Hyrule Warriors : Age of Calamity dévoile en effet les évènements cent ans avant le Grand Fléau. Le nouveau titre de l’éditeur Koei Tecmo révèle pourquoi Link fut plongé dans un coma d’un siècle. Le jeu sera disponible le 20 novembre 2020 sur Nintendo Switch.

Link

Hyrule Warriors : Age of Calamity

Les troupes de Ganon ont envahi tout Hyrule. Le joueur pourra alors incarner plusieurs héros comme Link ou Zelda et en apprendre plus sur les quatre héros Mipha, Revali, Urbosa, et Daruk, et le roi d’Hyrule. Chacun des combattants a ses propres attaques spéciales pour terrasser les ennemis toujours en surnombre. Des cinématiques dramatiques ponctueront ce jeu de combat Beat’Em All à la Dynasty Warriors.

Beat Em All

Le premier titre sorti en 2014, Hyrule Warriors : L’Ere du Fléau, était une vraie réussite. Il réunit savamment un système de jeu de combats spectaculaires, stratégiques et rapides. Le tout basé sur une histoire intéressante. Aucun doute pour ce second opus donc. Surtout que la coopération est promise dans celui-ci ! Il sera donc possible de jouer en local avec un ami pour explorer et débarrasser Hyrule des boboklyns et autres lynels néfastes. Vous pourrez alors avancer à deux contre mille ou choisir de vous séparer pour couvrir une plus grande partie de la carte.

Zelda

Concernant la suite de Breath Of The Wild, le producteur Eiji Aonuma demande encore un peu de patience… L’idée est de sortir un jeu au-delà de ce qui a été fait, toujours plus complet. On pourra toujours passer notre frustration sur Hyrule Warriors : Age of Calamity à compter du 20 novembre 2020 sur Nintendo Switch.

Salut les copinous ! J'ai trois passions dans la vie : le Roller Derby, manger et les jeux vidéo. Le jeu qui a le plus marqué mon enfance était The Legend of Zelda : Ocarina of Time sur N64. Puis, j'ai fait l'acquisition d'un PC Gamer, PS2, PS3, PS4, Wii, Xbox 360, Switch, 3DS... Ce que je préfère, ce sont les RPG pour vivre de grandes aventures ! Et un jour, j'ai pris une flèche dans le genou... Ah non, on m'informe dans le casque que ce n'était pas moi !

On te laisse la parole :