Depuis quelque temps, les studios de développement de jeux vidéo commencent à s’intéresser aux boucles temporelles, nous le voyons cette année avec des titres comme Returnal ou plus récemment DEATHLOOP. Est-ce une bonne ou une mauvaise habitude, c’est ce que nous allons découvrir avec le test de DEATHLOOP, qui comme l’annonce le titre nous fait rentrer dans une boucle mortelle ! Ce nouveau titre signé Arkane Lyon (le studio français derrière Prey ou encore la licence Dishonored) et édité par Bethesda, a été repoussé plusieurs fois, alors bonne ou mauvaise décision ?

Test de DEATHLOOP sur PlayStation 5 :

DEATHLOOP

La boucle, que faire avec ?

Bienvenue à Black Reef, où le temps ne semble pas avoir d’emprise sur vous, mais ça, vous allez comprendre assez vite pourquoi en jouant à DEATHLOOP ! Dans ce test, nous allons vraiment nous concentrer sur une chose : ne pas vous spoiler sur l’histoire, les mécaniques de Gameplay, les éléments du jeu, etc. La raison est simple, c’est que DEATHLOOP a beaucoup de choses à vous offrir et qu’il est bon de le découvrir par soi-même pour mieux se délecter de ce nouveau jeu de tir développé par Arkane Lyon et édité par Bethesda, en exclusivité console temporaire sur PlayStation 5. Vous incarnez donc Colt, qui essaie de comprendre ce qui se passe autour de lui, ainsi que ce qui lui arrive, arrivera ou est arrivé !

DEATHLOOP
Comment se motiver seul.

Là où ce jeu fait fort, c’est qu’on arrive dans ce monde inconnu, tout comme Colt et nous allons apprendre en même temps que lui, ce qui nous entoure. Nous en saurons plus sur cette mystérieuse boucle, à quoi cette dernière sert, qui l’a créée et peut-être pourquoi ? Votre but à vous, c’est de la briser, car sinon Colt (donc vous, hein ?) va mourir indéfiniment. C’est d’ailleurs très frustrant, car à chaque fois que l’on meurt, nous perdons absolument tout l’équipement que nous portons : armes, breloques, modules, amélioration de module, mais nous y reviendrons. La seule chose que Colt ne perd pas, c’est son savoir, il se souvient de la précédente boucle et des informations qu’il en a tirées : documents, enregistrements, évènements, etc.

DEATHLOOP

C’est là où ce jeu devient extrêmement intéressant, car même si vous mourrez et que vous perdez tout, c’est grâce à votre savoir que vous allez pouvoir recommencer pour mieux réussir ! Trouver une meilleure stratégie, utiliser un équipement plus adapté, connaître un code et bien plus. D’ailleurs non, les codes sont générés aléatoirement dans votre partie, il est donc inutile de “tricher” en allant chercher un code dans un guide ou en communiquant avec un ami détenant le code que vous souhaitez, ce ne sera pas le même. Avec tout ce savoir, vous allez donc optimiser vos parties dans chaque boucle, pour devenir meilleur, plus fort, plus efficace, ça devrait donc être facile ? C’était sans compter sur l’intervention de Julianna, qui, elle, n’a qu’un objectif : protéger la boucle et donc éliminer Colt. Cette dernière sera un autre joueur qui envahira votre partie si vous jouez en ligne ou un ami voire une intelligence artificielle si vous jouez en solo.

DEATHLOOP

8 cibles, un objectif :

Vous l’avez sans doute compris grâce aux nombreux trailers de DEATHLOOP : pour accomplir l’objectif de Colt, il faudra abattre 8 cibles. Comme expliqué plus haut nous n’allons pas en dire trop, mais ce que vous devez savoir c’est qu’il faudra éliminer ces 8 cibles dans une seule et même boucle ! Ce qui rend la tâche bien plus difficile, car dans chaque boucle et chaque région, il y aura votre cible, mais aussi de nombreux ennemis en plus de Julianna de temps à autre. C’est pour cela que vous ne pourrez pas exécuter le plan de Colt dès le début du jeu, il faudra d’abord accomplir plusieurs boucles pour être suffisamment puissant et mieux connaître votre environnement et vos cibles.

Chaque cible a un emploi du temps, qui ne bouge jamais d’une boucle à l’autre, tout comme les ennemis, à moins qu’on leur donne un coup de pouce, une intervention de Colt par exemple ? Ce sera à vous de gérer cela grâce aux informations récoltées lors de vos boucles, n’hésitez pas à tout fouiller. En effet, la curiosité sera la clé et vous pourrez vous organiser pour rassembler vos cibles sur un même point, même si ce sera un maximum de 2 ou 3 d’un coup. Gardez à l’esprit que chaque cible possède un pouvoir, que vous pourrez récupérer en les tuant, nous vous invitons donc fortement à récolter tous les pouvoirs du jeu, avant d’éliminer les 8 cibles en une boucle. Cela vous rendra d’une part plus puissant, tout en élargissant votre champ de possibilités afin d’appliquer différentes stratégies. Pensez également à pirater tout ce que vous voyez avec votre fidèle Hackamajig pour ouvrir des accès et retourner la situation à votre avantage en piratant les tourelles automatiques, les capteurs, etc.

Même si DEATHLOOP est un jeu de tir à la première personne très nerveux et dynamique, il y a une partie tactique non négligeable. Pour vous faciliter la tâche, vous avez intérêt à prendre votre temps dans chaque zone, pour récolter un maximum d’indices, de pistes, pour réussir votre objectif. Colt se transformerait presque en détective, tout ça pour assouvir son but : briser la boucle. Croyez-nous, vous allez y prendre goût, ce jeu est très enrichissant et récompense la curiosité ! Nous vous conseillons néanmoins de ne pas trop perdre de temps sur les premières zones de jeu, car à la fin des premières boucle, ou à votre mort, vous perdrez tout votre équipement. Seul votre savoir restera intact.

DEATHLOOP

Conserver l’équipement dans DEATHLOOP, la clé de la réussite !

Comme indiqué dans ce test, si vous voulez faciliter vos chances d’abattre les 8 cibles dans une même boucle, il faudra s’armer jusqu’aux dents. Pour cela, il faudra commencer à chercher votre équipement à partir du moment où vous aurez trouvé un moyen de le conserver d’une boucle à l’autre. C’est possible et la trame narrative vous expliquera comment faire, mais nous vous laissons découvrir cela pour mieux profiter. Rappelez-vous, sans utiliser ce moyen, chaque arme, breloque et module sera perdu à la fin d’une boucle ou à votre mort. C’est au bout de 1 à 2 heures de jeu que vous trouverez la solution, vous serez guidé tout le long par des tutoriels d’excellente qualité ! C’est pourquoi il vaut mieux commencer à chercher son équipement après ce moment du jeu, pour éviter de la frustration (oui, nous sommes passés par là).

DEATHLOOP
Imaginez un instant si vous perdiez tout ça, frustrant non ?

Il y a de nombreuses armes à la disposition de Colt : pistolet, fusil à pompe, mitraillettes, fusil de précision, etc. Pour les récupérer, rien de plus simple, elles se trouvent aux mains des ennemis, dans les zones, ou dissimulées derrière un coffre, une énigme ou aux mains des cibles pour les armes de qualité. Colt ne peut porter que 3 armes cependant, à vous de faire votre choix, sachant que la qualité des armes varie du blanc au bleu, puis au violet et enfin au doré, doré étant une arme légendaire. Les armes violettes et dorées possèdent un atout unique et 3 emplacements de breloques contre 1 ou 2 pour les armes blanches et bleues. Les armes de mauvaise qualité peuvent aussi s’enrayer.

Pour améliorer vos armes, il faudra les équiper de breloques, des objets que vous pourrez récupérer sur le cadavre de vos cibles ou en résolvant des énigmes, en trouvant un code ou encore en les trouvant dans certains emplacements dans les zones du jeu. Les breloques améliorent les statistiques des armes et possèdent le même indicateur de qualité que les armes à l’exception du doré, plus une breloque est puissante et plus sa qualité est élevée. Sachez qu’il existe aussi des breloques de personnage dont il faut équiper Colt pour améliorer ses aptitudes, il ne peut cependant en porter que 4 en même temps. Enfin, nous pouvons aussi améliorer les modules grâce à des breloques de module pour optimiser ses derniers.

Les modules, ce sont les fameux pouvoirs dont vous entendez parler depuis le début de ce test, Colt n’en possède aucun au début de la partie. Pour obtenir un module, il n’y a qu’une solution : tuer le détenteur du module, vous pourrez ensuite le récupérer sur son cadavre. Colt peut porter jusqu’à 3 modules, dont un qui ne peut pas être changé, qui sera donné après quelques minutes de jeu. C’est là où DEATHLOOP devient très intéressant, car il y a un réel sentiment de montée en puissance, grâce aux armes, aux breloques, mais également aux modules ! Chaque module donnera à Colt différentes capacités : se téléporter sur de courte distance (oui comme dans Dishonored) pour ne citer que lui. Vous avez donc tout intérêt à récupérer tous les modules pour accomplir votre objectif et ça demandera un peu de temps.

DEATHLOOP, un jeu complexe, mais jouissif !

On ne va pas se mentir, DEATHLOOP est un jeu complexe, ce qui fait toute sa beauté. Nous commençons dans un monde que nous ne connaissons pas, Colt sait à peine qui il est, mais à force d’avancer, vous allez pouvoir assembler progressivement le puzzle et comprendre ce qu’il se passe dans cette boucle. Colt renouera avec son passé, se rappellera ou apprendra à connaître les personnages qu’il rencontrera au fil des boucles. Le scénario du jeu rappelle beaucoup le film Memento, sur le principe en tout cas. Ce dernier est géré à la perfection et nous permettra d’assembler tous les éléments que nous allons trouver pour comprendre progressivement l’histoire, c’est presque du génie ! Néanmoins, il faudra aimer lire ou écouter, ce qui n’est pas un problème avec le très bon doublage français qui accompagne le jeu. Sachez qu’il existe plusieurs langues disponibles, pour encore mieux vous immerger. Si on reste du côté de la bande-son cette dernière se lance aux bons moments, lors des combats, de cinématiques avec des musiques de qualité et qui restent en tête !

Il est très difficile d’estimer la durée de ce jeu, qui peut être très courte si vous réalisez le jeu en ligne droite, mais infinie si vous prenez votre temps. Effectivement, en allant droit au but : tuer les 8 cibles en une boucle, cela vous prendra au moins 10 heures, ce serait très dommage, car cette expérience que nous offre Arkane Lyon doit être savourée sur la longueur ! On apprendra ainsi tout de l’histoire, des personnages, de Black Reef et de ses différentes zones. Ces régions sont au nombre de 4 et vous pourrez choisir où vous rendre et à quel moment grâce au menu du jeu, avant de lancer votre mission. Ainsi, ce sera à vous de déterminer s’il faut aller à Updamm, au Complexe, à la Baie de Karl ou au Rocher de Fristal selon vos informations. Vous pourrez aussi choisir l’heure à laquelle vous rendre à une zone : matin, midi, après-midi, soirée, sachant que selon l’heure la carte de la région va évoluer ! Aussi, vous ne trouverez pas les mêmes occasions dans une région selon l’heure, il faudra tout estimer et anticiper avant de choisir, car nous vous rappelons qu’une boucle se termine après le soir et recommence au matin, puisqu’une boucle comporte 4 temps (matin, midi, après-midi et soir) ! Ce système de zones et de moments de la journée peut être un véritable casse-tête, mais avec les indices que vous allez retrouver, vous allez vous plaire à organiser au mieux vos journées pour réaliser le maximum en une seule et même boucle !

DEATHLOOP
Que vais-je planifier aujourd’hui ? Lequel je tue en premier, hum…

Néanmoins, le jeu ne va pas briller techniquement ni graphiquement, même sur PS5. On va retrouver des graphismes dans la moyenne qui n’exploseront pas nos rétines de plaisir, mais ce sera tout de même agréable à regarder. On reconnait assez vite la pâte graphique d’Arkane Lyon, même si ce projet doit être celui qui doit être le plus abouti graphiquement pour le studio. Les paysages sont jolis et surtout évoluent selon l’heure de la journée, les maps sont riches et denses en éléments et peuplées d’un nombre suffisant d’ennemis. Ces derniers se démarquent par leur tenue et portent tous un masque, difficile de juger la qualité de la modélisation d’un personnage dans ces conditions. Ce qu’on peut dire, c’est que l’intelligence artificielle est assez bête, les ennemis vous foncent dessus quand vous êtes repéré et parfois ne savent pas ouvrir une porte, ou viser ! Concernant les personnages principaux comme Colt ou Julianna, ils sont plutôt réussis. Concernant le mode Ray-Tracing, nous l’avons vite mis de côté puisqu’il n’apporte pas grand-chose au jeu, si ce n’est des bugs de textures et ne permet que 30 images par seconde… Un mode qualité visuelle monte à 60 images par seconde avec pertes, qui sont bien ressenties dans des environnements riches justement (lumières, ennemis), rendant le titre désagréable à jouer. On préféra le mode performance en 60 images par seconde stable, qui abaisse légèrement la qualité graphique de DEATHLOOP. La DualSense est étonnamment bien exploitée, entre retours haptiques (on sent les pas de Colt, les tirs, etc.), haut-parleur et gâchettes adaptatives.

Protéger ou briser la boucle ?

Est-ce que vous vous rappelez des invasions que nous avons évoquées plus haut dans ce test de DEATHLOOP ? Il s’agit des interventions de Julianna dans votre partie, un joueur ennemi en réalité qui vient vous chercher pour vous tuer. Vous pouvez subir ces invasions et il en résultera 2 choix : vous survivez ou vous mourez. Si vous éliminez Julianna, vous allez remporter un module ou une breloque de module et une arme violette ! Si vous mourez, vous perdez tout votre équipement (celui que vous n’avez pas pu “conserver”) et la journée avancera fatalement, vous faisant perdre 1/4 de boucle. Si vous survivez, c’est très pratique, car cela peut vous faire gagner des armes, des modules voire des breloques de modules que vous ne possédez pas, afin de terminer le jeu plus vite. Seulement, si Julianna vous élimine, vous perdez tout, c’est à double tranchant !

En revanche, vous pouvez très bien décider d’envahir la partie d’un autre joueur en incarnant Julianna, mais seulement après avoir suffisamment avancé dans le scénario avec Colt. Lorsque vous choisissez, “protéger la boucle” dans le menu principal du jeu, vous allez pouvoir remplir votre devoir en éliminant une seule cible : Colt. Rien de plus simple, il faudra d’abord vous équiper et rentrer dans ce vortex, attendre un peu que le jeu trouve une partie en cours d’un joueur, pour l’envahir. Il ne restera plus qu’à trouver Colt et à l’éliminer. Si vous échouez, ce n’est pas très grave, vous pouvez recommencer avec un autre joueur et si vous gagnez vous allez gagner plus de récompenses, en débloquant des armes, modules, breloques, pour Julianna. Cela permettra de faire monter en puissance votre Julianna pour vaincre plus facilement des Colt !

Ce mode multijoueur alliant PVE/PVP est parfait pour DEATHLOOP et permet de changer un peu le concept du jeu en se mettant de l’autre côté du miroir. Un challenge que vous pourrez essayer si le cœur vous en dit, même si le cœur du jeu se trouvera dans l’histoire principale avec Colt. Il est bien sûr possible de désactiver les invasions, en se mettant en mode solo, mais quelque chose nous dit que “vous allez vous faire avoir”, au moins une fois !

Points Forts :

  • La mise en scène pour présenter peu à peu le scénario très original du jeu, c’est du génie !
  • Ce système de boucle oblige à jouer stratégiquement pour accomplir notre but ultime.
  • Un excellent jeu de tir à la première personne, très nerveux et dynamique.
  • Cette enquête qui nous transforme en véritable détective pour trouver plus d’informations pour nos pistes !
  • Une belle quantité d’armes à trouver et à récolter.
  • Améliorer son arsenal et son personnage avec des breloques, modules…
  • Le mode multijoueur permet d’incarner Julianna et de ruiner la partie d’autres joueurs, parfaitement raccord avec le concept du jeu.
  • Pouvoir “lire” les pensées de Colt, c’est parfois utile et d’autres fois c’est très drôle !
  • Une durée de vie raisonnable, qui peut être très variable : 10 heures en ligne droite, bien plus si vous prenez le temps d’explorer et de tout récupérer.
  • Une bande-son incroyable et présente, s’adaptant parfaitement à la situation !
  • La DualSense est bien exploitée.

Points Faibles :

  • Une prise en main difficile pour les moins téméraires.
  • Sur les 3 modes graphiques, un seul convient vraiment…
  • Le mode Ray-Tracing, limité à 30 FPS et créant des bugs de textures !
  • Une intelligence artificielle pas très évoluée, pouvant parfois vous repérer sans raison.
Aperçu
Graphismes
70 %
Durée de Vie
80 %
Gameplay
90 %
Histoire
90 %
Bande-son
90 %
Bonjour, je suis Monky, rédacteur bénévole depuis 2016 et rédacteur en chef sur Actu Geek Gaming. Le jeu vidéo fait pleinement partie de ma vie, et je pousse toujours plus loin cette passion en commençant la voie du stream sur Twitch et YouTube ainsi qu'à écrire des news et des tests ! Les jeux vidéo, je suis tombé dedans quand j'étais tout petit, grâce à mon père qui a un jour ramené une "console" à la maison : une PS1 ! J'ai commencé avec la première console de Sony ainsi qu'avec les GameBoy de l'époque ! Je n'ai jamais lâché les jeux vidéo et je suis aussi devenu un collectionneur et un rétro gamer, je possède ainsi beaucoup de consoles et de jeux ! Désormais, je joue principalement sur PS4, PC, Nintendo Switch et 2DS !

On te laisse la parole :