Sorti en 2016 sur Steam, puis en 2018 sur Nintendo Switch, Angels of Death se voit désormais adapté sous forme de manga de 12 tomes édités par Mana Books. Découvrez ce que vaut le premier tome dans notre critique.

Une histoire très riche en rebondissements !

Nous suivons Rachel Gardner une jeune fille de 13 ans amnésique qui se retrouve dans un endroit inconnu. Les seules choses dont elle se souvient sont tout d’abord de son nom, qu’elle devait aller à l’hôpital pour y voir un psy après avoir vécu une expérience traumatisante.

Rapidement, elle se rendra compte que quelque chose ne tourne pas rond. Une voix mystérieuse annonce le début du jeu. Mais quel est ce jeu ? Aucune règle n’est expliquée et la jeune demoiselle se retrouve rapidement à devoir survivre. En effet, alors qu’elle cherche à s’échapper, elle se retrouve poursuivie par Zack, un tueur en série tenant une faux et bandé de la tête aux pieds.

Animée par une envie de vivre vraiment intense, elle parviendra à se cacher, puis à semer son premier poursuivant. Cela dit, après divers évènements tous plus traumatisants les uns que les autres, son envie de vivre la quittera peu à peu et c’est ainsi qu’elle passera un pacte macabre avec Zack.

Rachel étant encore jeune, son innocence est parfaitement mise en avant, ce qui ajoute une touche attendrissante dans ce manga plutôt sombre. Son caractère change au fur et à mesure qu’elle avance dans ce lieu sordide et le dessinateur arrive parfaitement à retranscrire les émotions, ainsi que les étapes de ce changement.

Angels of Death vous emmènera dans sa folie.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce premier tome est immersif, les questions s’enchainent, les épreuves également. Les rebondissements inattendus parviennent à nous prendre par surprise ce qui nous incite à continuer notre lecture. Une fois ouvert, on ne le referme plus et nous devons vous l’avouer, nous sommes même repartis pour un deuxième tour tellement que l’ambiance est prenante.

Les dessins de Kudan Naduka retranscrivent parfaitement la folie des divers personnages. Par exemple, celle de Zack est une démence plutôt sombre. Cette dernière est représentée par des traits bruts et « un peu brouillons » alors que chaque coup de crayon est parfaitement réfléchi. Les images brouillées renforcent cette impression de folie dans laquelle le personnage est ancré.

Angels of Death

Un autre antagoniste entre en jeu dans ce premier tome et se nomme Danny. On pourrait dire que sa folie est psychologique. Les dessins concernant ce personnage sont beaucoup moins sombres, mais son visage trahit parfaitement son état d’esprit.



Bien entendu, certains moments sont plus calmes et les dessins plus posés ce qui permet à nos émotions de faire une petite pause qui est parfois la bienvenue. Dans ces cas-là, il s’agit du calme avant la tempête.

En résumé :

Angels of Death vous fera plonger dans son univers tordu sans aucun scrupule. Une fois le livre ouvert, on ne le referme pas. Les dessins créés par Kudan Naduka sont parfaitement adaptés à chaque personnage, un peu comme une identité qui dévoile son état d’esprit. Si jamais vous ne connaissez pas cette série par les jeux, ou la série animée, vous pouvez quand même acheter ce manga les yeux fermés. L’histoire est limpide, les évènements se déroulent dans un ordre logique. Bien que les règles du jeu ne soient pas expliquées de manière explicite, il est facile de les comprendre avec les indices qui sont donnés et ce n’est pas plus mal, car ainsi, on arrive mieux à se mettre à la place de Rachel. Cela dit, ce livre n’est pas conseillé aux plus jeunes, les scènes de violence sont légion et pourraient traumatiser les plus sensibles.

Appréciation : excellent

Angels of Death est disponible depuis le 6 mai 2021 dans votre librairie aux éditions Mana Books.

On te laisse la parole :