Mesdames et surtout messieurs, la rédaction vous propose aujourd’hui un débat qui fait toujours rage dans les jeux vidéo, tant dans les jeux eux-mêmes que dans l’univers des joueurs. Bien que les tensions se soient amoindries avec les années, il n’en reste pas moins un sujet important. Pourquoi une femme serait-elle moins douée qu’un homme ? Les femmes sont-elles attirées par des jeux différents ? Est-ce la faute des hommes si les femmes jouent moins ? Découvrons la réponse dans ce nouvel épisode de Break’intellect.

jeux vidéo

Les jeux vidéo, une histoire masculine

Il faut le dire, les premiers jeux n’étaient pas conçus pour attirer la gente féminine. Le principe de la belle princesse à sauver était et est toujours à la mode, loin de faire évoluer la mentalité des joueurs. Plus tard, ce sont les femmes qui sont les protagonistes de nos jeux : mais ne vous leurrez pas, elle doit être siliconée à mort pour attirer du mâle. Ce serait donc la faute de l’industrie ?

Pas seulement. C’est aussi un problème culturel, du moins dans les années 80 / 90. À Noël, c’était console et voiture pour le garçon, Barbie et jeux éducatifs innocents pour les filles. On pourrait presque croire que les parents écartaient le genre féminin de tous ces appareils.. un petit peu. Après tout, les filles c’est fait pour voir des copines, se maquiller et jouer à la dînette ! Non ? Ah bah non.

jeux vidéo

Dès l’enfance donc, mesdames, vous êtes conditionnée pour ne jamais approcher une console, parce que vous n’êtes “pas faites pour ça”. Et par dessus-tout, le monde entier vous le fait savoir. Jusqu’à une certaine époque vous ne jouerez pas, et vous ne développerez pas de jeux.

Homme fort, femme faible ?

Si les jeux vidéo suintent à présent de testostérone, il faut quand même amener les 50% restants à jouer. On commence doucement par les jeux Disney, Barbie, Charlotte aux fraises, bref, des opus qui puent le rose et les fleurs. Pour ne rien arranger, les joueurs plus âgés ont des jeux comme GTA, où la femme n’est rien de plus qu’une passante ou une femme de joie. Il faut dire que la pub n’aide pas : on ciblait les garçons ! Malgré tout, les femmes ont commencé à s’intéresser aux sujets.

Majoritairement, les femmes préféraient les jeux éducatifs, plutôt faciles (The Sims, Myst). Pour ce qui est de la création des jeux, les chiffres rebutent : en 1989, il n’y avait que 3% de femmes chez les développeurs. Il aura fallu attendre les années 2000 pour que le genre féminin fasse valoir ses droits. On ne pouvait pas jouer en cachette éternellement !

jeux vidéo

Evolution et appropriation

Les femmes valent mieux que ça, et elles le savent. Les inégalités sont alors partout (travail, publicité, jeux vidéo), mais cela ne les empêchera pas de conquérir le même territoire que les hommes. Dans les jeux vidéo, la femme est mieux représentée : elle n’est plus faible ou une figure de fantasme, mais une combattante. On peut penser à Jill et Claire dans Resident Evil, et même à Zelda qui prend l’arc ou l’épée pour vaincre Ganon. Doucement, mais sûrement.

Arrive alors un adversaire de taille : d’abord sur les réseaux sociaux, puis sous la forme d’un stéréotype bien ancré : “Les femmes ne savent pas jouer. Si elles le font, c’est juste pour draguer” “T’es une fille, c’est normal si tu ne sais pas jouer“. Le machisme, c’est mal. Qu’est-ce que les femmes ont fait pour être perçus comme des objets sexuels derrière un écran, manette à la main ? Certaines en profitent, c’est sûr. Mais toutes ? Sûrement pas.

Remettons les choses à leur place

Si vous voulez être sexiste, faites : après tout, chacun ses problèmes. Mais comprenez que c’est inutile de s’en prendre à quelqu’un qui n’est pas du même genre que vous. Les femmes jouent à World of Warcraft, elles sont chef de guilde, et sont douées. Elles finissent des jeux à 100%, sans l’aide de personne. Elles adorent faire des courses et personnaliser leur voiture pour gagner tous les championnats. Elles jouent au foot pendant des heures.

jeux vidéo

Les jeux vidéo en sont maintenant des exemples. Une femme peut battre un homme dans Injustice 2. La femme a des super-pouvoirs dans Life is Strange, Final Fantasy. Elle combat des dinosaures. Elle tue des monstres créés en laboratoire, prêts à dévaster la planète. Dans le jeu vidéo, un homme ou une femme, ça ne fait aucune différence. Les chiffres le démontrent assez bien : les deux genres jouent à part égale. 

On te laisse la parole :