Depuis le 1er février, le Pass Culture donne la possibilité d’acheter un tout autre type de divertissement, les jeux vidéo. Expérimentation du gouvernement certes, mais avec des paramètres déjà stricts. Petit tour d’horizon sur la nouvelle offre du Pass Culture.

Jeux vidéo offerts, mais selon certaines limites

En effet, le Pass Culture permet d’acquérir pour les moins de 18 ans une somme de 500 euros à dépenser dans tout projet culturel tel que des livres, des DVD, des places de cinémas ou de concert, et maintenant des jeux. 5 départements sont sujets à cette expérience (Bas-Rhin, Hérault, Finistère, Guyane et Seine-Saint-Denis) mise en place par le ministre de la Culture, Franck Riester. Attention, vous ne pourrez acheter que des jeux précis : selon le twitter officiel dédié au Pass Culture, des critères au sujet des jeux sont à prendre en compte.

Pass Culture

Dommage pour les joueurs qui s’attendaient à pouvoir acheter GTA ou Call of Duty. Ce projet vise plutôt des opus comme Life is Strange ou Detroit : Become Human, ce qui a déchaîné la haine de nombreuses personnes sur les réseaux sociaux : tandis que certains se questionnent sur la légitimité de cette restriction, d’autres sont contre la possibilité même d’acheter des jeux vidéo. Cela pose alors une question polémique voire épineuse : le jeu vidéo est-il un objet culturel ?

Pass Culture : manœuvre marketing ou évolution de la culture ?

Il faut le dire, la culture Occidentale ne met pas en avant les jeux vidéo comme objet culturel, a contrario par exemple des Japonais dont le vidéo-ludique est une culture à part entière. Si le gouvernement a décidé d’importer les jeux vidéo dans son Pass Culture, c’est parce qu’un large public français est déjà ancré dans cette culture. Après tout, il est rare de croiser un adolescent qui ne possède pas une console à la maison ou des jeux sur son portable. Le projet voudrait étendre son influence aux adultes qui, peu familiers aux jeux vidéo, puissent les considérer comme un objet de culture, et donc les consommer.

De plus, on ne peut également nier l’évolution de l’industrie du jeu vidéo depuis plusieurs décennies : graphismes, histoire, performances, cet univers a su se faire une place importante dans la société, et pas que chez les adolescents ! Si autrefois vous imaginiez que les jeux vidéo rendaient violent, asocial et stupide, sachez que le cliché est dans la tombe depuis un moment. On assiste aujourd’hui à un véritable essor grâce au e-sport, aux conventions et à la mode du cosplay. Le vidéoludique n’est pas un groupe sociétal distinct ; au contraire, il réunit : art pour les uns ou perte de temps pour les autres, c’est un domaine que l’on ne peut ignorer comme partie intégrante de la culture française et au-delà.

Si la culture évolue, on peut également supposer que les mœurs prennent le même chemin.

On te laisse la parole :