De 1995 à 2012, de nombreux fans écumaient les courses futuristes sur le très célèbre titre WipEout. Depuis la fermeture du SCE Studio Liverpool, anciennement Psygnosis, seulement deux titres sont parus : WipEout 2048 sur Playstation Vita et WipEout Omega Collection. Ce dernier regroupait WipEout 2048 et l’incontournable WipEout HD. Et depuis ? Les développeurs avaient le champ libre pour proposer des titres avec cette formule à succès. Pacer, à l’origine intitulé Formula Fusion, est une de ces tentatives. Le studio de développement R8 Games a-t-il réussi le pari d’éditer le digne successeur de la franchise WipEout ? C’est ce que nous allons déduire de notre test.

Test de Pacer sur PlayStation 4 :

Une nostalgie instantanée ?

Indéniablement, le but recherché est complètement atteint de ce côté-là. À peine la première course lancée, l’immersion est immédiate. Les sensations sont bien au rendez-vous. Pacer assume totalement sa ressemblance avec WipEout et en affiche tous les codes : le design futuriste des véhicules volants, les armes et même la bande-son. Il faut savoir que non seulement le studio R8 Games compte quelques développeurs vétérans de WipEout 3, mais ils sont également allés chercher les anciens compositeurs pour reproduire une bande-son de la même trempe que son mentor.

Le gameplay de Pacer est exigeant !

Vue d'ensemble

Bien que la prise en main demande un petit temps (frustrant ?) d’adaptation, la sensation de vitesse est très présente, et ce, quelle que soit la catégorie de course choisie (F3000, F2000, F1000 et Elite). Il faut apprendre à user des aérofreins gauche et droit à l’aide des gâchettes afin de gérer les virages parfois très serrés des 14 pistes. D’ailleurs, celles-ci sont aussi exigeantes qu’exaltantes, car elles sont aussi difficiles que propices à de belles accélérations. La frustration citée peut venir des dégâts causés à l’engin lors des chocs contre les barrières de sécurité. En effet, ils abimeront inexorablement le vaisseau jusqu’à destruction complète de celui-ci, ce qui a pour effet de vous faire réapparaître à l’endroit de l’accident dans le meilleur des cas ou mettra tout simplement fin à la course.

Explosion

La conduite est assez bien réalisée. Elle est plus souple et accessible que dans WipEout, mais manque cruellement de précision, surtout dans les hauts niveaux. Pour ne pas éclater en vol, il faudra donc abuser des aérofreins (L2 + R2 simultanés) pour freiner, éviter de se cogner ou esquiver les missiles des adversaires. Attention, il s’agit de pilotage pur et dur, fini les figures et les tonneaux, il faudra travailler les réflexes et la stratégie.

Une personnalisation sur mesure :

Comme pour son prédécesseur, les engins de Pacer sont armés. Toutefois, les armes ne se récupéreront pas sur l’asphalte, mais s’équipent avant la course. Il est possible d’en choisir 2 parmi 11 possibilités comme les nanoroquettes, les mines, les flashbang, bouclier et ondes de choc… Tout cela n’est utilisable qu’une fois qu’on a ramassé des symboles jaunes dispersés sur le circuit. Ces avantages servent aussi bien à attaquer qu’à se défendre des concurrents. Il faut tout de même noter que les capacités mettent trop longtemps à se recharger. Le boost est déclenchable à n’importe quel moment, mais alors, attention aux murs, plus vous allez vite, plus les impacts coûtent cher.

Custom 2

Et surprise, ce n’est pas la seule possibilité de personnalisation du vaisseau ! En effet, le titre propose 5 types de véhicules différents : Vixen, Sabre, Python, Dragon, Voxel. Ils possèdent tous des forces et des faiblesses parmi les critères suivants : accélération, vitesse maximale, maniabilité, freinage, antigravitation et défense. Ces stats se ressentent fortement pendant la conduite. Toutefois, il y a des éléments de modification afin que votre engin soit unique. Ainsi, au-delà des pièces de customisation pour le flanc, l’arrière et le capot, il est tout à fait possible de modifier le moteur, la maniabilité, le freinage, le système d’antigravitation et la défense des véhicules. Ces composants s’acquièrent grâce à des crédits in-game obtenus en réalisant les meilleurs scores possible. De nombreuses combinaisons existent pour faire des bolides sur-mesure et ultra pimpés, par ici les néons !

Custom

Pacer propose plusieurs modes !

Le fonctionnement de la carrière (mode solo) est classique. Il faut gravir les échelons dans les différentes catégories en concourant pour différentes écuries (10 présentes dans le jeu). Bien entendu, l’objectif principal est d’arriver dans les 3 premiers. Afin de varier un peu les courses, il y a parfois quelques défis  comme ne prendre aucun dégât de mines réparties sur le circuit ou détruire un maximum d’adversaires avec une arme en particulier par exemple. Il faut donc bien vérifier ce qui est attendu avant de lancer le départ pour s’aligner avec le bon véhicule et la bonne artillerie.

Menu

Il est également possible de jouer avec d’autres personnes en ligne. Pour cela, il existe plusieurs modes : Course rapide, Contre la montre, Tour rapide, Destruction, Élimination, Endurance, Tempête et Flowmentum. Ils présentent tous un intérêt certain et amusant. Ils permettent d’évoluer sur les 14 circuits, à l’endroit, en miroir, de jour comme de nuit.

Course rapide : La base. C’est LA course par excellence, pour gagner, il faut arriver premier.
Contre la montre : Course en solo, il faut simplement battre les meilleurs temps.
Tour rapide : Faites le meilleur temps possible ! Attention, quelqu’un peut vous battre après votre essai…
Destruction : Pas de respawn, les adversaires ne réapparaissent pas une fois explosés… Vous non plus d’ailleurs !
Élimination : À la fin de chaque tour, le dernier de la course est éliminé… Vous sentirez l’étau se resserrer au fur et à mesure.
Endurance : Tenez-le plus longtemps, à la fin du premier tour, votre barre de vie commence à baisser lentement. Attention aux attaques !
Tempête : Les armes sont prédéfinies et la zone se réduit, tenez bon !
Flowmentum : Votre vitesse augmente dès que vous passez une porte, il faut donc essayer de n’en rater aucune afin d’arriver premier.

Une ambiance futuriste au rendez-vous :

Pacer

Graphiquement, Pacer n’est pas époustouflant, mais reste très beau. L’ambiance futuriste est respectée puis qu’elle est appuyée par une bande-son semblable à ce qu’on entendait dans WipEout, vraiment entraînante et très électronique. D’ailleurs, la playlist comprend 80 musiques originales et il est possible de choisir celles qu’on préfère. Les environnements sont réalistes, crédibles et variés. Ils vous emmèneront dans un port abandonné, une mégalopole indienne, des villes sous-terraines, un barrage… Les graphismes des décors sont fluides comparés à la vitesse de passage des bolides, entre 400 et 1000 km/h !

La campagne en elle-même ne dure pas très longtemps, elle ne demande qu’une bonne dizaine d’heures. Le vrai point fort de Pacer réside dans les courses en ligne ainsi que dans la personnalisation vraiment cool des vaisseaux. Le menu est déroutant avec de nombreux paramètres à régler qui peuvent perdre les non-initiés. Le jeu présente également des longueurs, surtout quand il faut patienter devant le tableau des scores en attendant que tous les participants passent la ligne d’arrivée lors d’une course chronométrée, surtout quand on a l’habitude de finir premier…

Circuit 2

Pacer est disponible depuis le 29 octobre 2020 sur PC, PS4 et Xbox One, à 39.99 €.

Points Forts :

  • Une nostalgie immédiate.
  • Sensation de rapidité dingue !
  • Personnalisation des engins.
  • De nombreux modes de jeux intéressants.
  • Des circuits variés et beaux.
  • Une bande-son immersive et cohérente !

Points Faibles :

  • Durée de campagne courte…
  • Le menu propose trop de paramètres !
  • Des longueurs dans certains modes.
  • Pas de multi en local.
Aperçu
Graphismes
80 %
Durée de vie
60 %
Gameplay
70 %
Histoire
70 %
Bande-son
80 %
Salut les copinous ! J'ai trois passions dans la vie : le Roller Derby, manger et les jeux vidéo. Le jeu qui a le plus marqué mon enfance était The Legend of Zelda : Ocarina of Time sur N64. Puis, j'ai fait l'acquisition d'un PC Gamer, PS2, PS3, PS4, Wii, Xbox 360, Switch, 3DS... Ce que je préfère, ce sont les RPG pour vivre de grandes aventures ! Et un jour, j'ai pris une flèche dans le genou... Ah non, on m'informe dans le casque que ce n'était pas moi !

On te laisse la parole :