Disponible depuis le 20 mars 2020, DOOM Eternal a fait le bonheur des critiques du monde entier. Bethesda était bien décidé à ne pas le laisser mourir et avait prévu 2 DLC richement garnis. Le premier est sorti en octobre 2020, quant au deuxième, The Ancient Gods Part II, sa sortie est encore récente. Qu’a-t-il dans les entrailles ? Découvrons-le dans notre test.

Test de DOOM Eternal The Ancient  Gods Part II sur PS5 :

Une histoire réduite au minimum.

Attention, si vous n’avez pas terminé DOOM Eternal, ainsi que le premier DLC The Ancient Gods Part I, vous risquez d’être spoilé. Rendez-vous au prochain titre si vous souhaitez éviter cette situation.

Ce deuxième et dernier DLC reprend là où le précédent s’est arrêté, pour mettre fin aux aventures de notre bien-aimé Slayer. Le Seigneur des Ténèbres est de retour, bien décidé à dominer le monde et l’univers. Notre héros devra rejoindre la cité Immora la capitale des enfers, et y affronter l’incarnation du mal absolu dans un duel rituel à l’issue incertaine. Si le Slayer perd, la fin du monde et de l’univers est assurée, si le Seigneur est battu, tous les démons n’étant pas encore sortis des enfers seront détruits et le monde sera sauvé.

The Ancient Gods Part II
Le Seigneur des Ténèbres

Contrairement au titre principal, ainsi que la première extension, The Ancient Gods Part II développe assez peu la narration pour laisser place à ce qu’on aime : le gunfight et des affrontements très réguliers et soutenus.

Méfiez-vous des petits monstres…

Id Software et Bethesda ont décidé de remettre les petits monstres fragiles sur le devant de la scène, et ce, de manière assez fourbe. En effet, les autres épisodes nous incitaient grandement à nous focaliser sur les plus gros adversaires par crainte de nous faire laminer, mais cette fois-ci, c’est le contraire. Les plus petits et fragiles, en plus d’être très nombreux, n’hésiteront pas à se glisser dans votre dos à la moindre inattention et à vous surprendre afin de vous réduire en charpie.

Pour vous rendre la tâche encore plus difficile, cinq nouveaux ennemis s’appuyant sur ceux existant déjà ont été ajoutés au bestiaire qui est déjà bien fourni. Vous pourrez donc croiser :

  • Des Barons en armure, dont le point faible se situe au niveau du boulet dans leur main. Une fois sa protection détruite, vous n’avez que quelques secondes pour le tuer avec qu’elle ne se régénère. 
  • Les Imps qui cette fois-ci seront munis d’une peau de pierre sensible au fusil à pompe.
  • Les Zombies hurleurs qui renforcent tous les ennemis autour de lui lorsqu’ils sont sur le point de mourir grâce à leur hurlement.
  • Les Soldats d’élite auront un bouclier insensible au fusil à plasma, vous devrez donc les contourner pour pouvoir les abattre.
  • Les Prowlers maudits vous jetteront un maléfice qui vous fera perdre des points de vie, en plus de brouiller votre vision dès qu’ils vous toucheront. Pour stopper cette malédiction, vous devez les tuer.
Le Baron en armure lourde

Bien que tous ses ennemis soient redoutables, ou gênants, la difficulté de The Ancient Gods Part II est beaucoup mieux dosée que le premier. Bien entendu, votre dernier voyage ne sera pas une partie de plaisir non plus, la difficulté monte crescendo, avec quelques petits pics par-ci par-là afin de vous montrer que vous ne dominez jamais complètement le jeu.

Pour couronner le tout, une nouvelle fera son apparition : le Marteau Sentinelle. Ce dernier vous permettra de frapper le sol pour étourdir vos adversaires afin de mieux les achever et de faire le ménage tranquillement durant quelques secondes. En plus de vous donner quelques instants de répit, ce nouveau jouet vous donnera également des munitions. Cerise sur le gâteau, il peut entrer en synergie avec votre arsenal secondaire, afin d’augmenter la durée du gel de vos grenades de glace, ou d’augmenter le taux de drop d’armure du lance-flamme. Bien entendu, cela ne veut pas dire que vous gagnerez vos affrontements à tous les coups, mais ce qui est certain, c’est qu’il vous sera d’une grande aide.

Tout au long du jeu, vous trouverez des confrontations amplifiées qui vous donneront des améliorations pour votre nouvelle arme. Le premier combat est obligatoire pour passer au suivant, ce qui vous donnera accès à l’amélioration. Mais un deuxième affrontement est disponible et optionnel. Il vous permettra d’avoir un cosmétique supplémentaire si jamais vous désirez finir ce DLC à 100%.

Les confrontations amplifiées sont lancées à partir de cette boule luminescente.

Trois biomes, trois ambiances.

Dans ce nouveau chapitre que vous pourrez clore en l’espace de 6 heures, trois nouveaux univers graphiques s’offriront à vous. Il faut savoir que DOOM Eternal, ainsi que les DLC ont reçu une mise à jour gratuite sur la PS5 offrant une résolution en 4K et une vitesse d’affichage en 60 FPS et cela change tout. Certes, il est court, mais nous offre une cadence véritablement intense et est dépourvu de remplissage. Chaque zone, chaque action, mène rapidement à la scène suivante ne nous laissant que peu de temps pour souffler.

Les graphismes sont somptueux et mettent encore plus en avant l’univers post-apocalypse du jeu. De plus, on peut voir que les détails ont été d’avantages travaillés ce qui accentue l’immersion et le réalisme de ce que l’on peut voir. Les monstres également ont eu leur lot d’améliorations sur le plan du design, notamment les nouveaux venus. Le détail des armures, ou de leur effet d’attaque est vraiment impressionnant, ce qui donne encore plus de plaisir en jeu.

Si jamais vous avez mis la main sur DOOM Eternal, vous avez certainement dû vous rendre compte que les phases de plateformes sont courantes. Sachez qu’il y a du nouveau dans The Ancient Gods Part II. Des points d’accroche flottants ont été ajoutés et peuvent être utilisés seulement avec le crochet de boucher du Super Shotgun. Parfois, cela sera compliqué de diriger notre montagne de muscle avec finesse pour atteindre notre point d’arrivée, d’autant plus que certains passages demanderont de la rapidité, en plus de la précision. Cela dit, globalement, on arrive tout de même à s’en sortir sans trop de dommage, les points d’accroche étant presque tout le temps accompagnés de collectibles pour réparer votre armure.

The Ancient Gods Part II
Les points d’accroche flottants

Pour couronner le tout, nous retrouvons le duo Andrew Hulshult David Levy à la bande-son ayant déjà officié pour le premier DLC. Alors que les amateurs de métal ont surement été conquis durant The Ancient Gods Part I, vos tympans se feront une joie de danser dans ce second épisode. Cet opus démarre sur un tempo assez tranquille durant le premier niveau, s’intensifie dans le courant du deuxième, pour finir en apothéose au chapitre final, Immora la capitale des enfers. Et c’est en apothéose que le jeu se termine grâce à une double pédale bien lourde, des cris gutturaux soutenu. Ce combo nous donnera une accélération du rythme, nous faisant prendre une cadence assez élevée à un point que rien ne peut nous arrêter, ou presque. Le thème musicale de toute la série est ici représenté et on salut bien bas ce formidable duo pour cette performance incroyable.

DOOM Eternal The Ancient Gods Part II est disponible depuis le 18 mars 2021 sur PC, PS4, Xbox One et Nintendo Switch. Les détenteurs de la Deluxe Edition ou le Pass Year One ont déjà pu l’obtenir. Sinon, vous pouvez mettre la main dessus pour une vingtaine d’euros. Étant en stand alone, vous n’êtes pas obligés d’avoir le jeu ou même le premier DLC pour pouvoir y jouer.

Point Forts :

  • Des graphismes magnifiques.
  • Une bande-son immersive.
  • Cinq nouveaux monstres.
  • Une nouvelle arme.
  • Une difficulté mieux dosée.
  • Du nouveau dans les phases de plateforme.
  • Une fin digne d’un DOOM !

Points Faibles :

  • Un peu trop court.
Aperçu
Graphismes
100 %
Durée de vie
65 %
Gameplay
90 %
Histoire
55 %
Bande-son
100 %
Je baigne dans les jeux vidéo depuis ma plus tendre enfance. Ma première console? La Méga Drive... Rassurez-vous, je ne suis pas encore un fossile.

On te laisse la parole :