce même système dans Dragon Ball Z Kakarot en bien mieux pensé et évolué. Ces pièces sont appelées emblèmes d’âme et sont à collectionner tout le long de l’aventure. Il faudra ensuite les placer dans des tableaux communautaires, finalement un plateau de jeu.

Le but du jeu est de faire monter le niveau du tableau communautaire en y assignant des emblèmes d’âme. Il faudra cependant le faire avec réflexion, car il existe des liaisons entre les emblèmes d’âme à trouver et à réaliser, pour monter davantage le niveau d’un tableau communautaire. Il existe de nombreux emblèmes d’âme à collectionner, que vous gagnez dans l’histoire principale voire en histoires secondaires ! Chaque emblème d’âme représente un personnage, qui a plus ou moins de force dans des domaines différents. Il faudra alors placer vos emblèmes d’âme de manière à optimiser vos tableaux communautaires, car il en existe plusieurs (7 au total) et chaque tableau possède un leader. La communauté des Guerriers Z a pour leader Son Goku, il faudra donc privilégier des emblèmes d’âme qui auront un lien direct ou indirect avec notre héros.

Un autre moyen d’augmenter le niveau d’une communauté est de faire des cadeaux à des emblèmes d’âme, renforçant d’une part l’amitié (améliorant l’efficacité des personnages de soutiens en combats et vous apportant des récompenses) et d’autres parts le niveau de l’emblème d’âme, donc de la communauté dans lequel ce dernier sera assigné. Plus un tableau communautaire monte en rang et plus vous obtenez des bonus en jeu : les compétences de communauté.

Une histoire extrêmement fidèle, immersive et magnifique.

On ne va pas refaire l’histoire de Dragon Ball et Bandai Namco semble du même avis, puisque dans Dragon Ball Z Kakarot vous allez vivre les histoires des différents personnages de ce riche univers. Fidèle comme jamais, l’histoire du jeu est aussi très scénarisée et cela fait son effet ! On se replonge avec une immersion quasi parfaite dans l’univers d’Akira Toriyama, on participe aux combats dantesques, on vibre, on frissonne, on est en colère, on pleure, on passe par toutes les émotions, preuve que le jeu est une réussite.

Tout le long de l’aventure, nous sommes accompagnés par des graphismes magnifiques qui ont pourtant gardé la pâte graphique de Akira Toriyama ! On aime se balader en volant dans toutes les régions du monde, la liberté est ahurissante, les distances d’affichages sont raisonnables, seuls les combats ont des points noirs, surtout quand les Boss lancent leurs attaques imparables ou nécessitant une partie d’esquive, cela casse complètement l’immersion et le dynamisme des combats, c’est dommage. On regrettera également la présence d’un halo lumineux en haut de l’écran, pour représenter le scintillement du soleil, c’est assez dérangeant et il n’est pas possible de supprimer cela.

La bande-son du jeu est également très présente et très fidèle à la licence Dragon Ball. Rien qu’en lançant le jeu, vous allez découvrir le célèbre générique de l’animé Dragon Ball refait entièrement avec des images du jeu avec une fidélité incroyable ! On retrouvera aussi les musiques les plus emblématiques de la saga, ainsi que de nombreux bruitages, très connus eux aussi, mais parfaitement maîtrisés tout le long du jeu.

L’encyclopédie Z ou la Bible de Dragon Ball Z Kakarot !

Dragon Ball Z Kakarot possède une durée de vie absolument gigantesque. Rien que le premier chapitre, gravitant autour de l’arrivée des Saiyans sur Terre, peut être réalisé en 12 heures et le jeu va jusqu’à la fin du chapitre de Buu ! Plus encore si vous explorez chaque centimètre du jeu et que vous souhaitez tout obtenir. D’ailleurs pour collecter tout ce que vous visitez, récupérez, rien de mieux que la bible de Dragon Ball Z Kakarot : l’encyclopédie Z !

Dragon Ball Z Kakarot

Riche en contenu, cette encyclopédie sera l’un des plus grands bonheurs des joueurs les plus fans de la licence. Ce n’est pas compliqué, tout ce que vous faites en jeu sera enregistré dans ce document. Que ce soit des cinématiques à revoir, des souvenirs à contempler, des informations à glaner, tout sera immortalisé dans l’encyclopédie Z. Des objectifs seront d’ailleurs à remplir pour en savoir encore plus sur la licence Dragon Ball et vous en serez même récompensés, alors ne lésinez pas et remplissez à 100% cette mine d’or !

Sachez que même des fans invétérés ont appris des informations sur le monde de Dragon Ball grâce à ce superbe document. Si vous aimiez les cartes Dragon Ball, celles-ci sont aussi présentes avec leur section dédiée. Si question durée de vie Dragon Ball Z Kakarot se porte comme un charme, avant de terminer l’encyclopédie Z comptez des centaines d’heures supplémentaires en plus de l’histoire du jeu.

Points Forts :

  • L’histoire fidèle comme jamais à l’oeuvre de Dragon Ball !
  • Des graphismes de haut vol, respectant la pâte graphique d’Akira Toriyama.
  • Une bande-son emblématique, parfaitement retranscrite dans les différentes phases du jeu.
  • La durée de vie colossale du jeu, pas moins de 12 heures pour terminer le premier chapitre !
  • Dragon Ball Z Kakrot couvre la totalité de l’animé Dragon Ball Z (jusqu’à Buu donc) et prend aussi en compte le manga Dragon Ball.
  • Les interludes, un bon moyen de souffler après la fin d’un chapitre pour explorer et compléter les zones du jeu.
  • Un nombre impressionnant de zones du jeu à explorer, toute aussi immense les unes que les autres.
  • La carte du monde permet de voir en un coup d’œil où aller et ce que l’on peut récupérer.
  • La cuisine, on s’y prend, à chasser, pécher et récolter les meilleurs ingrédients pour confectionner de bons repas !
  • Le système des tableaux communautaires et des emblèmes d’âme, un véritable amusement pour obtenir avec mérite des bonus de communauté !
  • Les personnages de soutien, que l’on peut d’ailleurs améliorer grâce aux cadeaux sur leur emblème d’âme.
  • L’encyclopédie Z, une bible à compléter !
  • Le doublage japonais (et anglais si vous voulez…).

Points Faibles :

  • Un halo lumineux dérangeant toujours présent en haut de l’écran.
  • Le système des tableaux communautaires et les emblèmes d’âme sont complexes à prendre en main, un véritable challenge motivant !
  • Peut-être trop de téléportations à réaliser pour aller d’une région à une autre pour accomplir une histoire secondaire.
  • Des combats de Boss qui cassent le dynamisme et l’immersion des combats avec leurs attaques imparables.

Aperçu
Graphismes
85 %
Durée de Vie
95 %
Gameplay
75 %
Histoire
95 %
Bande-son
95 %
Bonjour, je suis Monky, rédacteur bénévole depuis 2016 et rédacteur en chef sur Actu Geek Gaming. Le jeu vidéo fait pleinement partie de ma vie, et je pousse toujours plus loin cette passion en commençant la voie du stream sur Twitch et YouTube ainsi qu'à écrire des news et des tests ! Les jeux vidéo, je suis tombé dedans quand j'étais tout petit, grâce à mon père qui a un jour ramené une "console" à la maison : une PS1 ! J'ai commencé avec la première console de Sony ainsi qu'avec les GameBoy de l'époque ! Je n'ai jamais lâché les jeux vidéo et je suis aussi devenu un collectionneur et un rétro gamer, je possède ainsi beaucoup de consoles et de jeux ! Désormais, je joue principalement sur PS4, PC, Nintendo Switch et 2DS !

On te laisse la parole :