Au départ simple mini-jeu dans l’open world action-RPG de The Witcher 3, le Gwent (ou Gwynt en français) a réussi à s’imposer comme véritable jeu à part entière. Après une version PC, PS4 et Xbox One, Gwent : The Witcher Card Game débarque sur mobile !

Gwent : The Witcher Card Game, un jeu à part entière

À l’instar de Hearthstone par rapport à Warcraft, Gwent : The Witcher Card Game, disponible en free-to-play sur la plateforme GOG, a su se détacher du jeu qui l’a vu naître pour prendre son indépendance.

D’abord en beta, Gwent : The Witcher Card Game sort officiellement sur PC en octobre 2018 et se présente comme un jeu de carte à collectionner équivalent à sa version dans The Witcher 3. Le principe est de monter son deck puis d’affronter des adversaires, soit des IA soit d’autres joueurs, en 3 manches afin d’acheter de nouvelles cartes pour ensuite améliorer son deck. On y retrouvait avec plaisir les personnages, les héros et les monstres qui font tout l’univers du sorceleur. Une extension, Crimson Curse, est d’ailleurs disponible dès à présent ; extension qui rajoute 100 nouvelles cartes et 5 nouveaux leaders sur le thème des vampires.

Thronebreaker : The Witcher Tales, ou prendre son indépendance

Plus récemment, le jeu de carte à collectionner s’est vu doté d’une nouvelle adaptation sortie en octobre 2018 présentant une campagne solo et une nouvelle histoire : Thronebreaker: The Witcher Tales. Dans celui-ci, il s’agit de suivre des personnages déjà vus dans les romans du Sorceleur mais inconnus des précédents jeux, Meve, Reine de Lyrie et de Riv, tout en réglant les conflits à l’aide des cartes. Pour ce jeu, le Gameplay du Gwent a été totalement revu. Un changement qui a eu une influence également sur Gwent : The Witcher Card Game, à présent bien différent de sa première version dans The Witcher 3.

Gwent : The Witcher Card Game est disponible depuis octobre 2018 sur PS4, Xbox One et PC et devrait sortir sur iPhone dans le courant du 2e semestre 2019. Une date pour Android sera communiquée ultérieurement.

On te laisse la parole :