Un an après la sortie de Ghost of Tsushima, qui fût acclamé par la critique, Sucker Punch sort, pour notre plus grand bonheur, Ghost of Tsushima Director’s Cut. Cette nouvelle édition a été retravaillée et remasterisée à la fois sur PS4 et PS5, en plus d’intégrer un DLC. Que vaut cette extension, ainsi que ces améliorations ? Découvrons-le dans notre test sans tarder !

Test de Ghost of Tsushima Director’s Cut sur PS5.

Ghost of Tsushima Director's Cut

Bienvenue sur l’île d’Iki.

Accessible dès la fin de l’acte 2, l’île d’Iki est un lieu inhospitalier lorsque l’on est un samouraï, la population étant majoritairement composée de pirates et autres truands. Cela n’arrêtera pas Jin Sakai. Des gens du peuple sont parvenus à s’échapper de ce petit bout de terre et vous informent que des Mongols ont également envahi cet atoll. Voyant une menace imminente pour Tsushima, le Seigneur Sakai s’en va immédiatement bouter l’envahisseur hors de cet archipel.

Cependant, rien ne peut le préparer à ce qui l’attend. Votre adversaire principal est l’Aigle, Ankhsar Khatun de son vrai nom, une Mongole qui dispose d’étranges pouvoirs pour parvenir à ses fins.



En plus de ce nouvel arc narratif principal, l’île d’Iki a un lourd passé avec les samouraïs. Comment notre héros parviendra-t-il à se faire accepter de ces pirates ? L’aventure de l’île d’Iki peut être terminée entre 5 et 6 heures, comptez le double si vous souhaitez obtenir tous les trophées et découvrir tous les mystères. Cela correspond à la durée d’un seul acte.

Une île mieux proportionnée avec de nouvelles activités.

On ne sait pas dire avec exactitude si c’est la taille de l’île qui nous empêche de nous ennuyer, ou si ce sont les nouvelles activités, ou alors les quêtes secondaires qui sont plus variées. En effet, il ne faut pas oublier que Jin Sakai n’est pas spécialement le bienvenu sur Iki et certaines aventures annexes vous le feront bien sentir.

Ghost of Tsushima Director's Cut

Parmi tous ces conflits, vous pourrez trouver un peu de paix dans les sanctuaires des animaux. Vous pourrez ainsi leur jouer de la flûte, mais pas seulement. Vous contrôlez les notes ! Il vous sera demandé de bouger la manette de haut en bas et de rester entre les lignes. Si vous sortez, Jin fera une fausse note et l’animal qui vous observe partira si votre mélodie lui casse trop les oreilles.

Vous pourrez mettre à l’épreuve vos talents d’archer. Plusieurs défis d’arc vous attendent à travers l’île. Il vous suffit de toucher les lanternes avec vos flèches. Le challenge réside principalement dans le chrono. Vous devez le faire en moins de 7, 15, ou 22 secondes si vous voulez obtenir une récompense. Chaque récompense obtenue pour permettra de tenir votre concentration 0,1 seconde supplémentaire, à condition que vous ayez le bon charme. Ce n’est peut-être rien, mais cumulé, cela revient à quelques secondes en plus.



Naturellement, les activités de l’arc principal sont aussi de la partie. En plus de tout ceci, vous pourrez obtenir une armure inédite pour vous grâce à un adversaire assez coriace, ainsi que pour votre cheval. Désormais, votre monture pourra vous accompagner dans les combats grâce à sa nouvelle compétence de charge. Il piétinera vos adversaires sans aucun remords, tuant ainsi les plus faibles et mettant bien mal les plus robustes. Il ne vous reste plus qu’à terminer le travail à la main. Bien entendu ceci à un coup : votre détermination qui sert également à regagner de la vie et utiliser certaines attaques.

Cette nouvelle version ajoute une autre option qui manquait parfois dans l’opus de 2020, le verrouillage des ennemis. Il est désormais possible de garder un œil sur votre adversaire de manière permanente. Cela ne gâchera pas l’immersion pour autant, le verrou étant vraiment discret et parfaitement incorporé. Lorsque cette option est activée, la caméra se rapproche de vous, comme dans tout duel en un contre un, par contre vous ne voyez pas ce qui arrive derrière vous. Il est bien sûr possible de changer de cible avec le stick droit.

Qu’apporte la PS5 à Ghost of Tsushima Director’s Cut ?

Tout d’abord une meilleure résolution. L’entièreté du jeu a été retravaillée pour afficher des images en 4K, capable de tourner à 60 FPS, ce qui est vraiment pratique lors des affrontements pour anticiper le mouvement des ennemis. Les PNJ ont eu le droit à leur amélioration et se fondent désormais dans le paysage. Dans la version originale, on pouvait constater que ces derniers avaient été moins travaillés. Les paysages qui se succèdent sont tous aussi magnifiques les uns que les autres et beaucoup méritent d’être pris en photo pour faire un magnifique fond d’écran sur nos PC par exemple, ou pour votre PS4.

Les temps de chargement sont devenus inexistants, les voyages rapides se font de manière instantanée et c’est vraiment très agréable. La DualSense est également mise à contribution et c’est un véritable bijou. Que ce soit à pied, ou à cheval les vibrations changent en fonction de l’élément sur lequel vous vous trouvez. Elles seront plus atténuées sur du sable et bien plus rudes sur de la pierre. Il en va de même avec les attaques en fonction de ce que vous faites.

Les gâchettes adaptatives apportent un vrai plus lorsque vous voulez tirer à l’arc, ou que vous utilisez le grappin. Couplez toutes ces nouvelles sensations à un casque audio 3D et l’immersion sera totale. Vous pourrez entendre avec exactitude votre environnement et situer vos objectifs avec précision. De plus, la synchronisation labiale en version japonaise, réservée à la PS5, est un véritable succès.

Ghost of Tsushima Director's Cut

Bien entendu, nous n’oublions pas la bande-son qui est un pur régale pour les oreilles. On passerait bien des heures à l’écouter et à profiter des bruits de la nature très réalistes.

Ghost of Tsushima Director’s Cut a également ses défauts.

Naturellement, aucun jeu n’est parfait. L’IA est toujours un peu aux fraises ce qui peut parfois nous arranger. Bien qu’il y ait plusieurs nouveaux boss, il n’y a qu’un seul ennemi de base, un chaman muni d’une lance qui est là pour booster ses alliés par le biais d’une incantation. Pour mettre fin à son sortilège, il vous suffit de le tuer. Étant donné qu’il se trouve derrière les lignes Mongoles, vous devrez les franchir rapidement afin de ne pas subir trop de dégâts.



Les joueurs ayant déjà terminé le jeu risquent de trouver un autre défaut : le manque de nouvelles compétences. En effet, seul le cheval de Jin obtient de nouvelles compétences actives et le seigneur Sakai quant à lui n’a que 2 techniques d’exploration à apprendre.

Ghost of Tsushima Director’s Cut est disponible depuis le 20 août 2021 sur PS4 et PS5. L’extension sera disponible au prix de 19,99 € pour la version PS4 et 29,99 € pour la version PS5.

Points forts :

  • Des quêtes secondaires plus variées.
  • La conception des PNJ a été revue.
  • Une vitesse d’image à 60 FPS.
  • Une synchronisation labiale pour la version japonaise.
  • Une DualSense parfaitement exploitée.
  • La possibilité de verrouiller ses adversaires.

Points faibles :

  • Une IA toujours aux fraises.
  • Un seul ennemi basique.
  • Pas assez de nouvelles techniques.

Aperçu
Graphismes
100 %
Durée de vie
75 %
Gameplay
90 %
Histoire
85 %
Bande-son
100 %
Je baigne dans les jeux vidéo depuis ma plus tendre enfance. Ma première console? La Méga Drive... Rassurez-vous, je ne suis pas encore un fossile.

On te laisse la parole :