Depuis le premier opus, et ce, jusqu’au quatrième, nous étions habitués à entendre parler des Templiers. Depuis quand leur ordre est-il en place ? Est-ce qu’il y a eu quelque chose avant ? Oui, l’Ordre des Anciens. Comme dans tout Assassin’s Creed, dans l’opus Valhalla, nous devrons certainement faire face à des ennemis recherchant le pouvoir et qui contrôleront les plus hautes sphères de la société.

L’ordre des Anciens, l’ancêtre des Templiers

Appelé également le Serpent, cet ordre secret originaire d’Égypte cherche le pouvoir des anciens Dieux pour pouvoir ramener la paix dans le monde et fonder une société plus morne qui s’éloignera des modèles établis.

Fondés vers 1334 av. J.-C. par le pharaon Smenkhkarê, les premiers membres ont rapidement étendu leurs puissances à travers le monde antique, notamment en Perse où il manipula les rois de l’Empire achéménide. Par la suite, ils profiteront de la guerre du Péloponnèse pour envahir discrètement la Grèce. Nous entendrons parler d’eux dans Assassin’s Creed Origin grâce à Cléopâtre, qui expliquera à Bayek et Aya, dans quelle histoire ils se sont réellement aventurés, levant le voile sur le vrai visage de cette organisation.

Durant le premier siècle avant notre ère, l’Ordre se place dans les plus hautes sphères du pays égyptien en profitant de la jeunesse et de la naïveté de Ptolémée XIII. À sa mort, ils se sont rapprochés de Cléopâtre et Jules César, voyant ainsi une occasion de se trouver parmi les plus hauts gradés de l’Empire Romain, prêts à tisser leur toile.

L'Ordre des Anciens

Au début du Moyen-âge, l’influence de l‘Ordre des Anciens s’est répandu dans toute l’Europe grandement aidée par l’expansion du Grand Empire. Ils arriveront même à avoir une certaine main mise dans les pays scandinaves, mais parviendront également à prendre le contrôle de l’Angleterre et manipuler les rois.

S’alliant au Culte de Kosmos, ces deux ordres finiront par donner naissance à l’Ordre des Templiers un millénaire plus tard.

Nous agissons dans l’ombre pour éclairer le monde.

On te laisse la parole :